masculins / Valenciennes 0 - OL 0

L'OL grappille

Publié le 07 avril 2007 à 19:41 par BV

Un tiens vaut mieux que trois tu l’auras! Dans la quête effrénée des Lyonnais vers la conquête du titre national, chaque point compte.

Grâce à leur match nul 0 à 0 ramené de Valenciennes, conjugué à la défaite 1 but à 0 de Lens à Rennes, les Gones n’ont désormais plus besoin que de cinq points pour être sacrés champions de France pour la sixième saison d’affilée. C’est bien là le principal enseignement de la 31e journée de Ligue 1. Le record de victoires à l'extérieur sur une saison attendra.

Une semaine après leur échec en finale de la Coupe de la Ligue face à Bordeaux, les hommes de Gérard Houllier ne sont pas parvenus à dominer une équipe de Valenciennes satisfaite de ce partage des points et ont concédé un match nul à l’extérieur. Une première cette saison.
Comme au Stade de France, les Rhodaniens ont accompli une première période encourageante avant de s’éteindre progressivement en seconde mi-temps. Ils pourront tout de même se satisfaire de s'être procuré bien plus d'occasions que les hôtes de Nungesser, de n’avoir jamais renoncé et d’avoir, dans l’ensemble, aisément contenu une formation nordiste qui restait pourtant sur un succès probant face à Lille.

S’il n’est pas sûr que Gérard Houllier se souvienne longtemps de sa centième sur le banc lyonnais, l’entraîneur olympien pourrait en revanche subir encore quelques temps les conséquences de ce voyage dans le nord. Cela en deviendrait presque une mauvaise habitude : les matchs entre Valenciennes et l’Olympique Lyonnais charrient leur lot de blessures, amputant notablement l’effectif rhodanien. Sidney Govou et Karim Benzema avaient ainsi été touchés lors du match aller. Le jeune international français a une nouvelle fois quitté prématurément ses coéquipiers, victime d’une blessure derrière la cuisse (53e). En première période, Jérémy Toulalan avait déjà été contraint de laisser sa place à Fabio Santos après un choc avec Jeovanio (20e).

Les matchs se suivent et se ressemblent a dû se dire Gérard Houllier au terme des quarante-cinq premières minutes, les Valenciennois ayant reproduit à l’identique la performance des Bordelais en finale de la Coupe de la Ligue : ne pas se procurer le moindre tir. Seule différence mais de taille : ils ont beaucoup plus subi que les Girondins, ne devant même leur salut qu’à un poteau complice sur une frappe enroulée de Karim Benzema (11e). Mais dominer n’est pas marquer ! Le jeune international tricolore ne put ainsi attraper le cadre d’un tir en pivot (7e) puis de la tête sur un centre de Sylvain Wiltord (35e).

Pour pallier la défection de Juninho, blessé, Gérard Houllier avait décidé de titulariser Kim Källström. A trois reprises, le Suédois inquiéta l’arrière garde valenciennoise. Son coup franc fut claqué par Penneteau (3e). Il ne put ensuite cadrer sa tentative du gauche (15e) puis trouva la tête de Paauwe (27e). Sylvain Wiltord s’essaya à son tour, sans plus de réussite (38e).

Dès le retour des vestiaires, Milan Baros fut tout proche de bonifier une déviation de la tête de « Nino » Wiltord (47e) et Florent Malouda trouva le petit filet de Penneteau au terme d’un numéro de funambule dans la surface nordiste (59e).

Les hommes d’Antoine Kambouaré s’étaient jusqu’alors montrés consciencieusement timides. Leur sursaut fut aussi intense que bref, réveillant brutalement l’arrière garde olympienne. Grégory Coupet sortit parfaitement dans les pieds de Savidan (62e) avant de gagner son duel face à Roudet (64e). Abidal coupa le centre de l’ancien Castelroussin devant Dossevi (65e).

Une fois l’alerte passée, les Lyonnais reprirent leur stérile marche en avant. Nicolas Penneteau s’interposa sur la reprise acrobatique de Milan Baros avant que Sébastien Squillaci ne tire dans le petit filet (67e). Sylvain Wiltord trouva une nouvelle fois le ciel de Nungesser (70e).

Si les Lyonnais regretteront certainement leur manque de réussite offensive, ils se satisferont sûrement de ce précieux point pris dans le nord. Grâce à ce partage des points, ils effectuent un petit pas vers un titre de champion qui leur tend les bras. Le compte à rebours est lancé...
Sur le même thème