masculins / VfB Stuttgart 0 - OL 2

L'OL se relance

Publié le 23 octobre 2007 à 23:00 par BV

Ils avaient clairement annoncé leurs intentions, tellement espéré. L’Olympique Lyonnais a ramené un précieux résultat de Stuttgart, un succès 2 buts à 0 qui leur permet d'espérer un avenir en Ligue des Champions.

2 buts à 0, le "score parfait" avait-on coutume de dire dans feu la Coupe d'Europe des Clubs Champions. Car c'est bien une renontre à élimination directe qu'ont remportée les Olympiens dans l'antre du champion d'Allemagne. Malheur au vaincu, espoir au vainqueur; le premier se savait quasiment éliminé, le second relancé.
2 buts à 0, un score logique en conclusion d’une partie que les Lyonnais ont dominée et n’ont en tout cas jamais semblé réellement pouvoir perdre. Au regard de la maîtrise affichée durant la quasi totalité de la rencontre, on se surprit même à se demander comment les Olympiens avaient pu manquer à ce point leur entame de compétition européenne. Car le succès rhodanien en terre allemande ne souffre d’aucune contestation. Dos au mur, l’OL a réalisé le match qu’il lui fallait. Un Lyon ne meurt jamais, surtout lorsqu'il est mis en face de ses contradicions; brillant en France, méconnaissable en Europe : le paradoxe avait suffisament vécu. Depuis la déroute face à Glasgow, Alain Perrin insiste avec application sur le domaine défensif. La leçon a semble-t-il été bien assimilée. Ce soir, son arrière garde a parfaitement contenu l’imprévisible et talentueuse attaque stuttgartoise; son pendant offensif a su se créer suffisamment d’opportunités pour l’emporter; son état d'esprit fut irréprochable. Tous les ingrédients d'une performance haut de gamme étaient donc réunis..

On ne change pas une équipe qui gagne. Depuis trois semaines, et leur défaite sur leur pelouse face aux Rangers, les Lyonnais ont brillé tant en Ligue 1 qu’avec leurs sélections. Alain Perrin avait donc décidé d’aligner la même formation que face à Bordeaux et Monaco (deux victoires 3 buts à 1). Un onze de départ fruit de la continuité mais également des défections de Fred, suspendu, et Toulalan touché au genou. Le forfait de l’international français venait compliquer quelque peu la tâche de l’entraîneur rhodanien. Et comme souvent dans pareille situation, c’est du pied (gauche comme pour ajouter à l’ironie de la situation) de son remplaçant que vint la délivrance. L’OL n’avait plus inscrit le moindre but en Ligue des Champions depuis 4 matchs. Clin d’œil de l’histoire, Fabio Santos n’avait disputé aucun d’entre eux. D’une frappe légèrement contrée à l’entrée de la surface, le Brésilien libéra les siens (56e) chassant ainsi le spectre des regrets que n'aurait pas manqué de faire naitre une contre-performance en seconde période.
Car les champions de France auraient pu faire la différence avant la pause qu’ils ont ainsi certainement passée à tenter de ne pas penser aux deux face à face manqués par Karim Benzema (40e) et Sidney Govou (45e).

Ils n’avaient cependant pas de réels motifs d’inquiétude puisque tout avait parfaitement fonctionné jusque-là. Après deux revers fleuve, il ne fallait certes pas s’attendre à les voir partir à l’abordage. Solides sur leurs bases, ils s’évertuèrent en début de rencontre à concéder un minimum d’occasions. Malgré une bonne volonté manifeste, les champions d’Allemagne durent ainsi attendre la 18e minute de jeu avant de voir Bastürk inquiéter pour la première fois Rémy Vercoutre mais la tête du Turc s’envola dans le ciel du Gottlieb Daimler Stadion. Le portier lyonnais dut en revanche s’employer sur les tentatives de Pardo (21e) et Farnerud (35e). Gomez n’attrapa pas le cadre (25e).

Mais les champions d’Allemagne n’occupent pas la 14e place de la Bundesliga sans raisons. Si le début de saison de son homologue français avait laissé poindre quelques craintes, les deux formations suivent actuellement des trajectoires opposées. Après avoir bien contenu les soubresauts des hommes d’Armin Veh, les Rhodaniens imprimaient méthodiquement leur rythme, en même temps qu’ils posaient leur emprise sur la rencontre. Les centres de Réveillère (14e) et Juninho (19e) ne trouvèrent pas preneur. Cleber Anderson (19e) et Govou (55e) ne cadrèrent pas et Schäfer claqua les tentatives de Kim Källström (22e) et Benzema (71e).

Après l’ouverture du score, on aurait pu craindre une pression de tous les instants des Allemands mais les Lyonnais endiguèrent aisément leurs assauts. Rémy Vercoutre sortit autoritairement (65e et 90e) et Gomez vit sa frappe s’enfuir (74e).
Mieux, les Olympiens se mirent à l’abri en toute fin de match, Benzema inscrivant son 14e but de la saison, toutes compétitions confondues, son douzième avec l'OL, après une passe en profondeur de Kader Keita et une astucieuse remise en retrait de Sidney Govou (79e). Dans les arrêts de jeu, Kader Keita aurait même pu donner encore plus d’ampleur au succès des siens mais le portier allemand s’interposa (90e).

A Glasgow, le Barça et les Rangers n’ont pu se départager (0 – 0). Les Lyonnais auraient certainement préféré une victoire des Catalans, ils ne voulaient en tout cas pas voir les Ecossais s’imposer. Un partage des points leur permet de continuer d’espérer. Ils retrouveront Stuttgart dans deux semaines à Gerland. Là encore, un succès sera indispensable…
Sur le même thème