masculins / OL 1 - Nancy 0

L'OL s'échappe.

Publié le 29 octobre 2006 à 23:17 par BV

L’OL a probablement récolté ce soir bien plus que les traditionnels trois points offerts à tout vainqueur d’un match de L1.

Une confortable avance sur ses poursuivants, une réussite à domicile réaffirmée, un attaquant retrouvé : au terme de sa victoire 1 but à 0 aux dépens de Nancy, les motifs de satisfaction des Rhodaniens sont nombreux.

Au premier rang de ceux-ci, les hommes de Gérard Houllier peuvent, au crépuscule de cette 11e journée, se réjouir d’avoir un peu plus creusé l’écart qui les sépare de leurs poursuivants : l’Olympique de Marseille pointe désormais à 11 longueurs, les Nancéens à 12 unités. Si le 6e titre de champion de France est bien loin d’être acquis, l’OL s’est dors et déjà assuré un confortable matelas de points qui lui permet d’entrevoir sereinement la suite de la compétition.
Avant ce succès lyonnais, le stade de Gerland endeuillé avait observé une minute de silence en mémoire de Jérémy Guedj et Benjamin Rodet, tous deux récemment, et trop précocement, disparus. « Gentillesse, combativité… tu nous manques » affichait le Virage Sud sur toute la largeur. « RIP JEREMY » pour le virage Nord. Le football est décidément bien peu de choses dans ces tragiques instants !

Après cette minute de recueillement, il y eut une rencontre, dominée et logiquement remportée par les Olympiens.
Résolument décidés à s’éviter un rush dans les derniers instants, les quintuples champions de France entamèrent la rencontre animés de velléités offensives affirmées. Emmenés par un John Carew enfin sorti du mutisme offensif dans lequel il était plongé depuis le 23 avril 2006, ils ne mirent que quelques minutes à prendre la mesure d’une équipe nancéenne jusqu’alors réputée pour sa rigueur défensive. Sur un centre tendu de Florent Malouda, le Norvégien ouvrit son pied droit, et le score, inscrivant ainsi son premier, et tant attendu, but sous les couleurs olympiennes depuis le déplacement à Monaco en fin de saison dernière (13e). Avant ces retrouvailles entre le grand scandinave et les filets, Malouda, d’une volée venant lécher le poteau gauche de Sorin (3e), puis Sébastien Squillaci, d’un coup de tête au ras de la barre transversale (10e), avaient montré le chemin à suivre.

Le duel tant attendu entre la meilleure attaque du championnat et la meilleure défense tournait à l’avantage des hommes de Gérard Houllier. La suite de la première période confirma cette tendance. Idéalement lancé en profondeur par un Florent Malouda intenable, Juninho contrôla mal le cuir (22e). Profitant d’un nouveau centre millimétré de Florent Malouda, Tiago enleva trop son coup de tête (29e). Pas plus de réussite pour le Portugais dont la louche sur le poteau aurait mérité meilleure conclusion (45e). Dans les arrêts de jeu, le centre tir de Florent Malouda trouva les bras de Sorin (45+1).
Menés d’une unité à la pause, les Nancéens faisaient mentir leur devise « Qui s’y frotte s’y pique ». Trop rarement dangereux, ils affichaient à mi-parcours un retard mérité. Seuls Diakhaté, auteur d’une tête largement au dessus du cadre (34e), et Sauget, dont le centre ne trouva pas preneur (36e), entretinrent le timide feu offensif lorrain.

Après la pause, face à une équipe manifestement plus à l’aise lorsqu’il s’agit de défendre, les Lyonnais tardèrent à repartir de l’avant. Le premier quart d’heure de la seconde période fut ainsi quasi-vierge de toute action offensive. Soget frappa de loin sans inquiéter Grégory Coupet, s’octroyant là le seul tir cadré nancéen de toute la rencontre (46e).
L’heure de jeu marqua le réveil offensif des Rhodaniens. A 20 mètres, Toulalan expédia sa frappe du droit sur le montant gauche de Sorin (63e). Florent Malouda vit sa surpuissante tentative lécher l’arrête du but adverse. Profitant d’une somptueuse passe en profondeur en « aile de pigeon » de Tiago, le Guyanais manqua son face à face devant le portier lorrain (73e). Avec un Juninho en position d’avant centre après la sortie sur blessure de Karim Benzema, les Olympiens s’évertuèrent à bien défendre afin de ne pas concéder d’égalisation tardive comme face à Toulouse.

Qu’importe que le dernier quart d'heure ait été principalement marqué par les interventions inspirées de Cris, l’essentiel était bien la victoire, la 13e toutes compétitions confondues, et ses trois points qui permettent aux hôtes de Gerland de voir la vie en rose, inhabituelle couleur d'un soir des visiteurs Lorrains. Le succès acquis, ils peuvent désormais se tourner sereinement vers la Ligue des Champions et la réception de Kiev mercredi.

Retrouvez le résumé vidéo de la rencontre sur OLWEB Premium.
Sur le même thème