masculins / OL - OM J-1

L'OM... sur la route du grand chelem

Publié le 10 novembre 2007 à 12:32 par R.B

Encore 90 minutes d’efforts et l’OL pourra souffler… 90 minutes, encore, pour réaliser l’exploit de faire un sans faute dans ce marathon où 3 compétitions se sont entrecroisées…

Certes le prestige de l’adversaire appartient plus au passé qu’au présent, malgré sa participation à la Champions League dont il pourrait bien passer le cap de la phase de poules. Un club une nouvelle fois englué dans ses problèmes récurrents. L’OM ne serait plus l’OM sans son traditionnel pastis marseillais ! Mais avouons le tout de go une victoire lyonnaise dimanche soir aurait une portée historique. Les Lyonnais signeraient en effet un 7ème succès de rang en 22 jours en ayant disputé 3 compétitions différentes. Ce genre de performance, ils ne l’ont jamais fait. Même la saison dernière quand l’OL menait un train d’enfer !

Les Lyonnais sont donc à 90 minutes d’une superbe performance. Oh elle ne donne pas toutes les garanties de machine inébranlable cette équipe lyonnaise. Dans chaque rencontre ou presque de ce marathon, il y a eu quelques couacs, des moments de craintes, des absences, des cadeaux. Parlons aussi de cette faiblesse du bloc défensif… Il y a eu au fil du temps de la fatigue… Mais aussi beaucoup de bonheur ; des révélations ; des confirmations ; des gestes inimaginables ; de nombreux buts ; des buts superbes ; une volonté individuelle et collective de ne rien lâcher.

L’OL a repris la tête de son championnat, s’est qualifiée en Coupe de la Ligue et s’est relancé en Champions League en ayant déjà assuré une porte de sortie vers la Coupe Uefa. Le tout sans Coupet, Cris, Toulalan, Müller ; et avec un Fred en manque de compétition. Alors tout en étant lucide, apprécions, apprécions vraiment ce qui se passe.

Les amateurs de marathon savent qu’il faut franchir « le fameux mûr » avant de retrouver souffle et jambes pour bien terminer la course. Cela se passe dans la tête, cette lutte entre l’envie de laisser tomber face à la souffrance et le désir de forcer le passage vers des minutes meilleures. Dimanche soir, la donnée mentale vers le grand chelem pourrait être déterminante. Cette donnée mentale affichée mercredi soir en fin de match par le remarquable Sidney Govou. Le fameux mûr, il l'a véritablement fracassé à la force de ses tripes! Alors, avec certainement une dose de fraicheur dans le 11 de départ, le groupe lyonnais a bien évidemment les arguments de cette réussite attendue.

[IMG42340#R]Les Phocéens sont dans un drôle de pastaga. Ils pointent à 20 longueurs du sextuple champion de France. Ils sont relégables. Cissé n’est plus un titulaire indiscutable, voire tout simplement un titulaire. Taiwo accumule les bévues. Zenden déçoit… L’OM ne flambe pas en attaque… les coulisses sont toujours en mouvement. La patience n'a jamais été une qualité marseillaise. Heureusement Mandanda, Niang, Valbuena, Bonnart, Cana… et le petit Nasri, qui revient, tiennent un peu ce bateau olympien devenu barcasse, sauf en Champions League. En course pour la qualification aux 1/8èmes de finale, les partenaires de Cana méritaient mardi soir à Porto un autre résultat que cette défaite 2 à 1. L’OM ne fait jamais rien comme les autres. L’OM fait toujours tourner les têtes, souvent, malheureusement, à l’envers ces derniers temps. L'OM a de la qualité exprimée trop parcimonieusement.

Mais attention, Olympiens des bords du Rhône, ce club réussit plutôt bien dans votre maison de Gerland : lors de ses cinq dernières visites, il a ramené 1 victoire, 2 nuls, 1 défaite… et une qualification en Coupe de France. L'OM est une bête blessée, ne l'oublions pas! Et puis un OL – OM a toujours un parfum de match équilibré. Les ambitions des uns et des autres ? Elles sont connues. Gagner d’un côté ; ne pas perdre de l’autre. Avant la trêve nationale, pas question d’armistice anticipée... Il faut tout donner.
Sur le même thème