masculins / OL 4 - Lille 1

L'OL, sur un rythme infernal

Publié le 23 septembre 2006 à 20:02 par SR

Avec 19 points sur 21 possibles, les Olympiens assoient davantage leur position de leader du championnat en attendant sereinement la fin de la 7ème journée de championnat.

A la recherche des points perdus contre Toulouse la semaine dernière (1-3), les « Dogues » venaient sur la pelouse de Gerland pour reprendre du poil de la bête ; des points ; de la confiance... Pas si prétentieux que cela les nordistes aux regards des dernières confrontations entre les 2 clubs les plus réguliers de ce début de siècle. Après 4 victoires en autant de rencontres, Claude Puel et ses hommes auraient été ravis d’une trame identique à la saison dernière en honorant leur titre de « bête noire », mais un scénario tout autre attendait le LOSC au stade de Gerland.

Après un jeu de tête lyonnais entre Abidal, Govou et Squillaci, Malouda reprenait le cuir de la poitrine et enchaînait une reprise de volée, contrée, que Malicki voyait filer au fond de sa cage (6’). Ce premier but était le signe avant coureur d’une « soirée noire » pour les nordistes.
Combatifs et terriblement réalistes, ils parvinrent pourtant dans un premier temps à revenir au score sur une reprise de volée signée Keita, isolé au second poteau, qui termina sa course dans les buts de Coupet. On comprit ensuite que le ballon avait malencontreusement été dévié par Cris. Ce but donnait une bouffé d’oxygène aux partenaires de Chalmé qui parvenaient à retenir les attaques lyonnaises en faisant jeu égal avec les Gones. Se procurant même plusieurs situations intéressantes : Schmitz ne cadrait pas sa tête (35’) ; le centre fuyant de Keita ne trouvait pas preneur et finissait sa course dans les gants de Coupet (37’).
De l’autre côté du terrain, la frappe du pied gauche de Malouda était repoussée par les poings de Malicki tandis que la demi-volée de Réveillère échouait dans les tribunes (38’). D’un côté comme de l’autre, l’avantage n’était pas loin et les deux formations retrouvaient les vestiaires sur un score de parité. Govou, Schmitz et Fred auront récolté un carton jaune durant cette première période.

A la reprise, les Dogues confirmaient leurs intentions et leur faim de points. Coupet leur coupait la chique en s’interposant devant la tête de Makoun à bout portant. Cet arrêt décisif valait de l’or… tout comme la talonnade exceptionnelle de Fred, lançant Juninho dans l’espace de vérité. Le capitaine lyonnais valorisait l’offrande de son camarade brésilien en trompant Malicki d’un plat du pied (52’). Le match prenait une toute autre tournure. Plus de rythme ; plus de mouvement ; plus de réussite du côté des Olympiens, qui prenaient la rencontre à leur compte.
Källström envoyait un pétard à l’entrée de la surface claqué par le remplaçant de Tony Sylva, victime d’une déchirure aux adducteurs (62’). Juninho et Malouda combinaient aux abords de la surface et parvenaient à se frayer un chemin aux 5 mètres 50 avant d’être repoussés in-extremis par Bodmer.
Abidal procédait à une récupération musclée et partait en contre-attaque. L’international français adressait un centre d’une précision chirurgicale pour Fred et Malicki était une nouvelle dupé par un plat du pied droit brésilien (65’).
Fred était en état de grâce : il n’appuyait pas assez sa reprise de volée sur le centre de Kim Källström mais se rattrapait illico lorsque Juninho le lançait en profondeur. Le buteur lyonnais inscrivait son second but de la soirée et rejoignait Odewingie en tête du classement des buteurs de la ligue 1 orange d’une frappe croisée (68’). Sous les applaudissements de Gerland, l’auteur d’une passe décisive et d’un doublé cédait sa place à Karim Benzema. Govou et Toulalan sortaient à leur tour pour l’entrée en jeu de Wiltord et Diarra afin de conserver ce score à l’avantage des Lyonnais (77’). Benzema et Malouda étaient à deux doigts d’alourdir une addition déjà salée sur des passes astucieuses du Suédois Källström.

Avec 19 points sur 21 possibles, les Olympiens assoient davantage leur position de leader du championnat en attendant sereinement la fin de la 7ème journée de championnat.
Sur le même thème