masculins / OL 4 - Bordeaux 2

L'OL forte tête

Publié le 09 mars 2008 à 23:23 par BV

Face à Bordeaux, l’OL a remporté ce qu’on a coutume d’appeler un « match à six points ». A double titre puisque c’est très exactement l’avance que possède le leader de la Ligue 1 sur les Girondins. Au soir de la 28e journée, l’OL est dans la même situation que lors de la saison 2005/2006, nanti de deux victoires de plus que son dauphin bordelais. L’OL avait remporté son cinquième trophée de champion de France, les Girondins avaient terminé à la deuxième place. Il est bien entendu trop tôt pour prédire que l’histoire va se répéter mais force est de constater que les joueurs d’Alain Perrin se sont plus rapprochés d’un septième titre de champion de France que ceux de Laurent Blanc de leur premier depuis 1999.

Et le moins que l'on puisse dire est qu'il y a une logique dans cette hiérarchie : cette saison, les Girondins ont perdu les deux rencontres qui les ont opposés aux Rhodaniens. Micoud et les siens ne pourront pas prétexter qu’ils n’étaient pas prévenus. A l’aller, les Lyonnais avaient fait la différence dès l’entame de match en inscrivant deux buts en 22 minutes. Il en fallut cette fois-ci 24 à Mathieu Bodmer pour inscrire le second doublé de sa carrière… un mois après celui réalisé face à Sochaux. Et quels buts ! Le premier vint conclure un beau mouvement collectif. Au départ, il y eut une déviation de l’extérieur du pied de Benzema pour Fred qui décala Keita, préféré à Govou sur le coté droit; la passe de l’Ivoirien ne trouva pas preneur au centre de la surface mais Grosso sur le coté gauche dont le centre-tir tendu permit à l’ancien Lillois de tromper Ramé à bout portant (12e, 1 - 0). Le second réside tout entier dans le talent individuel du numéro 5 lyonnais. A l’entrée de la surface, d’un coup du sombrero, il effaça Diawara avant d’ajuster le portier garonnais d’une reprise acrobatique (24e, 2 - 0).

La supériorité technique et collective des champions de France étouffait une formation bordelaise empruntée et incapable de se projeter dans la moitié de terrain lyonnaise. On voyait alors difficilement comment les Girondins pouvaient bien infléchir le cours de ce choc qui semblait leur échapper. Mais, cette saison, l’OL éprouve bien des difficultés sur coups de pied arrêtés. Après une frappe d’Alonso claquée par Coupet (30e), Wendel transperça ce dernier d’un coup franc à 20 mètres (35e, 2 - 1). Auteur d’un triplé il y a une semaine face au PSG, le Brésilien fut ensuite tout près de permettre aux siens de revenir à hauteur de leurs hôtes mais Coupet claqua sa tentative (42e).

Parenthèse au cœur d’une rencontre dont l’OL aura maitrisé le rythme sans jamais donner l’impression de pouvoir être rejoint, l’alerte n’aura duré qu’un quart d’heure. Juste avant la pause, l'OL reprit les choses en main. La frappe de Kader Keita rasa le montant de Ramé (45e). A la retombée d’un coup franc de Juninho dévié par Diawara, Benzema envoya sa tête sur la transversale (47e). Ce n’était que partie remise pour l’international français qui profita d’un une-deux avec Fred pour inscrire son 17e but de la saison en Ligue 1 (50e, 3 - 1).

L'échappée belle fut de courte durée. Après une faute de Toulalan sur Chalmé, Cavenaghi réduisit le score sur penalty (60e, 3 - 2). Coupet dut ensuite s’employer pour sortir la tête puissante d’Alou Diarra (62e).
Pendant une demi-heure, les Rhodaniens demeurèrent à portée de fusil des Bordelais. Mais ces derniers ne parvinrent pas à enflammer la fin de rencontre et à faire peser sur l'arrière garde lyonnaise une véritable menace . La délivrance n’intervint qu’au bout des arrêts de jeu, lorsque Hatem Ben Arfa déborda sur l’aile gauche avant de centrer pour Kader Keita qui battit Ramé à bout portant pour inscrire son premier but de la saison en championnat (94e, 4 - 2).

Grâce à leur troisième succès consécutif en Ligue 1, les Lyonnais affichent un bilan 2008 identique à celui des Bordelais (19 points) mais l’ascendant psychologique est désormais nettement en faveur des champions de France. Et, même si tout est encore loin d’être joué pour le titre, même si Bordeaux, qui a connu ce soir un sérieux coup d’arrêt, peut encore, en cas de coup de pompe de l’OL, espérer le coiffer sur le fil, reconnaissons que c’est une bien belle opération qu’a réalisée le club rhodanien, de celles qui permettent de franchir le sommet détaché, juste avant la descente, au meilleur moment. S’il est encore trop tôt pour savoir si l'avance prise par les hommes d’Alain Perrin est définitive, la manière et l’autorité avec lesquelles ils ont dominé leur sujet, sorte de mise au point, laissera à n’en pas douter des traces. De chassés, les Lyonnais sont redevenus chasseurs. Ils regardent à nouveau devant eux. A la poursuite de leur septième sacre national …
Sur le même thème