masculins / OL 1 - Toulouse 1

L’OL rattrapé sur le fil

Publié le 12 août 2006 à 22:19 par BV

« Ce sera très dur » avait justement prophétisé Gérard Houllier. Pas dupe de la dernière place occupée par le Téfécé au soir de la première journée de championnat, le coach olympien avait prévenu : « le vrai danger est de sous-estimer nos adversaires et penser que ce match sera facile ».

A n’en pas douter le souvenir du nul arraché par les Garonnais l’an dernier a dû régulièrement jalonner sa causerie d’avant match. Ce soir, les joueurs d'Elie Baup ont remis ça en obtenant le partage des points dans les arrêts de jeu.
Pour ce second volet du championnat de Ligue 1 version 2006/2007, l’ancien manager de Liverpool n’avait guère modifié le onze de départ aligné à Nantes. La majorité des internationaux n’étant « pas encore prêts », l’adage rappelant qu’ « on ne change pas une équipe qui gagne » fit loi. Seule exception mais de taille : dans les buts, Grégory Coupet retrouvait son poste après un intérim de qualité de Rémy Vercoutre. Au milieu du terrain, malgré une légère douleur au quadriceps, Jérémy Toulalan tenait sa place.
A l’annonce des deux équipes, c’est pourtant à un joueur du banc que Gerland réserva la plus vibrante ovation. Antonio Augusto Ribeiro Reis, Juninho, effectuait en effet son grand retour dans les rangs des Rouge et Bleu.

Soucieux de se mettre rapidement à l’abri, les Olympiens débutèrent la partie sans le moindre round d’observation. Durant une entame de match largement à l’avantage des joueurs de Gérard Houllier, on vit beaucoup Kim Källström. Grâce à ses roulettes et ses transversales précises, le Suédois mit au supplice le milieu toulousain. Au quart d’heure de jeu, son ouverture en profondeur trouva John Carew dont la frappe contrée inquiéta Nicolas Douchez pour la première fois de la soirée (15e).
Malgré une domination sans partage et 3 corners obtenus dans les 20 premières minutes, les Lyonnais ne parvenaient pas à trouver l’ouverture dans le jeu, s’en remettant souvent aux coups de pied arrêtés. En l’absence de Juninho, maître ès coups francs, Karim Benzema s’essaya dans l’exercice mais sa frappe vint lécher le poteau gauche du portier du Téfécé (21e). Confirmant la forme étincelante qu’il affiche depuis le début de la saison, le numéro 19 olympien fut à deux doigts d’inscrire son troisième but de la saison après une touche prolongée de la tête par Diarra mais sa reprise du droit fut stoppée par le gardien toulousain (26e). Quelques instants plus tard, le Malien vit son puissant tir dévié par la défense adverse (29e) avant que Benzema ne croise trop sa frappe à l’entrée de la surface (30e). Désireux d’ouvrir le score avant la pause, les Olympiens multiplièrent les assauts sur le but adverse. John Carew ne parvint pas à placer sa tête après un bon centre d’Anthony Réveillère (38e) et guère plus de réussite pour Florent Malouda, entré à la demi-heure de jeu en remplacement de Ben Arfa, dont la frappe s'enfuit à gauche du cadre (39e).

Durant une première période largement à l’avantage des hôtes de Gerland, les Toulousains auront inquiété la défense lyonnaise durant le dernier quart d’heure. Le bon centre d’Ebondo ne trouva pas preneur (32e) et Gregory Coupet se montra décisif à deux reprises sur les frappes d’Elmander (34e) et Fabinho (35e).

Pressés de faire rapidement la différence, les Lyonnais entamèrent la seconde période animés de velléités offensives affirmées. Sous les ovations de Gerland pour Juninho, Fred et Tiago, partis s’entraîner devant le virage Nord, Toulalan obligea Douchez à une parade sur sa ligne (46e) avant de frapper au dessus (54e) et Florent Malouda effectua un retourné non cadré (46e) puis enleva trop son tir (53e).

Malgré de belles occasions en contres pour Elmander, d'une frappe à côté (48e), Emana, tout seul devant Coupet (57e), et Fabinho, dont le lob trouva les gants du portier rhodanien (68e), les Toulousains reculaient, laissant le ballon et la maîtrise de la rencontre aux quintuples champions de France.

Et Gerland se leva pour l’entrée en jeu du « numéro 8 do Brazil », Juninho. Sur un coup franc du Brésilien, Claudio Caçapa écrasa sa tête (57e). Djilla Diarra (60e), Flo Malouda (65e) et Jérémy Toulalan (74e) tirèrent de loin sans parvenir à accrocher le cadre tandis que Fred, entré en jeu en lieu et place de Carew, mit à contribution Nicolas Douchez après un coup franc indirect de Juninho (80e).

La délivrance vint d’un coup de pied arrêté. Après un coup franc de "Juni" claqué en corner par Douchez, Fred força le portier Garonnais à une parade reflexe qui revint sur Malouda. Du gauche, le Guyanais libéra tout un stade (83e), laissant ainsi entrevoir aux 39 280 spectateurs lyonnais la victoire de leurs protégés.

Les Olympiens s’acheminaient tranquillement vers leur second succès en autant de matchs lorsqu’ Elmander centra du côté gauche pour Fabinho. Tout seul au second poteau, le Brésilien trompa un Grégory Coupet esseulé (92e). Un coup de tonnerre aussi inattendu que tardif dans cette rencontre promise aux Lyonnais.
Sur le même thème