masculins / Sochaux 0 - OL 4

L’OL voyage en première classe

Publié le 18 mars 2006 à 22:45 par SR

Nouvelle victoire de l'OL sur le score de 4 buts à 0. Les réalisations olympiennes sont signées Wiltord (26e, 52e), Pedretti (45+2) et Malouda (58e). Les hommes de Gérard Houllier ont désormais 11 points d'avance sur Bordeaux.

A huit journées de la fin du championnat de France de Ligue 1, les sorts de chacun se dessinent. L’essor pour les uns, le déclin pour d’autres... Dans la zone rouge Metz, Strasbourg et Ajaccio n’ont plus le droit à l’erreur s’il ne veulent pas atteindre le point de non retour. Troyes est menacé, Sochaux dans l’anxiété…

Huit matchs avant la sentence, le maintien n’est pas assuré pour les Lionceaux ; et la couronne n’est pas encore sur la tête du Lyon. Et pourtant des destins s’esquissent, des choses se précisent… Bordeaux s’avère être un brillant dauphin et ne perd pas la distance malgré le rythme d’enfer imprimé par l’OL.
A Sochaux, le classement est bien loin des objectifs fixés en début de saison, les cadres perdus au mercato estival n’ont toujours pas été remplacés comme l’indique Jean-Claude Plessis avant le coup d’envoi « on ne remplace pas des joueurs ayant évolué pendant 5 ou 6 ans en une saison ». Du temps donc, c’est ce dont à besoin le FC Sochaux pour se refaire une santé et cela passe par une bonne fin de saison 2006, afin de rester parmi l’élite.

Plus que 2 mois à tenir pour Dominique Bijotat qui jongle avec les blessures de Brunel, Daf, Meghni et Lonfat, ajoutées aux suspensions de Boudarène et Josse avant de recevoir les Gones. La bonne nouvelle dans tout ça est que Jérémy Menez est de retour et question inspirations, ce n’est pas ce qui manque chez les Doubistes. L’écrasante victoire sur Saint-Etienne ou les récentes performances contre Auxerre (1-0) et Nancy (3-0) devraient aiguiller Isabey et consorts pour ne pas faire triste figure face au numéro 1 du championnat français… et à l’occasion, effacer des esprits leurs travers au stade Louis II (4-1), ce qui n’est pas une mince affaire au regard de l’ampleur de la tâche qui les attend contre l’Olympique Lyonnais.

A Lyon, on jongle simplement avec les compétitions puisque du côté des joueurs, seul Pedretti fait son entrée dans le 11 de départ par rapport à l’équipe type du moment. Chez Gérard Houllier, l’infirmerie se vide pas à pas. Caçapa et Réveillère récupère du temps de jeu avec la CFA pendant que Govou et Fred reviennent dans le groupe. Seul Berthod et Monsoreau restent en soins… question de temps.

En 2 temps 3 mouvements, Coupet sortait un premier arrêt et Cris restait cloué au sol suite à une interception musclée… plus de peur que de mal.
Les supporters étaient gâtés.
Dans ses premiers ballons, Ilan jouait l’équilibriste dans la surface de Greg, avant que Clerc ne s’empare du cuir. Après 8 minutes, Juninho effectuait un premier réglage sur coup franc mais Teddy Richert n’était pas inquiété. Idem pour le coup de pied arrêté de Menez sur Coupet. Patrick Müller d’une frappe vicieuse de l’extérieur du pied droit prêtait main forte à l’attaque lyonnaise (18’). Puis Malouda enrhumait Calve pour offrir un caviar à Carew. Trompé par le rebond, le Norvégien ne parvenait pas à redresser le cuir devant Richert, battu.
Gâtés ? Bichonnés même… Les Gones confisquaient le ballon avant que Nino n’explose la défense Doubiste. D’un contrôle subtil et diaboliquement efficace, il efface un, puis deux défenseurs avant de glisser le ballon dans un trou de souris pour inscrire sa 10ème réalisation en championnat (26’ ; 0-1). Le meilleur buteur Olympien faisait encore des étincelles sur un centre tendu de François Clerc mais sa demi-volé, contrée, se transformait en corner.

Malouda et Abidal faisaient la part belle à l’arrière garde Sochalienne et Richert, impuissant, voyait son montant lui sauver la mise devant la frappe croisée du Guyanais.

Il n’y avait plus qu’une seule équipe sur la pelouse du stade Bonal dans cette première période maîtrisée de la tête et des épaules par les hommes de Gérard Houllier.
Juninho reprenait sa chance des 25 mètres, sans trouver le cadre. L’organisation lyonnaise ne laissait que dalle à leur adversaire, ce qui permettait à Pedretti, brillant à la récupération, de doubler la mise pour l’OL. En s’appuyant sur Müller, le une deux donnait de l’air et de l’espace au Gone issu de Bonal pour frapper et trouver le cadre, malgré la déviation de Menez, pour clôturer la première période (47’ ; 0-2).

A la reprise, Richert restait aux vestiaires… Martinovic prenait sa place. Calve avait du mal face à Malouda qui prenait considérablement l’avantage sur le côté gauche. Wiltord en profitait en reprenant de la tête un centre du gaucher lyonnais au premier poteau pour inscrire son deuxième but de la soirée, le 54ème des Gones cette saison (52’ ; 0-3). Les Sochaliens étaient cuits. Martinovic, tout juste entré en jeu, n’avait pas le temps de souffler. Juninho envoyait un missile qui s’échappait des gants du portier jaune et revenait dans les pied de Malouda qui n’avait plus qu’à pousser le cuir au fond des filets (57’ ; 0-4). Le tableau d’affichage s’emballait.
A peine quelques minutes s’étaient écoulées que Wiltord enchaînait un contrôle frappe en pleine course sorti par le bout des gants de Martinovic.

Les Doubistes pouvaient souffler… Les Gones également en vue de la rencontre de mardi face à Bastia. Le coach Houllier procédait à ses premiers changements. Les joueurs s’économisaient quelques peu au terme d’une rencontre maîtrisée de bout en bout. Le compteur affichait 68 points, dont 35 pris à l’extérieur, décidément, l’OL voyage en première classe.


Retrouvez le résumé vidéo de la rencontre sur OLWEBPremium.
Sur le même thème