masculins / PSG 2 - OL 3

L'OL garde le rythme

Publié le 28 octobre 2007 à 23:35 par BV

Les Lyonnais ont réalisé la bonne opération de la 12e journée en ramenant une victoire 3 buts à 2 du Parc des Princes. Profitant du match nul de Nancy à Metz, ils se sont donné de l’air en tête de la L1 et comptent désormais 4 points d’avance sur Nancy (qui a un match en retard).

Au réalisme d’Hatem Ben Arfa en première période, ils ont ajouté le spectacle – Karim Benzema a peut-être battu ce soir le record de dribbles en talonnade -, et bien malgré eux le suspens. Comme le veut la coutume, pour produire un bon match, il faut deux bonnes équipes. Face au leader de la Ligue 1, le PSG a mieux joué que ne le laissait présager sa quinzième place au classement même si sa fin de match enlevée, disputée en supériorité numérique, a grandement contribué à rehausser sa performance générale jusqu’alors généreuse mais sans grande inspiration offensive. L’expulsion de Cleber Anderson en tout début de second mi-temps et la réussite retrouvée de Pedro Miguel Pauleta, auteur d’un doublé, ont concouru à donner à ce qui semblait devoir ressembler à une fin de rencontre en roue libre pour des Olympiens des allures de course poursuite.

Les jeunes Parisiens avaient tenu 90 minutes à Valenciennes. Face aux sextuples champions de France, ils ont prolongé leur herméticité, la portant à 130 minutes. Jusqu’à ce qu’Hatem Ben Arfa ne déchire la défense parisienne sur deux éclairs de génie. Pressant haut, forçant les attaquants lyonnais à partir de loin, les joueurs de Paul Le Guen ont espéré durant la quasi intégralité de la première période avant de céder sur deux frappes limpides et puissantes du néo-international français. Résultat : à la pause, le Parc des Princes siffla une nouvelle fois les siens. Dur pour les joueurs de la capitale qui s’étaient jusqu’alors beaucoup dépensés. De la tête, Ngoi avait inquiété Vercoutre (7e), Diané avait centré sans trouver preneur (12e) et Mario Yepes vu sa frappe aussi puissante que lointaine s’enfuir à gauche du but du portier lyonnais (19e).

Depuis une semaine, le PSG avait attiré tous les regards, symbolisant à lui seul la jeunesse arrivée à maturité. On en avait presque oublié que l’OL possédait également dans ses rangs quelques pépites. Depuis quelques temps, Hatem Ben Arfa et Karim Benzema ont banalisé l’exceptionnel. Après une tête de Bodmer captée en deux temps par Landreau (5e), Karim Benzema se lança dans une course dont il est désormais devenu coutumier, tout en contrôles de l’extérieur du pied et en passements de jambes. Sa frappe du gauche fut calquée en corner par Landreau (34e). Et Hatem Ben Arfa éteignit le Parc d’un doublé en deux minutes. Du gauche puis du droit, l’international français décocha deux missiles après un centre de Juninho repoussé dans l’axe par Caera et une frappe enroulée de Benzema boxée par Landreau (41e et 43e). L’affaire semblait entendue. L’OL s’acheminait vers sa 4e victoire à l’extérieur de la saison. On voyait alors mal comment les Parisiens en difficulté à domicile depuis le début de l’exercice pouvaient inverser la tendance. La 50e minute compliqua pourtant singulièrement la fin de rencontre des Olympiens. Parti à la limite du hors-jeu, Hatem Ben Arfa tergiversa trop devant Landreau sans frapper au but (50e). Sur le contre, Cleber Anderson, en position de dernier défenseur stoppa irrégulièrement Diané (51e). L’expulsion du Brésilien réveilla le Parc et ragaillardit les coéquipiers de Pauleta. Sur un corner mal dégagé par Rémy Vercoutre, le Portugais réduisit le score d’une reprise piquée (61e).

Portés par Pauleta, les Parisiens y croyaient à nouveau. Le coup franc de Jérôme Rothen s’envola (70e) et Vercoutre capta aisément la tête de Mario Yepes (76e). En fin de rencontre, le portier lyonnais s’interposa sur les tentatives de Pauleta (88e) et Diané (89e).

La fin de rencontre fut crispante. Sidney Govou avait redonné un peu d’air au siens en inscrivant son troisième but en championnat reprenant à bout portant un centre au cordeau de François Clerc mais Pauleta ramena de nouveau l’espoir dans les rangs parisiens (91e). Le Parc crut même à un retour à hauteur des siens lorsque la frappe déviée du Portugais vint raser le poteau de Vercoutre (93e).

L’envolée du gardien rhodanien pour capter l’ultime corner de Jérôme Rothen mit fin aux derniers espoirs des Franciliens (93e). Le PSG n’a toujours pas gagné à domicile cette saison et pointe toujours à une très inquiétante quinzième place au classement. L’OL n’a de son côté pas tant de problèmes. Il trace sa route sans se retourner. En fond, l’important est de trouver son rythme. 25 points pris sur 27 possibles : cela ressemble tout de même bien à un sprint.
Sur le même thème