masculins / MU - OL

Manchester - OL dans la presse

Publié le 04 mars 2008 à 13:28 par BV

OL – Manchester est à la Une de tous les quotidiens de ce mardi 4 mars. « <i>Lyon est dans l’arène</i> » titre L’Equipe, « <i>OL : le match pour entrer dans la légende</i> » pour le Progrès, « <i>Unis pour battre Manchester</i> » en « Une » du Parisien - Aujourd’hui en France.

[IMG41308#L]Dans son Editorial, L’Equipe s’interroge : « Pourquoi pas ce soir ? (…) Il serait temps que Lyon fasse chavirer le pays dont il est l’inamovible champion. » Les Lyonnais pourront en tout cas compter sur Grégory Coupet qui jouera son premier match officiel à Old Trafford et prévient : « il faut aussi avoir peur. Une peur positive. Rêver à l’exploit, c’est une chose. Mais rêver à être vivants dans ce match, c’est important aussi ». Il faudra donc être solides derrière car comme l’explique Vincent Duluc, « les Lyonnais ont l’assurance d’être sévèrement secoués ce soir » notamment par le duo « Tevez-Ronaldo, la peste plus le choléra ». Conséquence [IMG42944#R]du but de Tevez à Gerland, les Rhodaniens savent qu'ils devront marquer à Old Trafford pour se qualifier. Pour y parvenir, ils s'appuieront une fois de plus sur leur buteur Karim Benzema que Hugot dessine en Zorro chevauchant un lion : « Lyon, avec un Z qui veut dire Benzema. » Ferguson dans la partie inférieure du dessin tempère : « Oui, mais moi je ne suis pas le sergent Garcia. »

Gagner à Old Trafford, une performance qu'une seule équipe est parvenue à réaliser lors des 20 derniers matchs de C1 joués à domicile par les Red Devils. Old Trafford, que fait visiter le quotidien sportif. Le « théâtre des rêves », nom donné par Bobby Charlton, est « un stade magnifique, mais l’atmosphère y est parfois un peu tiède ».

[IMG42945#R][IMG41305#L]Le Progrès souligne de son côté que l’OL a ce soir l’occasion d’ « écrire une page d’histoire... » Christian Lanier note que s’ils n’ont pas les faveurs des pronostics, « les Lyonnais ont un avantage : celui d’être conscients de la difficulté de la tâche » qui les attend. « En profitant de la suffisance supposée de MU, et en s’appuyant sur le talent de ses serviteurs, Benzema, Ben Arfa, Govou, Juninho, pourquoi les Lyonnais ne le feraient-ils pas ? » s’interroge-t-il.

« Y a-t-il une recette pour se qualifier ? » se demande de son coté Antoine Osanna, traduction française de « To play or not to play ? » Sur le papier, la méthode est simple : « résister le mieux possible aux vagues rouges avant de desserrer l’étau et profiter d’opportunités qui vont forcément se créer. » Autre tactique : « jouer la surprise en bousculant leur adversaire d’entrée et en les contraignant à une course-poursuite. »

Juninho penche pour la première option. « Il faudra d’abord bien défendre et surtout tenir le ballon (…) si nous sommes équilibrés et que nous ne tombons pas dans le piège, il y aura de la place pour passer ». « C’est du 60 – 40 pour Manchester », dit le Brésilien qui demeure confiant : « on peut tenir, même en prolongations. »

Pour tenir, il faudra de l’engagement, des vertus morales et le don de soi. Des qualités qui font dire à Grégory Coupet : « Soyons typiquement Anglais. »

[IMG41303#L]Aujourd’hui en France affirme que « Pour l’OL, c’est le moment ou jamais d’être grand ». Sous la plume de Marc Benoist, Karim Benzema prévient : « il ne faut pas avoir peur de jouer. On n’a aucun calcul à faire. On doit jouer pour gagner. »

[IMG42946#L]Le Monde dresse un portrait de Carlos Queiroz, entraîneur de Manchester United, bras droit du manager Sir Alex Ferguson, le « maître à penser du jeu de Manchester United », celui dont le recrutement constitue selon l’Ecossais « l’une de (ses) meilleures décisions». Le technicien portugais analyse le match face à l’OL : « je vais demander à mes joueurs de prendre beaucoup plus de risques qu’à Gerland. Et je m’excuse d’avance auprès des Lyonnais : Manchester United ne peut se permettre de quitter si tôt la Ligue des Champions. »
Sur le même thème