masculins / Troyes 0 - OL 1

L’OL sort la tête de l’Aube.

Publié le 01 avril 2006 à 20:00 par SR

L’OL jongle encore avec les compétitions… Coach Houllier jongle avec ses joueurs. Toujours engagé sur trois fronts (Championnat, Coupe de France, Ligue des Champions), certains éléments ont donc été ménagés en vu du quart de final retour à San Siro.

Wiltord, Cris, Abidal et Clerc sont au repos ; Berthod et Ben Arfa jouent avec l’équipe réserve, la défense lyonnaise a été remaniée ce qui permettait à Réveillère et Monsoreau de signer leurs retours.

Comme à son habitude, Coupet rentrait immédiatement dans le match. De bon augure pour l’Olympique Lyonnais puisque les Troyens avaient entamé la rencontre tambours battant.
Bangoura profitait des quelques instants d’ajustement entre Müller et Diatta, charnière centrale inédite, pour inquiéter « Greg » une première fois mais le Gone prenait le dessus (4’). Nivet, à bout portant, tentait à son tour d’ouvrir la marque. On croyait au but quand l’attaquant frappait le cuir au point de penalty mais s’était sans compter sur une parade exceptionnelle de Coupet, décisif en ce début de rencontre. Bangoura revenait à la charge en reprenant un corner de volée, sans cadrer… 3 tirs locaux, 0 pour les Lyonnais. L’ESTAC avaient pris le match par le bon bout. Juninho, d’une passe splendide, envoyait Govou répondre aux assauts des locaux. Le numéro 14 Olympiens piquait son ballon et manquait le cadre de quelques centimètres (28’).
Coupet brillait encore sur un coup franc de Nivet en repoussant le cuir sur son montant au prix d’une belle horizontale. Dans la minute qui suit et dans le même exercice, Juninho passait le mur légèrement avancé mais ne trouvait pas le cadre.
Les Lyonnais avaient repris du poil de la bête. Govou décalait Karim Benzema qui battait le Crom mais voyait son ballon dégagé par le bon retour de Poissy, sauveur de son équipe (36’). Le jeune international reprenait sa chance des 25 mètres sur un pétard enveloppé qui s’en allait flirté avec la transversale du gardien adverse (38’).

L’OL a par moment souffert dans cette première période avant de sortir la tête de l’Aube. Pendant le repos des joueurs, la pluie s’abattait sur la pelouse du stade, ce qui n’améliorait pas les conditions de jeu déjà difficile.

Au retour, Fred s’illustrait sur une belle frappe tendue suite à un bon travail de Monsoreau et Le Crom plongeait impeccablement. Nivet avait une nouvelle fois une bonne position de tir et voyait Fred repousser ses intentions.

Dans une rencontre cadenassée entre une équipe qui joue le maintien et une autre le titre, la solution allait probablement venir des coups de pied arrêtés. Juninho était alors l’homme de la situation. Son premier était repoussé par la tête de Bangoura… Son second, plein axe, trop enlevé (64’) et son troisième prenait le même chemin (69’)…
Malouda et Carew, tous deux fraîchement entré en jeu, se mettaient immédiatement en valeur. Le premier centrait pour le second, Le Crom était battu mais Paisley interceptait la passe devant Carew pour sauver son équipe.
Le coaching s’avérait payant puisque les deux acteurs combinaient devant la cage adverse et obtenaient un corner que Juninho s’appliquait de déposer sur la tête de Tiago pour l’ouverture du score (75’). L’international portugais ajoutait une unité à son compteur « but » garnit de 4 unités en L1 cette saison. Le 2-0 n’était pas loin quand Juninho envoyait un splendide ballon en profondeur pour John Carew parti à la limite du hors jeu. Le Norvégien croisait une frappe ralentie par les défauts de la pelouse et trouvait Le Crom sur sa trajectoire alors que Malouda lui offrait une solution.
Coupet terminait la rencontre comme il l’avait commencé, sur un nouvel arrêt décisif pour repousser les dernières intentions troyennes.

L’équipe de Jean-Marc Furlan, en quête de point pour ne pas voir revenir les Strasbourgeois de la zone rouge, doit maintenant s’en remettre aux prochaines rencontres à Metz ou contre Ajaccio pour espérer une éclaircie.
Du côté des Gones, le titre se rapproche et un premier record est en poche. Avec 38 points acquis à l’extérieur et une dernière défaite qui remonte au 4 mars 2005 à Caen, l’OL écrit une nouvelle page de son histoire… à suivre…
Sur le même thème