masculins / OL 3 - ASSE 2

L'OL passe au Vert dans un vrai Derby!

Publié le 26 février 2005 à 20:06 par R.B

[IMG3363L]3 buts lyonnais en 4 minutes... ce Derby a pris des allures de démonstration en milieu de cette rencontre. Puis les Verts sont revenus au tableau d'affichage... L'important était de marquer son territoire mais surtout de prendre les 3 points pour conclure en beauté cette semaine verte. Les Gones malgré la fatigue et les absences ont su faire ce qu'il fallait pour contenter leurs 37 000 supporters. L'OL est plus que jamais le patron de la région et bien évidemment de la Ligue 1... Quelle belle semaine...

A Lyon, stade de Gerland, OL 3 ASSE 2 (mi-temps : 1 à 0) ; temps : beau et froid ; spectateurs : 38 915; pelouse : en bon état; arbitre : M. Alain Sars



OL : Coupet – Diatta, Cris, Abidal, Berthod, Diarra (puis Clément 87ème), Juninho, Govou (cap), Frau (puis Nilmar 80ème), Wiltord (puis Bergougnoux 71ème), Malouda.



ASSE : Janot – Diawara, Camara, Hognon, Ilunga (puis Yahia 50ème), Zokora, Sable (cap), Hellebuyck, Feindouno, Piquionne (puis Mendy 72ème), Marin (puis Compan 50ème)



Buts : pour l'OL, Wiltord (45ème), Malouda (46ème), Frau 49ème). Pour l'ASSE, Feindouno (55ème), Compan (89ème)



Avertissements : pour l'OL, Diarra (44ème). Pour l'ASSE, Ilunga (8ème), Yahia (65ème), Compan (84ème).





Le Derby OL – ASSE, c'est d'abord un stade plein. Gerland joue donc ce samedi à guichets fermés. Un Derby, c'est de la couleur, des chants, des banderoles, des tifos, des drapeaux, des écharpes… Il y en a pour tous les goûts et pas forcément pour celui des autres. La partie droite du virage Sud est largement minoritaire par rapport au reste de l'enceinte lyonnaise et surtout en le comparant au virage Nord. L'ambiance montera crescendo pour atteindre son pic d'intensité et de beauté au moment de l'entrée des 2 formations sur la pelouse avec des drapeaux agités par centaine. Gerland ressemblait alors à une gigantesque fresque colorée.



Un jour de Derby, la tribune de presse est partagée comme jamais. Le Dauphiné Libéré, le Progrès, l'Equipe… ont des journalistes des 2 bords. Il y a ceux qui ont presque tout connu de l'histoire des 2 clubs. Et là aussi, on sent que le Vert filent des boutons à certains, alors que d'autres racontent encore leur Epopée…



Sur la pelouse, on compte les joueurs nés à Lyon ou à St-Etienne ; formés chez les Gones ou chez les Verts... en pensant que pour ceux là, le Derby a vraiment un sens particulier. Ces nourris aux mamelles de « l'ancestrale rivalité », présents sur la feuille de match, se nomment Berthod, Abidal, Truchet, Puydebois, Bergougnoux, Govou, Clément d'un côté ; Janot, Hernandez, Sablé, Mendy, de l'autre, ne peuvent revendiquer que leur formation à l'ombre du célèbre Chaudron. Coupet et Hellbuyck étant les seuls à avoir porté les 2 maillots. Le reste, ce sont des pièces rapportées à qui on a bien appris la leçon.

Enfin, mis à part Coupet, Govou, Sablé, Janot, Hernandez, Diawara, tous les autres acteurs de ce Derby ne l'ont jamais vécu à Gerland. Et seul, l'immense «Greg» Coupet l'a connu dans la cage des visiteurs. Il y pensera peut-être lors de l'échauffement en étant adossé aux fans, aujourd'hui, adverses.



Question football, la donne a changé. L'OL règne sur l'Hexagone depuis 3 saisons en étant bien engagé pour un quatrième sacre. Cette suprématie domestique le fait voyager sur le Vieux Continent où il se rapproche des toutes premières places. Pendant que les Gones grimpaient un à un les échelons de la renommée, les Verts faisaient le chemin inverse jusqu'à boire le bouillon. Depuis 1981… plus rien à se mettre dans les vitrines, à l'exception des 2 titres de Champions de Ligue 2. Des faits… simplement des faits. Dernières preuves ? Les locaux reviennent d'un exploit majuscule à Brême en Champions League que les visiteurs ont peut-être suivi à la télé !



Les 22 héros sont maintenant sur la pelouse. Paul Le Guen a reconstruit sa défense en raison des blessures de Réveillère et de Cacapa ; en raison de la suspension d'Essien. Berthod va pouvoir montrer que ces Verts, qu'ils détestent cordialement, sont une belle opportunité pour montrer qu'il existe toujours. Abidal devrait avoir grand plaisir à retrouver l'axe central… le reste �tant plus dans l'air du temps. Elie Baup n'a pas changé sa formule invincible derrière et au milieu. Enfin, l'homme qui donne le coup d'envoi, M. Sars, n'est pas un bleubite du Derby. Il en est à son troisième à Gerland.



La première période ne restera pas dans les annales. Les coéquipiers de Julien Sablé pressent haut les locaux et les empêchent de développer leur jeu, les poussant à jouer long. Il faut donc patienter et chercher les solutions. La première action sera lyonnaise avec un centre de Wiltord qui ne trouvera pas preneur (2ème) ; puis Govou frappe de loin sans danger pour la petite pile Janot. Le match avance sans faits marquants si ce n'est la somme de petites fautes agaçantes. Frau met son ballon au dessus après une combinaison Wiltord-Govou (23ème) ; Wiltord lui rend la pareille à la réception d'un coup franc de Juninho (26ème). La plus belle occasion est verte avec un face à face gagné par Coupet devant Piquionne (38ème) ; ce même Piquionne est précédé un peu plus tard (41ème) hors de la surface de réparation par le gardien olympien. On pense que le nul va sanctionner ces 45 premières minutes languissantes, quand Juninho écart un ballon sur le côté gauche ; Berthod remise instantanément sur Frau qui de la tête sert dans la surface de réparation Wiltord parti dans le dos de la défense visiteuse ; l'ancien Gunner, en 2 temps, trompe Janot (47ème). Ce Derby vient de se débloquer juste avant le repos... du bon côté... avec somme toute... un brin de chance.



A peine le temps de se rasseoir, et l'OL enfonce les Verts en 3 minutes. Malouda balance un missile juste devant la surface après un énorme mouvement collectif où Frau, Juninho et Govou ont servi de rampe de lancement au coup de canon du Guyanais (46ème). Gerland chante ; les Verts sont abattus. Et pour que tout soit encore plus clair, Frau reprend une passe de Malouda qui a récupéré un centre de l'excellent Diatta (49ème). Gerland devient un bateau ivre. En 4 minutes les Gones ont poussé les Verts en enfer ! Le match est bien sûr plié en imaginant même que d'autres buts pourraient transformer la défaite « de l'ennemi » en déroute. Une légère déconcentration des locaux et Feindouno arrive à point nommé pour rappeler que rien n'est jamais fini avant la fin (55ème).



Le match devient un combat. D'un côté, on cherche le KO ; de l'autre, on veut revenir aux points. Une frappe de Malouda est détournée par Janot ; puis c'est la tête de Frau (64ème) qui est sorti par le gardien adverse. 4 minutes plus tard, Govou trouve le poteau d'une merveille de frappe lointaine enroulée sur un caviar de Juninho. Les Lyonnais dominent avec brio et construisent de superbes actions collectives. Bergougnoux qui vient de remplacer Wiltord allume Janot de 50 mètres… son ballon retombant à côté du poteau droit, alors qu'il y avait certainement mieux à faire. Les bonhommes verts ne restent pas inactifs ; n'ayant plus rien à perdre ; n'acceptant pas cette défaite, ils trouvent en Hellbuyck, Sable, Feindouno des moteurs à leurs espoirs de retour. Sable place une reprise au dessus (81ème) ; Coupet gagne un nouveau face à face. Ah ce « Greg », sans qui l'OL ne sera pas ce qu'il est devenu au fil des saisons. Bergougnoux réplique ensuite au capitaine stéphanois, mais Janot imite Coupet.



Les Gones veulent gérer, font tourner… deviennent un peu trop faciles... et se font contrer en milieu de terrain ; au bout, il y a Compan pour ramener les siens à une longueur des Champions de France. Il reste 5 minutes. Il faut tenir… Les visiteurs cherchent à mettre systématiquement leurs ballons longs dans la surface. On tremble… avant que M. Sars ne libère les poitrines olympiennes. Il fallait gagner au nom de la suprématie régionale… pour les 3 points� pour terminer une superbe semaine… pour signifier à Marseille, Monaco, Lille qu'ils sont les patrons de la Ligue 1 malgré la fatigue et les absences. Les Lyonnais l'ont fait dans un Derby qui a eu tous les ingrédients d'un véritable Derby en seconde période. 2 succès 3 à 2 contre les Verts en une saison, plus tout le reste... et ce qui peut encore arriver, cela mérite bien une pause festive… avant d'aller du côté de Clermont.







Statistiques :



Hors jeu OL : 4

Hors jeu ASSE : 2

Coups francs OL : 15

Coups francs ASSE : 20

Corners OL : 9

Corners ASSE : 4

Tirs cadrés OL : 8

Tirs cadrés ASSE : 6

Tirs non cadrés OL : 10

Tirs non cadrés ASSE : 6

Coupet arrêts : 7

Coupet arrêts décisifs : 3



Diarra en ayant pris un carton jaune sera suspendu pour la réception d'Istres.



Fautes commises: Diarra 4, Govou 4, Juninho 2, Diatta 2, Abidal, Malouda, Berthod, Cris, Frau, Wiltord, Bergougnoux.



Fautes subies: Govou 4, Malouda 3, Diarra 3, Juninho 1, Diatta 1, Frau 1.



Pour information, le Werder a battu Bochum 4 à 0 (Micoud, Ismaël, Baumann et Valdez).



R.B

Sur le même thème