masculins / OL 1 - Bastia 0

Lyon sur tous les fronts

Publié le 21 mars 2006 à 23:49 par SR

« Quart » c’est une des priorités du club... Soulever le trophée au Stade de France. <br> On change de compétition et quelques joueurs à Lyon. Coach Houllier à privilégié a fraîcheur dans cette épreuve qualifiée d’objectif au même titre que le championnat ou la Champions League

Cette rencontre permettait à Caçapa et Réveillère de revenir en compétition après 2 mois d’absence pour le premier, 3 pour le second si l’on omet ses 30 minutes de jeu le 1er février dernier. Diatta, lui, est aligné côté gauche pour la première fois de la saison.

Le leader de la Ligue 1 « recevait » la crème de ce qui évoluait à de l’étage du dessous. Pouvaient-ils avoir des vues sur la Coupe face à l’appétit de Lyon ? Mais vous savez en Coupe de France…

Bastia avait perdu la tête… du classement par le plus petit écart du côté de Lorient en match avancé mais aspire toujours, dans 8 journées de championnat, à une remontée parmi l’élite après un an d’absence. Préoccupés par cette place dans l’ascenseur, cette coupe revêtait un intérêt particulier dans l’esprit des joueurs corses. Sans pression ni exigence de résultat, le jeu des hommes de Bernard Casoni risquait-t-il d’en prendre un coup ? Ou au contraire se bonifier au plus grand bonheur et à la plus grande surprise de l’adjoint Michel Padovani sur le banc, pendant que Casoni coulait un match de suspension.

Pour ce premier match contre un supérieur « divisionnaire », Jau, Camadini et Marester restait sur l’île de beauté soigner leurs bobos… Née, suspendu et Malek Cherrad, écarté du groupe suite à un mauvais geste, avaient fait de même.

Laville, en bleu ce soir, retrouvait Gerland sous les applaudissements. Gomez, l’autre ex-lyonnais, restait sur le banc.
A l’entame de la rencontre, Coupet donnait du mou à son équipe à trois reprises. Il soulageait sa défense en captant un premier ballon fuyant sur sa ligne des 5 mètres 50, avant de s’envoler s’emparer du second… et de griller la priorité à Meslin, de la tête, juste devant sa surface de réparation, pour le troisième (7’).
Au quart d’heure de jeu, Juninho s’essayait une première fois sur coup de pied arrêté mais son ballon fonçait mourir dans les bras de Penneteau. La tentative de Benzema en première intention, suite à un décalage de Pedretti, s’en allait, elle, dans les tribunes (20’). Juninho, de nouveau sur coup franc, mettait Penneteau dans l’embarras, obligé de boxer le cuir des 2 poings… Benzema récupérait et centrait pour Cris qui renvoyait le cuir sur le poteau.

De l’autre côté du terrain, Laville inquiétait son ancien gardien mais sa tête passait à droite du montant. Dans la foulée, Benzema manquait de s’ouvrir les chemins des filets. Son contrôle de la poitrine enchaîné d’une frappe instantanée obligeait Penneteau à se coucher pour sortir la balle de son but (33’).
Diane et Ghisolfi voyaient jaune pendant que leur portier avait la lourde tache de repousser les offensives lyonnaises de plus en plus fréquentes (40’).
Govou trouvait la place de frapper… dans les pieds de Penneteau, Réveillère enlevait trop sa frappe ; Le lob de Fred qui suivait un amorti millimétré n’était pas cadré ; Le retourné acrobatique de Juninho n’était pas assez appuyé…

L’arbitre de la rencontre, Mr Kalt, mettait un terme à toutes ces offensives et renvoyait les 22 acteurs aux vestiaires sur un score nul et vierge.
A la reprise, le premier danger venait d’une déviation en retrait que Penneteau renvoyait in-extremis en corner (54’). Le portier brillait encore sur une parade exceptionnelle devant la tête de Fred à bout portant (55’). Mais il était impossible de rayonner devant la frappe majestueuse et monumentale de Monsieur Juninho. A 25 mètres du but, le brésilien catapultait le cuir sous la barre corse et s’en allait saluer les 29 026 supporters présents à Gerland (56’).

La cage des visiteurs était prise d’assaut. Diatta, en mode offensif ce soir, déposait une tête sur le poteau de Penneteau. Barthelemy répondait par une frappe sans contrôle… et sans cadrer (62').
Ben Saada faisait son entrée et tentait de percer la défense lyonnais peu de temps après. Sa tentative solo s’échouait dans les tribunes (71’). Clément puis Ben Arfa quittaient également le banc des remplaçants pour suppléer Pedretti et Fred.
L’OL gérait son avantage en donnant quelques coups de boutoirs amorcés par son trio offensif. Benzema trouvait un trou de souris pour frapper et butait sur le gardien adverse (85’).

Les 3 minutes de temps additionnel n’ôtaient pas la qualification aux Gones, au contraire, elles donnaient à Juni une ènième chance de marquer, dans son exercice préféré. Mais sa frappe partait au dessus de la transversale de Penneteau.
Après le 4-0 à Grenoble… Après le 2-1 à Ajaccio… Les Olympiens accèdent aux quarts de finale de la Coupe de France en s’imposant 1-0 contre Bastia devant plus de 29 000 supporters qui faisaient savoir à « Flo » Laville avant de partir qu’il sera toujours chez lui ici, à Gerland.

Retrouvez le résumé du match en vidéo sur OLWEBPremium.
Sur le même thème