masculins / OL-Monaco 0-0

L'OL manque son décollage

Publié le 07 août 2010 à 23:01

Les Lyonnais ont concédé qu'un match nul (0-0) face à Monaco et auraient même pu perdre la rencontre sans un Hugo Lloris impérial.


OL 0 - 0 Monaco
Samedi 7 août 2010

Stade de Gerland
Arbitre :
Lionel Jaffredo


Pour cette première journée de l’exercice 2010-2011 l’Olympique Lyonnais recevait l’équipe de Monaco. Claude Puel devait se passer des services de Réveillère, suspendu, tandis que Delgado, Lacazette et Lisandro étaient tous trois blessés.

Le début de match se résumé à un round d’observation. Sur une action anodine, Bafé Gomis s’écroula, victime d’un léger malaise vagal. L’avant-centre olympien se releva après quelques secondes de récupération (5e). Durant le premier quart d’heure, le haut pressing monégasque gênait considérablement le jeu lyonnais. Sur un centre venu de la droite, Park s’élevait plus haut que tout le monde pour placer un coup de tête qu’Hugo Lloris claqua magistralement (18e). Les occasions dangereuses se faisaient rares de part et d’autre. Seule une frappe d’Ederson bien captée par Ruffier permit à Gerland de se soulever (27e). Cris régala Gerland sur une volée dos au but à la suite d’un corner mal renvoyé (35e). Les Lyonnais furent tout prêts de prendre l’avantage juste avant la pause. Gomis héritait d’une louche de Toulalan mais croisait trop sa reprise face à Ruffier (43e). C’est donc sur un score nul et vierge que Monsieur Jaffredo siffla la pause.

Cris et ses coéquipiers revenaient avec de meilleures intentions après la pause. Aly Cissokho s’essaya à la frappe du pied droit mais le portier monégasque n’était pas inquiété. Dans la foulée les Monégasques négocièrent mal une contre-attaque à deux contre un et Lloris repoussait le tir de Niculae (52e). La partie était de plus en plus enlevée. Sous pression, les joueurs de Guy Lacombe multipliaient les fautes. Après avoir expédier le cuir dans la visage d’Hansson, Michel Bastos frappait à nouveau du gauche mais Ruffier sortait le grand jeu (66e). Le match partait dans tous les sens. Hugo Lloris nous gratifia une nouvelle fois d’une parade monumentale sur un coup de boule d’Aubameyang qui se dirigeait sous la barre (71e). Claude Puel lança Pied et Källström à la place de Bastos et Gomis. Bien placé à l’entrée de la surface, Ederson frappait du gauche mais sa tentive filait loin du cadre (80e). Le cadre se déroba à nouveau sur une demi-volée signée Jimmy Briand (85e). Novillo, qui avait remplacé Ederson, se trouva lui aussi en position de frappe mais là encore le cadre n’y était pas. Malgré une ultime tentative de Jérémy Pied, les Lyonnais ne parvinrent pas à prendre l'avantage.

Sur le même thème