masculins / Real Madrid - OL

Madrid en 90 minutes chrono

Publié le 21 novembre 2006 à 12:45 par R.B

Que faire d’une partie de sa journée à Madrid un jour de match européen quand vous êtes déjà venu 12 mois auparavant ? Lire la presse locale à propos de la rencontre du soir et visiter bien sûr… mais différemment.

Quand la veille au soir vous vous empiffrez de succulentes tapas arrosées d’un Riojo bien épais, vous avez du mal à dormir. Au réveil, une seule pensée vous vient à l’esprit : transpirer les abus. Madrid est la capitale européenne la plus haute en altitude avec un peu plus de 600 mètres. En chaussant vos baskets, vous vous rendez vite compte qu’il y a des montées et des descentes ! Top chrono à hauteur de la Place du Docteur Maranon… direction au petit bonheur la chance en souvenir du mois de novembre dernier. En prenant l’immense Paseo de Castellana, cela doit conduire vers le Palais Royal. Il faut jongler avec les passants, les voitures, les feux rouges, les travaux ; le bruit de la circulation est incessant. En quittant la Castellana, cela grimpe avant de basculer vers d’autres lieux tout aussi agités. Les cireurs de chaussures sont fort occupés en ce matin frisquet. Ils taillent le bout de gras avec leurs clients aux pompes en mal de beauté.

Marre des ces grandes avenues bruyantes. Une petite rue à gauche tend sa quiétude et ses jolis pavés. Elle débouche quelques mètres plus loin sur un parc en hauteur de 7 hectares. Ce sont les jardins du temple Debod. Ils surplombent une partie de Madrid et laissent entrevoir à portée de foulées ceux du Palais Royal. Le Temple Debod ? Un cadeau, en 1968, du gouvernement égyptien pour remercier l’Espagne d’avoir aidé l’Egypte dans la sauvegarde d’un monument local à la suite d’inondations. Ce Temple a 2 200 ans d’âge ; il avait été construit à la mémoire des Dieux Amon et Isis.

[IMG41571#R]Du temple au Palais, cela prend 5 petites minutes. Un bâtiment énorme entouré de jardins remplis de statues des rois et reines ayant fait l’histoire de ce pays. 2 gardes à cheval se font photographier devant les portes du Palais. Des gamins jouent ; les parents discutent ; les chiens vaquent gentiment selon leurs besoins. De la Place de l’Orient à celle du Soleil, il fait bon se perdre dans les petites rues en travaux. Le fameux « Jamon » pend dans de nombreuses vitrines et vous tend, le coquin, les bras. Il n’en est pas question ! Retour sur les grandes avenues. Direction la Place de l’Indépendance et sa porte après avoir contourné l’immense Palais de la Communication. Cette place donne sur El Jardines de Buen Retiro. Un Parc immense aux magnifiques couleurs automnales. Pas question de laisser les feuilles mortes à terre. L’aspirateur fonctionne à temps plein. L’allée principale conduit à un plan d’eau entouré de monuments. Les petites embarcations sont sagement alignées dans un coin ; elles doivent se préparer à hiverner, même si la température atteint les 14 degrés. Ceci explique que les bancs soient occupés sans risquer un coup de froid.

Il faut bien rentrer à l’hôtel. De nouveau le bruit pour regagner la Place du Docteur Maranon. En 90 minutes chrono, cela fait une belle promenade. 90 minutes ? Le temps de ce match qui attend Madrilènes et Lyonnais en ce 21 novembre. Que dit la presse locale ? Dans El Pais, il est question de Juninho et de ses fameux coups francs ; il est question aussi de l’OL et de sa quasi invincibilité depuis le mois de mai dernier. Les journalistes parlent bien évidemment du Real en reprenant les propos de Fabio Capello lors de la conférence de presse de la veille au sujet de Guti qui vient de prolonger son contrat. Mais ce qui est mis en avant, c’est l’extraordinaire contrat signé par le Real et la Télévision (Mediapro). Un contrat de 1 100 millions d’euros pour 7 saisons ! Quant aux équipes, Cannavaro est toujours incertain ; il serait remplacé dans l’axe par Sergio Ramos ce qui entrainerait le retour de Salgado. Côté lyonnais, un milieu à 4 est prévu avec Clerc et 2 attaquants (Malouda et Carew).

Dans les colonnes d’ABC, 3 pages sont consacrés à ce match. Un article rappelle l’importance de la première place. Madrid a toujours été éliminé lorsqu’il a débuté ces 1/8èmes de finale chez lui en 2005-2006 contre Arsenal et en 2004-2005 face à la Juventus. D’autres lignes vantent les mérites du club français et de son président Jean-Michel Aulas. Quant aux équipes annoncées, il est question d’un milieu à 3 pour l’OL et de la présence de Rémy ou de Ben Arfa aux côtés de Carew et de Malouda. La grosse côte serait que Bettiol débute… Il est bientôt 13h. Dans un peu moins de 8 heures, Monsieur Hauge donnera le coup d’envoi de ce match pour la première place du groupe E. Pas dit en attendant que l’on ne se laisse pas tenter par un peu de « Jamon » après la douche…
Sur le même thème