feminines / OL Féminin

Louisa Nécib: "il faudra marquer là-bas"

Publié le 03 avril 2008 à 18:07 par CF

A quelques jours de la rencontre décisive face à Umea, celle que la presse considère comme l’« héroïne » du match aller croit fortement aux chances de qualification de son équipe. Louisa Nécib compte, sous les yeux de son président, ne pas le décevoir.

Louisa, on a pu lire dans la presse que tu étais l’héroïne de l’OL au stade de Gerland, quelle est ta réaction ?
« Héroïne », je ne pense pas que ce soit le mot. Ce but nous fait du bien, on va en Suède avec un match nul plutôt qu’une défaite. Malgré tout, il faudra marquer là-bas, ce qui n’est pas une mince affaire. Mais je reste tout de même confiante, je pense que le résultat du match aller nous laisse toutes nos chances de qualification. Il faudra être fortes mentalement, motivées et déterminées, mais nous le sommes déjà.

Quelles impressions vous laisse le résultat nul du match aller ?
On attendait une grosse équipe d‘Umea. Le score montre que l’on n’a pas été ridicules face à elles. Nous avons apporté le danger devant leur but, jusqu’à recoller au score, face à une grande équipe européenne.

L’équipe d’Umea n’a pas montré une défense des plus solides…
On connait leurs qualités offensives et leur jeu. Elles font preuve de quelques lacunes en défense. De notre côté, on va retrouver Sonia Bompastor – de retour de suspension - sur le match retour. Elle va beaucoup nous apporter sur le côté gauche, en défense comme en attaque. La qualité de ses centres peut être un atout pour nos attaquantes car devant, on a des joueuses capable de faire la différence de la tête.

A l’opposé, quel est pour toi le principal atout de cette équipe suédoise ?
Marta ! Offensivement, l’équipe d’Umea possède un trio assez fort et costaud. Elles vont vite et rassemblent des qualités techniques et physiques. Mais nous avons confiance en nos défenseurs.

La rencontre va se dérouler sur un terrain synthétique, qu’en penses-tu ?
Il y aura quelques différences au niveau des sensations, de la frappe de balle, des rebonds… Mais on a l’habitude. Pas mal de joueuses de notre équipe ont été formées à Clairefontaine, sur des pelouses synthétique. Je pense que l’on pourra s’adapter assez rapidement.
Sur le même thème