masculins

Lyon Mag continue sa campagne de dénigrement...

Publié le 08 décembre 2003 à 15:20

La Direction du Club tient à adresser le message suivant aux supporters. Sous le titre « La vérité sur les comptes de l'O.L . », Lyon Mag fait une présentation apocalyptique de la situation financière et juridique de l'O.L. avec, comme c'est l'habitude pour ce magazine, des contrevérités et affirmations tendancieuses.

La Direction du Club tient à adresser le message suivant aux supporters.



Sous le titre « La vérité sur les comptes de l'O.L . », Lyon Mag fait une présentation apocalyptique de la situation financière et juridique de l'O.L. avec, comme c'est l'habitude pour ce magazine, des contrevérités et affirmations tendancieuses.



L'Olympique Lyonnais dénonce cette fois cette nouvelle entreprise de déstabilisation et dément formellement les allégations parues dans cet article et précise notamment que,



- Monsieur Seydoux n'a jamais tenu de tels propos

- l'organisation juridique de l'O.L. a été approuvée et validée par toutes les parties prenantes et commissaires aux apports

- la « magie comptable » n'est que la traduction de comptes certifiés par les commissaires aux comptes (voir ci-dessous leur rapport lors de l'Assemblée Générale du 1er décembre 2003)

- il n'y pas de dessous de table entre l'O.L et Bastia

- l'amalgame qui est fait autour de deux dossiers dans lesquels l'O.L. n'est pas directement concernés est lui aussi tendancieux





Pour que l'information des supporters soit complète, la Direction du Club publie ci-dessous copie de la lettre adressée ce jour au Directeur de la Publication de Lyon Mag, ainsi que le rapport des Commissaires aux comptes, le communiqué de presse de l'UCPF, et la déclaration de Frédéric Thiriez, président de la LFP.





Monsieur le Directeur de la Publication,



Je viens de lire l'article que vous avez fait paraître dans votre numéro 131 daté de décembre 2003 sous le titre « La vérité sur les comptes de l'O.L. » en pages 51 à 54 de votre mensuel, le tout annoncé sur la page de couverture du magazine par une formule d'une ambiguïté voulue « Enquête sur les comptes de l'O.L.».



Mon devoir social est de m'inscrire en faux contre une analyse erronée et malveillante des comptes du club dont vous ne pouviez d'ailleurs avoir connaissance au moment du bouclage de votre périodique puisqu'ils n'ont été approuvés par l'Assemblée Générale du club que le 1er décembre 2003 et qu'ils ne feront l'objet d'une publication que dans les semaines prochaines, conformément à la loi.



Nous devons davantage encore nous interroger sur votre motivation à ce moment précis puisque vous savez, et vous l'écrivez, qu'actuellement notre demande d'introduction en bourse est soumise à l'A.M.F. qui doit prendre position la semaine du 8 décembre 2003.



Votre « enquête » pour laquelle vous nous avez demandé une interview, par un fax daté du vendredi 21 novembre à plus de 21 H !, contient des contrevérités et affirmations tendancieuses voire diffamatoires malheureusement dans le prolongement de la plupart des articles que vous avez consacrés à l'Olympique Lyonnais.



Bien entendu, en demandant le 21 novembre une interview qu'il aurait fallu organiser avant le 27 novembre date de votre bouclage alors que nous étions en déplacement à Anderlecht et donc absent de Lyon jusqu'au 26 novembre, vous saviez pertinemment qu'il n'était pas possible que nous vous répondions positivement.



Nous vous avons invité à un point presse programmé le 4 décembre auquel vous avez refusé de participer tout en passant, sans bien entendu poser une seule question, au débat auquel j'ai participé le 28 novembre dans le cadre de Lyon Place Financière …



Je m'étonne enfin que vous ayez délibérément publié cette « enquête » qui nous porte préjudice sans même interroger les commissaires aux comptes de l'Olympique Lyonnais qui ont certifié sans aucune réserve les comptes 2002-2003 clos le 30 juin dernier.



Pourquoi vous acharnez-vous sur l'Olympique Lyonnais qui demeure tant sur le plan sportif que sur le plan organisationnel et financier un exemple du football français ?



Je n'irai pas plus loin quant à présent, réservant cependant tous les droits de notre club sur les préjudices pouvant résulter de la diffusion d'allégations infondées et nuisibles.



Veuillez agréer, Monsieur le Directeur de Publication, l'expression de ma considération.



Jean-Michel Aulas

Président