masculins / ASSE - OL : 0 - 1

L'OL garde le rythme

Publié le 31 août 2008 à 23:26 par BV

C’est une soirée en tous points réussie qu’a connue l’OL ce soir, tant sur un plan national que régional. Cela en deviendrait presque insolent, l’OL n’a plus perdu contre son voisin stéphanois depuis 1994. Pis : ce soir, les Verts ont cédé sur un exploit de Karim Benzema, l’unique natif de Lyon présent au coup d’envoi dans le onze rhodanien.

A l’issue de la 4e journée, les joueurs de Laurent Roussey demeurent englués dans le bas d’un classement dont les Olympiens occupe le sommet. Deuxième (devancé par l’OM au nombre de buts marqués), l’OL confirme ses forces actuelles : une défense qui n’a toujours pas encaissé le moindre but en compétition officielle et un Benzema irrésistible, qui occupe, seul, le classement des buteurs avec une moyenne hallucinante (4 réalisations en 4 matchs).

Malgré la suspension de Grosso et l’absence de Cris, la défense lyonnaise est parvenue à prolonger son invincibilité dans une organisation inédite : Källström à gauche, Boumsong et Bodmer dans l’axe, Réveillère à droite. Dans un inhabituel rôle d’arrière gauche, le Suédois n’a qu’en de rares occasions été mis en difficulté. Deux fois, il laissa Feindouno et Payet délivrer des centres tendus que Bodmer intercepta avec à-propos (32e et 68e).

L’averse qui s’est abattue sur Geoffroy Guichard une heure avant le début de la rencontre n’a pas favorisé la circulation du ballon. En première période, les deux formations peinèrent à mettre leurs attaquants en bonne position. Seul Benzema, après un une-deux avec Ederson parvint à entrer dans la surface stéphanoise, sans réussir à tromper Viviani (15e). Pour le reste, à l’exception d’une tête de Boumsong au dessus (21e), le bilan offensif des Lyonnais se résuma à une succession de frappes lointaines de Makoun (4e), Ederson (14e et 36e) et Juninho (44e) et à une série de coups francs de Juninho dont aucun Lyonnais ne coupa la trajectoire (10e, 17e et 25e).

En ce début de saison, la formation stéphanoise se cherche et éprouve des difficultés à imposer son jeu ; face à une équipe lyonnaise dont la marge de progression semble encore grande, le milieu forézien a plus souvent cherché à faire déjouer son homologue rhodanien qu’à créer, se contentant pour tout effort offensif de passes en profondeur à destination de Gomis, mais l’international français déclencha trop tôt sa frappe (16e) puis fut devancé par Lloris (53e).

Et lorsque la pluie fine, qui avait fait suite au déluge, cessa, Benzema fit tomber la foudre. Après une remise d’Ederson, l’attaquant rhodanien refroidit le chaudron d’une frappe enroulée(56e). Cette saison, le meilleur buteur du championnat a inscrit quatre des six buts de l’OL, lors de trois matchs différents, pour autant de victoires.

Après l’ouverture du score lyonnaise, les Stéphanois tentèrent bien d’arracher un nul qui leur aurait remonté le moral, à défaut d’améliorer singulièrement leur situation au classement, par Matuidi (62e) et Dabo (65e), mais c’est surtout Piquionne (73e), en réponse aux sifflets nourris de Geoffroy-Guichard, puis Källström (79e) qui auraient pu, sans deux parades de Viviani, offrir un succès plus ample à l'OL, et ainsi la première place du classement. Malgré un total de 10 points sur 12 possibles, l’OL laisse le maillot de leader à l’OM, mais les impressions de maitrise collective laissées par les deux équipes tempèrent quelque peu ces enseignements arithmétiques. Grâce à un mois d'août presque parfait, l'OL a idéalement lancé sa saison.
Sur le même thème