masculins / Tignes 2009

Mathieu Bodmer : « Je suis à un tournant »

Publié le 08 juillet 2009 à 10:00 par BV

S’il concède n’apprécier que modérément les exercices physiques du stage d’avant-saison, Mathieu Bodmer en reconnait le caractère indispensable. Il parle également de sa décision de se stabiliser au poste de défenseur central et de sa volonté de jouer la Coupe du Monde.

Comment se passe le stage à Tignes ?
Bien. On a jusqu’à maintenant bien travaillé. On a fait de grosses séances, bien différentes puisqu’on a pratiqué le ski, le vélo, la course à pied et qu’on a également touché le ballon. On est, ici à Tignes, dans un contexte qu’on connait, on y a nos habitudes, on sait comment travailler pendant 10 jours, c’est un avantage énorme. L’ambiance est vraiment très bonne, tout le monde bosse avec plaisir et le sourire. Lorsque les stages sont difficiles, il est primordial qu’il y ait une bonne ambiance dans le groupe.

[IMG50099#R]Le vélo, le ski, la course, ce sont vos grandes passions n’est-ce pas ?
Oui, tout à fait (rires). Non pas du tout. Le ski, c’est une catastrophe ; le vélo ça va tant que c’est plat ; et la course je n’aime pas du tout, je ne vais le cacher : je n’ai jamais aimé courir. Moi, ce que j’aime ce sont les sports collectifs, avec un ballon mais je sais très bien que pour réaliser une grande saison, il faut faire une bonne préparation. Je fais donc du mieux possible, je donne tout ce que je peux et je sais que cela donnera ses fruits dans quelques temps. Je suis très dépendant de mon physique : quand je ne suis pas à 100% physiquement, voire plus, j’ai du mal à exprimer toutes mes qualités. J’ai besoin d’être bien physiquement pour développer mon football.

A quoi pensez-vous dans ces moments où il faut courir ou monter l’Iseran ?
Lorsque j’ai monté l’Iseran, j’écoutais de la musique. Je pense également à ma famille, à mes enfants et à ma femme qui sont chez moi mais qui comptent sur moi pour que je me donne à fond, à tous mes amis qui n’ont pas réussi dans le football. Pour toutes ces personnes-là, je n’ai pas envie de lâcher, même si ça fait mal.

Faire mieux que le coach, c’est une source de motivation ?
Dans le domaine physique, je sais très bien que n’y arriverai pas. C’est le sixième stage que j’effectue avec lui et je ne l’ai jamais battu : dans le domaine physique, il est imbattable.

[IMG50097#L]Le groupe a-t-il été traumatisé par les départs de Karim Benzema et de Juninho ?
Non. On savait plus ou moins pour Juninho. Il a fait ce qu’il avait à faire ici, il a fait de grandes choses, il voulait voir autre chose. Concernant Karim, cela s’est fait plus rapidement mais on savait qu’un jour ou l’autre, avec le talent qu’il a, il allait partir de Lyon. J’ai été plus ou moins surpris par ce départ car je pensais qu’il allait rester encore un an. Mais quand une offre du Real Madrid arrive, un club qu’il aime beaucoup, c’est assez difficile de refuser surtout au regard de l’équipe qu’ils sont en train de constituer. C’est maintenant à nous de répondre présent. Les dirigeants vont recruter des joueurs mais ceux qui sont ici ont aussi de la qualité. Juni et Karim ont fait beaucoup pour cette équipe, ils étaient pratiquement sur toutes nos actions décisives, les joueurs qui vont arriver vont devoir faire leur travail, ceux qui sont déjà ici seront dans l’obligation d’élever leur niveau de jeu. Tout le monde devra faire un peu plus pour compenser ces départs.

Doit-on voir cette saison comme une saison de transition ? Non, on ne peut pas parler de saison de transition : le coach (Claude Puel) est là depuis un an, la plupart des joueurs étaient déjà là la saison dernière, on se connait mieux ; tout le monde a ses habitudes que ce soit au sein du club, à Gerland ou dans la ville. C’est une année durant laquelle il faut gagner quelque chose. On se devra également de franchir le tour préliminaire de la Ligue des Champions et de reconquérir le titre de champion de France que l’on a perdu l’année dernière.

Voyez-vous des différences entre le Claude Puel que vous avez connu à Lille et ce qu’il est aujourd’hui?
Surtout depuis la reprise. Je le trouve beaucoup plus relâché, beaucoup moins fermé qu’auparavant. Il parle plus volontiers avec tout le monde, il est plus souple dans sa façon de gérer les entraînements. Il évolue. L’année dernière il a pris la mesure, il a vu comment les gens fonctionnaient, qu’on était grands et autonomes, qu’on savait se gérer.

[IMG50096#R]Selon vous, y a-t-il des choses positives à retenir de la saison dernière ?
Oui, notamment l’état d’esprit dont on a fait preuve en fin de saison. On a également fait une Ligue des Champions qui a été intéressante puisqu’on a été éliminés par Barcelone qui a remporté la compétition. Tout n’a pas été mauvais puisqu’on est restés en tête du championnat jusqu’au printemps. On a certes connu un passage à vide en mars – avril mais on peut retirer beaucoup de bonnes choses de cette saison. On a également terminé avec la deuxième meilleure défense du championnat.

Est-ce une fierté pour vous qui avez évolué en défense d’avoir conclu la saison avec la deuxième meilleure défense de Ligue 1 (derrière Toulouse) ?
Oui, c’était très important. Celui pour lequel c’est le plus important, bien entendu, c’est le gardien. Mais il est vrai que tous nos défenseurs peuvent être fiers de ça, même si c’est un travail collectif. Quand on est défenseur, on entre sur le terrain avec à l’esprit l’idée de ne pas encaisser de but.

Quels sont les objectifs de l’OL cette saison ?
Tout d’abord le championnat de France. Il faut reconquérir ce titre, même si on voit que l’OM se renforce très bien, que Bordeaux sera toujours là et que deux ou trois équipes se sont également bonifiées. On a un standing à tenir. Je n’ai gagné le titre qu’une seule fois, j’ai envie de le remporter à nouveau.

[IMG50098#L]Parlez-vous déjà entre vous du tour préliminaire de la Ligue des Champions ?
Non, pour l’instant on parle surtout de la préparation mais pas trop de la saison. Mais on sait que ce tour préliminaire sera très important pour la suite : entre disputer l’Europa Ligue et la Ligue des Champions, il n’y a pas photo, ce ne sont pas les mêmes ambiances, ni les mêmes équipes. J’ai eu la chance de disputer la Champions League quatre saisons de suite, j’aimerais bien que cela arrive une cinquième.

Comment jugez-vous votre histoire avec l’OL ?
Ma première saison fut vraiment très bonne. J’ai gagné trois titres ainsi que la Peace Cup. J’ai joué beaucoup de matches en championnat, un peu moins en Ligue des Champions. La saison dernière, j’ai fait un bon début de championnat mais je me suis ensuite blessé et j’ai eu du mal à retrouver mes sensations. Je n’ai aujourd’hui plus de douleurs aux adducteurs, c’est le plus important.

[IMG50034#R]La saison dernière, vous avez évolué au poste de défenseur. Quel est votre poste de préféré ?
On a discuté de cela avec le coach avant les vacances. Depuis que je le connais, on n’avait que rarement vraiment parlé de mon poste. Il m’a parlé d’un choix de carrière tout en me laissant le choix. J’ai réfléchi deux ou trois semaines et j’ai donné ma réponse. Pour l’instant, je suis plutôt parti pour jouer derrière. Je suis à un tournant, je vais avoir 27 ans, j’aimerais bien me stabiliser. Je pense effectivement que c’est en défense que j’ai le plus d’avenir.

Avez-vous le sentiment que, depuis le début de votre carrière, votre polyvalence vous a joué des tours ?
Non, je pense que cela m’a servi. Grâce à cela, j’ai eu la chance de jouer beaucoup de matches. Pour moi, c’est un atout. Mais je commence à prendre un peu d’âge et j’ai envie de me poser pour aller beaucoup plus haut.

C’est quoi « aller beaucoup plus haut » ? C’est avant tout être titulaire à l’Olympique Lyonnais et rejoindre l’équipe de France. Je l’ai toujours dit : je rêve d’y aller. Il faut que je me stabilise à un poste et que je fasse une très, très grosse saison. Il y a une coupe du monde en fin de saison. Etre ambitieux, c’est vouloir y participer. A moi de tout faire cette saison pour titiller l’esprit du sélectionneur même si je sais que je pars de loin. Aujourd’hui, j’ai encore pas mal de retard par rapport à ceux qui sont en place. Déjà, si je gagne ma place ici, ça voudra dire quelque chose. Et si en plus je suis régulier tout au long de la saison, je pense qu’il y aura une possibilité. Je vais changer de poste, je vais entrer dans un nouveau rôle avec une nouvelle philosophie. Je ferai tout pour y arriver. Si ce n’est pas cette saison, ce sera la saison prochaine mais je ne renoncerai pas en tout cas.
Sur le même thème