masculins / Peace Cup 2007

L’OL s’offre un nouveau trophée

Publié le 21 juillet 2007 à 12:29 par BV

La troisième tentative fut la bonne ! Après deux échecs en finale de la Peace Cup, en 2003 et 2005, les Lyonnais ont remporté le tournoi de préparation coréen en dominant Bolton 1 but à 0.

La victoire fut pourtant longue à se dessiner. Dominateurs durant toute la rencontre, les Rhodaniens ont dû attendre les dernières minutes de jeu pour venir à bout d’une équipe anglaise accrocheuse mais bien peu inspirée offensivement, et au sein de laquelle Nicolas Anelka fut parfaitement contrôlé par l’arrière garde lyonnaise. Contrairement à leur deuxième match de la compétition, contre Reading, les sextuples champions de France ont su cette fois-ci contenir les rares tentatives anglaises mais se sont longtemps fait peur, faute de n’avoir pas su bonifier plus tôt leurs nombreuses occasions de but.

Leur début de match fut rassurant. Toulalan et les siens n’ont ainsi pas semblé gênés par leur déficit de récupération. Devant des Anglais qui avaient bénéficié de 48 heures de repos supplémentaires, les hommes d’Alain Perrin ont parfaitement entamé leur troisième finale de Peace Cup en trois participations, la seconde d’affilée face à un club anglais*, privant les coéquipiers de Meïté du ballon.
Malgré ce manque de fraîcheur physique, Alain Perrin avait décidé de lancer une formation quasi-identique à celle qui avait dominé River Plate, seuls Keita et Réveillère, couchés sur la feuille de match contre les Argentins mais non autorisés à jouer avec leur protection au bras, remplaçaient numériquement Ben Arfa et Baros.

Une nouvelle fois, l’entraîneur olympien alignait un 4 - 4 – 2 que les Lyonnais semblent décidément avoir parfaitement assimilé, Keita épaulant Benzema à la pointe de l’attaque, Belhadj suppléant Ben Arfa sur le côté gauche.
Dans ce dispositif, les Rhodaniens ne tardèrent pas à écarter le jeu sur les ailes pour se créer leurs deux plus franches occasions de la première période. Après une tête de Bodmer sur un coup franc de Benzema, bien captée par Jaaskelainen (7e), le jeune international français mit à mal la défense anglaise sur l’aile droite. Son centre en retrait trouva la tête de Keita qui heurta le poteau (8e). Après un festival de dribbles chaloupés le long de la ligne de but, l’Ivoirien déposa à son tour le cuir sur la tête de Karim Benzema qui ne put cadrer (42e). A la pause, les Lyonnais pouvaient bien déplorer leur malchance ainsi que la vigilance du portier finlandais de Bolton qui stoppa les tentatives lointaines de Belhadj (18e), Benzema (31e) et Källström (37e), et remporta son face à face contre Sidney Govou (20e).

A la pointe de l’attaque de Bolton, Nicolas Anelka a quant à lui semblé bien seul. Un ton au dessus, certes, mais isolé. Trop en tout cas pour faire la différence. Esseulé, l’attaquant français dut attendre le début de la seconde période pour contraindre Grégory Coupet à effectuer son premier arrêt de la rencontre (53e). A l'heure de jeu, les Anglais s’enhardissaient quelque peu. Excentré, Vaz Té força le portier olympien à capter le ballon en deux temps (68e). Le réveil anglais fut de courte durée. Ce fut tout, et à vrai dire bien peu ! , pour les coéquipiers de Gary Speed.

Malgré leur timidité offensive, les joueurs de Sammy Lee demeuraient pourtant toujours à l'affût, en mesure d’infliger aux Rhodaniens leur troisième échec consécutif en finale de la compétition. Les champions de France auraient en effet dû s’être mis à l’abri depuis bien longtemps sans un manque de réalisme criant, symbolisé par le double face à face remporté par Jaaskelainen devant Ben Arfa puis Baros (73e). Lancé en profondeur, le Tchèque buta une nouvelle fois sur le portier finlandais (79e) et le coup franc de Kim Källström s’envola dans le ciel de Séoul (83e).

Comme souvent dans ces situations, la lumière vint d’un exploit personnel. Hatem Ben Arfa dribbla trois défenseurs anglais avant de servir en retrait Kim Källström dont la frappe puissante transperça Jaaskelainen.

Grâce à ce succès, les Lyonnais remportent 2 millions de dollars et débutent parfaitement leur saison, par un nouveau trophée. Certes, tout ne fut pas parfait mais l’essentiel est là : le groupe lyonnais ajoute une nouvelle ligne à son palmarès et accumule pas mal d’enseignements à une semaine du Trophée des Champions contre Sochaux. La saison 2007/2008 est idéalement lancée !

*Lors de l’édition 2005, l’OL s’était incliné 3 buts à 1 en finale contre Tottenham.