masculins / Rennes 1 - OL 0

L’OL tombe sur un os

Publié le 04 novembre 2006 à 19:17 par BV

L’OL est tombé au Stade de la Route de Lorient. Les Lyonnais, invaincus depuis le début de la saison, ont chuté 1 à 0. Après 14 succès consécutifs, dont 9 en championnat, et malgré une multitude d’occasions, les Rhodaniens ne sont pas parvenus à tromper un adversaire bien regroupé.

Au coup d’envoi, l’entreprise semblait plus ardue que ne le laissait transparaître les 19 points d’écart séparant les deux équipes. Nantis de la 4e meilleure défense de Ligue 1 et forts d’un historique de 10 points engrangés sur 12 possibles au stade de la route de Lorient, les Rennais attendaient les Lyonnais de pied ferme et comptaient bien profiter des absences de Cris et Fred, remplacés numériquement par Berthod et Benzema.

Pour palier la défection de son défenseur central, Gérard Houllier avait décidé de recentrer Eric Abidal dans l’axe afin de composer avec Toto Squillaci une inédite charnière.
Au milieu du terrain, dans sa constante quête de fraîcheur l’entraîneur olympien avait choisi de titulariser Kim Källström, permettant au Suédois de recevoir l’ovation nourrie d’un public rennais reconnaissant.

Laissant trop souvent l'initiative à leurs adversaires, les Lyonnais tardèrent à entrer dans la rencontre. Les premières minutes furent ainsi légèrement à l’avantage des locaux, les joueurs de Pierre Dreossi se mettant les premiers en évidence avec un puissant coup franc d’Olivier Sorlin claqué en corner par Grégory Coupet (3e). Et le Stade de la Route de Lorient explosa de joie lorsqu’à la réception d’un corner de Monterrubio, Mbia trompa le portier lyonnais à bout portant (13e). Loin de se contenter de cet avantage, le Camerounais tenta à deux reprises sa chance de loin sans parvenir à attraper le cadre (17e et 20e).
A l’attaque afin d’égaliser avant la pause, les Lyonnais laissaient des espaces dans leur dos. En contre, Olivier Sorlin trouva le petit filet de Grégory Coupet (36e). Sur un nouveau corner tiré au premier poteau, John Utaka plaça sa tête trop à gauche (45e).
Au cœur d’une fin de première mi-temps à l’avantage des Rhodaniens, Juninho se procura la seule occasion olympienne mais son coup franc vint lécher la barre transversale de Pouplin (40e).

Menés d’un but à la pause, les Rhodaniens entamaient la seconde période avec la volonté manifeste de revenir au score. Désireux d’inverser la tendance comme ils l’avaient déjà fait cette saison face à Paris, Nantes et Nice, les joueurs de Gérard Houllier ne tardèrent guère à mettre à contribution Pouplin. Le portier rennais envoya en corner la frappe puissante du pied gauche de Sylvain Wiltord (46e) avant de cueillir aisément la tentative de Jérémy Toulalan (48e) et capter en deux temps le tir contré de « Nino » Wiltord (49e).
Les Lyonnais dominaient largement cette seconde période, ne laissant que de rares miettes à leurs adversaires du soir. Seul Sorlin, au terme d’un contre rapide, se montra dangereux mais envoya son tir au dessus (52e).
Au terme d’un somptueux numéro d’équilibriste Jérémy Berthod enleva trop son essai (57e). A l’entrée de la surface, Karim Benzema écrasa sa frappe (65e). Tout seul au premier poteau, Sylvain Wiltord ne put bonifier le centre en retrait de Kim Källström (70e). Karim Benzema fut également très proche d’égaliser mais son tir vint échouer sur les pieds de Pouplin (75e).
Les affaires rhodaniennes se compliquèrent singulièrement à la 77e minute de jeu lorsque l’arbitre, Mr Thual, exclut Juninho pour un geste du coude sur Didot (78e). Dans les dernières minutes Kim Källström eut la possibilité de ramener les siens à hauteur mais Pouplin dégagea en corner (80e).

"C’est le football. Si vous voulez transformer toutes vos occasions, ne jouez pas au football" affirmait Gérard Houllier vendredi. Ses hommes en ont fait ce soir la cruelle expérience : dominer n'est pas gagner.

Les Lyonnais n’ont bien entendu pas tout perdu à Rennes. Ils ont simplement redécouvert, pour la première fois de la saison, l’amer gout de la défaite mais resteront, quoi qu’il arrive demain, largement en tête du classement général. Loin de constituer un tremblement de terre, cet échec rappelle qu’à l’image d'un match, toute saison se compose de temps forts et de temps faibles. Les Lyonnais ne sont pas imbattables contrairement à ce qu’avaient faussement chanté les sirènes laudatives. Gageons qu’ils retrouveront très vite, avec sérénité et raison, le chemin du succès.

Retrouvez le résumé vidéo de la rencontre dès minuit sur OLWEB Premium
Sur le même thème