masculins / FC Nantes 0 - OL 1

L'OL frappe fort !

Publié le 25 octobre 2003 à 15:27 par Tom.L

L'OL n'avait gagné que trois fois en 35 matchs à Nantes, les Canaris étaient encore invaincus à domicile et, surtout, n'avaient pas encaissé le moindre but à la Beaujoire depuis le début de la saison. Et pourtant... Les Champions de France ont fait voler en éclat toutes ces statistiques en l'emportant de très belle manière ce soir contre un concurrent direct aux premières places, grâce à un but fantastique de Juninho ! L'OL frappe fort !





Personne n'y était encore arrivé. Personne n'avait marqué face à Nantes à la Beaujoire. Voilà donc le défi que devaient relever les Lyonnais ce soir. Marquer, et l'emporter même, pour dépasser au classement son adversaire du soir et se repositionner en tête du championnat. Pas facile. Et pourtant, après 90 minutes pleines d'envie et de conviction, l'OL l'a fait ! Grâce à un joueur particulier, un homme de défi justement, Juninho qui, à la soixante septième minute de jeu, envoyait le ballon dans la lucarne de Grondin !



L'OL a donc réalisé un coup de maître et, à vrai dire, c'est loin d'être immérité pour des Lyonnais jouant juste, le plus souvent à une touche de balle et causant régulièrement de belles frayeurs à Willy Grondin, le suppléant de Landreau. Positionnés dans un habituel 4-2-3-1, avec Luyindula en pointe, Elber étant légèrement touché à la cuisse, les Champions de France utilisaient à merveille les côtés, occupés par Malouda et Govou tandis que Carrière et Juninho se chargeaient d'orchestrer tout ça.



Il n'était pas étonnant donc de voir l'OL vite et bien rentrer dans le match, se procurant deux occasions sur coup franc, le premier repris de la tête par Carrière juste au-dessus (9'), le deuxième, tiré par Juninho, passant de peu à côté (10'). Cependant, Nantes, 4e de Ligue 1 au coup d'envoi et encore invaincu à domicile, n'est pas n'importe qui et peut se targuer de posséder quelques bons arguments, � commencer par



Stéphane Ziani. Après 10 minutes de domination lyonnaise, le meneur nantais causait, en effet, bien des soucis à Jérémy Berthod sur son aile gauche. Cela se traduisait par plusieurs occasions pour les Canaris, à l'image de ce tir de Pujol que Coupet repoussait du torse (12'), ou encore de cette frappe légèrement contrée de Da Rocha échouant sur le haut de la barre transversale (16').



Bref, des deux côtés les intentions de jeu étaient portées sur l'offensive et on assistait alors un spectacle des plus agréables. Les occasions se succédaient ainsi d'un but à l'autre et, après un bon passage nantais, c'était au tour des Gones de reprendre la direction des opérations. Témoin, cette superbe action initiée par Juninho et relayée par Govou vers Malouda qui, au point de penalty, reprenait de volée et en pleine course le centre du "14" olympien. Grondin parvenait néanmoins à capter le ballon, mais n'avait pas vraiment le temps de savourer puisque, trois minutes plus tard, Govou était tout proche de conclure un excellent mouvement entre Malouda et Luyindula. Malheureusement, le lyonnais était devancé in extremis par le bon retour de Yepes (38'). La mi-temps s'achevait donc sur un score nul et vierge, ne reflétant pas vraiment la physionomie de la rencontre



Une rencontre qui, au retour des vestiaires, repartait strictement sur les mêmes bases. L'OL se créait le première occasion, sur un centre de Govou, mais Grondin devançait bien Carrière (51'). Nantes répliquait dans la foulée et Edmilson, voulant détourner un centre de Ziani, était tout proche de tromper son gardien (53'). Mais, la meilleure occasion était incontestablement pour Da Rocha qui, après un joli coup du sombrero sur Edmilson, se retrouvait absolument seul devant Coupet, mais plaçait sa reprise de volée enchaînée largement au-dessus (56'). Le meneur de jeu des Canaris pouvaient s'en vouloir...



D'autant que, comme lors de la première période, succédait à cette bonne séquence nantaise, une période de domination lyonnaise. Et celle-ci allait être la bonne. Après plusieurs tentatives, l'OL, en effet, trouvait la faille. Et de quelle manière ! Juninho était décalé à l'entrée de la surface par Malouda et, lancé à pleine vitesse, ne se posait pas de question, catapultant une merveille de frappe dans la lucarne de Grondin (67') ! Un but absolument magnifique qui donnait aux Lyonnais une bonne option pour la victoire, tant les deux défenses s'étaient montrées intraitables jusque là.



Surtout, les coéquipiers de Berson semblaient accuser le coup de ce premier but encaissé à domicile et avaient alors du mal à réagir. Les Olympiens, en pleine confiance eux, ne se gênaient pas pour en profiter et Govou était même tout proche de doubler la mise sur une fantastique reprise de volée qui s'en allait mourir à un cheveu du poteau de Grondin, complètement battu (70').



Nantes était au plus mal, alors Loic Amisse tentaient un coup de poker en changeant carrément son duo d'attaque, Glombard et N'Zigou remplaçants Vahirua et Pujol (77'). L'effet était immédiat puisque Glombard, parti à la limite du hors-jeu, servait N'Zigou aux 6 mètres, heureusement un poil court pour reprendre (83'). Cette fois les Canaris ne reviendraient plus et l'OL manquait même d'alourdir la marque sur une contre-attaque supersonique et un une-deux impeccable entre Elber et Malouda, mais le Brésilien, tout juste entré en jeu (76') butait sur Grondin (84').



Tant pis, les Champions de France avaient déjà fait, et bien fait, l'essentiel. Mieux même, c'est un petit exploit qu'ils ont réussi ce soir à la Beaujoire et qui leur permet de prendre provisoirement la deuxième place au classement. Et puis, autre satisfaction, les Gones enregistrent un 6e match sans défaite en championnat. C'est ce qu'on appelle une soirée réussie !







T.L.



Sur le même thème