masculins / Prolongation

« Lyonnais à vie… »

Publié le 22 juillet 2013 à 13:17 par R.B

Joël Bats a prolongé son contrat avec l’OL de deux saisons… Il est désormais lyonnais jusqu’en 2016…

Comment imaginer les gardiens lyonnais sans leur entraineur Joël Bats ? « Jo » est arrivé au début de la saison 2000-2001. Il bosse depuis avec ses poulets, les faisant grandir jusqu’en en équipe de France, par exemple, pour « Greg » (Coupet) et Hugo (Lloris). Coupet, Lloris, Hugues, Puydebois, Hartock, Roux, Valverde… et aujourd’hui Vercoutre, Lopes, Gorgelin, Defourny, Frick ont tous travaillé plus ou moins longtemps, régulièrement avec lui.

J’ai toujours la même passion, la même envie, la même motivation de bosser avec mes gardiens pour les accompagner le plus haut possible

« Jo » vient de prolonger de deux saisons. Qu’est-ce-que cela signifie pour toi cette prolongation ? « Lyonnais de cœur… lyonnais à vie… J’avais fait 13 saisons au PSG. J’attaque la quatorzième à l’OL. J’ai toujours la même passion, la même envie, la même motivation de bosser avec mes gardiens pour les accompagner le plus haut possible ».

 Quand on demande à ce maître reconnu si certaines choses ont changé depuis son arrivée entre Rhône et Saône, il parle en souriant de ses cheveux, de quelques forces en moins… Il souligne que deux gardiens (titulaires) ont jalonné 12 de ses 13 saisons (Coupet et Lloris). De la fierté ? « Non. Toutes ces saisons et cette prolongation, c’est de la reconnaissance. Je ne l’a recherche pas mais comme tout être humain, j’en ai besoin. C’est valorisant ».

« Jo »  le pudique n’expose pas toujours ses sentiments, ses douleurs... Il parle cependant de son opération du genou au début de ses vacances. Il a trainé la patte ; Il a serré les dents et continue de le faire pour donner le meilleur de lui-même au quotidien. «Les gardiens, comme les autres joueurs, on a souffert aux US… Mais il faut savoir se faire mal pour faire mal ensuite aux autres ; souffrir pour faire souffrir les autres… ».

« Jo » le guerrier s’appuie sur ses « combats » sans se reposer sur ses lauriers. « A chaque début de saison, je suis devant une belle page blanche. Et au fil des semaines, on la remplit du mieux possible en sachant qu’il faut toujours  répéter les principes de base spécifiques au poste. Chaque saison est différente avec ses rêves, ses ambitions, ses souffrances, la réalité de l’instant... ». Et de poursuivre : « j’évolue d’une saison à l’autre. Il y a les fondamentaux indispensables à répéter, mais après les exercices sont différents. Ils doivent surprendre tout en collant à la réalité et en satisfaisant les exigences du foot moderne ».

La plus belle des conclusions ? « Le pire, ce serait de rester figé.  Je ne suis pas comme cela… Et, tu imagines un gardien figé dans sa cage ? Ce serait terrible ! ». « Jo » a ouvert depuis peu sa 14ème page blanche lyonnaise en attendant les deux autres. Il va couver ses poulets sans leur faire de cadeaux. Il va les faire souffrir avec son exigence quotidienne, son pied gauche diabolique… Il va les rassurer avec son expérience, ses mots choisis, une tape amicale, un regard… Il va « jouer » avec eux, les titiller pour qu’ils se surpassent… Cela donnera, encore, de très belles images de complicité dans le travail. Le monde des gardiens est un univers à part. Et personne ne ressemble à « Jo » Bats, ce Landais qui a débuté sa carrière de joueur à Sochaux en septembre 1976 pour la terminer au PSG en 1992 après 603 matchs officiels avant de devenir dans la foulée entraineur adjoint du club parisien.