masculins / OL - Reims J-2

M. Gonalons : « On veut redevenir le Lyon qu’on a été »

Publié le 16 novembre 2012 à 11:36 par TB

Ce matin, « Max » Gonalons est revenu sur sa semaine en « Bleu », le nouveau visage de l’OL et son évolution personnelle.

 Maxime, d’abord comment avez-vous vécu cette belle parenthèse en Equipe de France ?
La sélection représente pour tout joueur quelque chose de grand. Tous les gens vous regardent, on défend l’honneur du pays et lorsqu’il gagne, l’engouement est multiplié ! L’Espagne, maintenant l’Italie : la France a battu deux grosses nations du football entre le vice-champion et le champion d’Europe en titre… C’est très gratifiant. Cela permet au groupe de progresser et montre qu’il peut rivaliser avec n’importe qui.  (Sourire) Je pense que les téléspectateurs ont apprécié. Ceci dit ce match appartient au passé, je suis désormais concentré sur la réception de Reims.

L’OL a engrangé 15 points sur 18 possibles à Gerland, quelle est la recette ?
Si l’on est autant performants à domicile, c’est aussi parce les choses ont changé depuis l’an dernier. Aujourd’hui tout le stade semble derrière nous. L’OL a retrouvé son public, mais pas seulement. Je pense au jeu de passes, à l’agressivité… L’équipe est repartie sur de nouvelles bases et elle aspire à continuer dans ce sens sur la durée. On veut redevenir le Lyon qu’on a été ! Et ça commence par prendre trois points face à ce promu qui viendra sans complexe et plein d’ambition à Gerland.

Au tiers du championnat, vous pensez au titre ?
Ce n’est pas ma préoccupation. J’essaye de donner le maximum. C’est vrai que le début de saison est très satisfaisant, en terme d’état d’esprit, au vu des prestations, il y a une vraie dynamique positive. Une osmose s’est créé, je peux parler aussi du centre de formation, il est très performant, preuve en est le nombre de jeunes qui frappent à la porte de l’équipe pro. Nous sommes tous tournés vers un même objectif : à savoir le podium. Si l’on poursuit sur cette moyenne de deux points par match, on y sera…

Depuis toujours je me concentre uniquement sur le futur proche. C’est mon mot d’ordre. Il m’a permis de franchir étape par étape

Quels sont vos principaux adversaires ?
La concurrence sera rude car la lutte au bout de douze journées est déjà alléchante. Je pense à Paris évidemment, Marseille a bien débuté, puis Lille, Bordeaux et même Saint-Etienne : c’est hyper serré ! J’attends d’ailleurs ce derby avec impatience. Cela mettra du piment d’avoir les deux clubs en haut du tableau, j’espère juste qu’ils seront derrière nous en fin de saison.

 Peut-on dire que le statut de Maxime Gonalons a changé ?
Je ne me pose pas ce genre de questions. Bien sûr que des choses ont changé, comme l’Equipe de France ou le vice-capitanat au club, j’en ai conscience, mais ça ne me préoccupe pas. Même si je suis heureux de la tournure des évènements, je ne perds pas de vue cette notion de travail. Depuis toujours je me concentre uniquement sur le futur proche. C’est mon mot d’ordre. Il m’a permis de franchir étape par étape.

Et de devenir un leader ?
J'essaye de m’impliquer et de prendre la parole dans le vestiaire. Le collectif a beaucoup d’importance à mes yeux, je pense « équipe », et j’ai de l’ambition pour elle, car quand tu remportes des trophées, comme la Coupe de France l’an passé, ce sont des moments merveilleux à partager. Après à titre personnel, tu acquiers de l’expérience, tu deviens plus « malin » et l’enchaînement des matchs te fait progresser. Tu les appréhendes moins parce que tu te concentres différemment. Là oui, je peux volontiers avouer que j’ai grandi.

Sur le même thème