masculins / APOËL - OL 1-0 (4 tab à 3)

L'OL manque le quart

Publié le 07 mars 2012 à 23:30

Après avoir été mené, les Lyonnais n'ont pas su revenir au score même après 120 minutes. Lors des tirs au but, le gardien chypriote a été décisif.

Après son succès 1 but à 0 à l’aller face à l’APOËL Nicosie, l’OL avait pour mission d’aller à Chypre afin de se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des Champions. Rémi Garde avait composé le même schéma qu’à Gerland trois semaines plus tôt. Seul Jimmy Briand prenait la place d’Alex Lacazette sur le coté droit. La compo lyonnaise au coup d’envoi : Lloris, Réveillère, Cris, B.Koné, Cissokho, Gonalons, Källström, Briand, Bastos, Ederson, Lisandro.

C’est dans un stade chaud-bouillant que la rencontre entre l’APOËL et l’OL débuta. Les Lyonnais furent rapidement cueillis à froid à la suite d’un centre au cordeau repris à bout portant par Manduca (9e). Cris puis Antho Réveillère s’étaient jeté mais en vain. Une nouvelle mauvaise n’arrivant jamais seule, Maxime Gonalons resté à terre quelques minutes plus tard après un s’être tordu la cheville. Malgré tout, le jeune olympien repris sa place rapidement. Les joueurs de Rémi Garde se créèrent une première occasion sur un coup franc d’Ederson claqué par Cotis alors que le ballon prenait le chemin de la lucarne (24e). En fin de première période le Brésilien croisa trop sa tête sur un centre de Bastos (38e). Les lyonnais tentaient de faire le jeu mais chaque perte de balle était exploité par les Chypriotes. Solari fut tout proche de punir les Olympiens en contre-attaque mais Hugo Lloris sauva son camp du pied (42e). En regagnat les vestiaires à la pause les deux équipes étaient à égalité sur l’ensemble des deux matchs.

La tension se faisait sentir davantage en début de seconde période. Cris et Oliveira échangèrent quelques prises de catch dans la surface olympienne (50e). Aly Cissokho fut à deux doigts de tromper son propre gardien sur un coup franc chypriote. La barre sauva les Lyonnais (55e). Les gones étaient sur le fil à plusieurs reprises en alternant le moyen et le moins bon. Licha plaça une bonne tête qui prenait le chemin du cadre mais Chiotis claqua en corner (72e). Bafé Gomis entra en jeu à la place d’Ederson (72e). L’OL était parfaitement bloqué et ne se créé que des bribes d’occasion. Les deux équipes devaient alors en découdre en prolongation.

L’OL poussait en seconde période mais les joueurs de Nicosie ne pliaient pas. Un coup franc de Källström prolongé par la tête d’un chypriote fila à quelques centimètres des buts de Chiotis. Les coups de pieds arrêtés olympiens étaient mieux exploités. Gonalons puis Koné mirent le danger sur deux corners de Källström (103e). Les chypriotes étaient plus empruntés physiquement dans la deuxième partie de la prolongation. Les Lyonais poussaient mais ni Lacazette, ni Lisandro ne parvenaient à se mettre en position de frappe. Le KO se faisait sentir de part et d’autre dans cette fin de prolongation. Nicosie termina la rencontre à dix après un second carton pour Manduca (114e). Après 120 minutes, les deux équipes étaient toujours à égalité sur l’ensemble des deux rencontres. Les tirs au but devaient les départager !
Les trois premiers tireurs de chaque équipe inscrivirent leur tir au but. Par la suite les frappes d’Alex Lacazette et de Michel Bastos furent stoppées par le portier de Nicosie. L’OL était éliminé 4 tirs au but à 3.

Sur le même thème