masculins / Rennes - OL

Maxime Gonalons dans OL System

Publié le 30 janvier 2014 à 16:07 par R.B

Le capitaine lyonnais était l’invité jeudi soir d’OLSystem… Il fut question des bons résultats actuels de l’équipe…des échéances à venir… du losange en milieu de terrain… de Juninho…

DES DOUTES

« A un moment donné, on a un peu douté en raison des résultats et du jeu. Mais depuis deux mois, on est bien dans tout ce l’on entreprend. On se fait plaisir. Certes on a pris du retard en championnat et on doit faire des efforts pour rattraper ces points perdus. On a pris conscience aussi de nos qualités. On est plus solide ensemble. La concentration ? On s’est dits que ce n’était pas plus possible de prendre des buts sur des erreurs en jouant bien ».

LA SERIE (12 matches sans défaite ; 9 victoires et 3 nuls)

  « C’est top. C’est très bien pour la confiance. On veut la poursuivre. Il faudra gagner à Rennes dimanche, une équipe jamais facile à manœuvrer. Il faut lâcher le moins de points. Evidemment, les adversaires vont être motivés pour nous faire tomber. On le sent. A nous de bien préparer nos matches ».

LE CLASSEMENT

« C’est assez serré. Notre objectif, c’est d’être européen et de regarder la quatrième place. Il n’y a pas beaucoup d’écart… Pour cela, il faut que tout le monde soit à son meilleur et que le groupe ne compte pas trop de blessés comme en début de saison. Si on continue comme actuellement, il y aura de belles choses en fin de saison. Il faut donc garder cet état d’esprit, ne pas se relâcher. Le podium ? Pour le moment, ce n’est pas opportun d’en parler. L’OL est qualifié dans toutes les compétitions. C’est la seule équipe en France… »

LE MOIS de FEVRIER (9 matches à jouer)

«On a eu deux jours de repos après l’ETG en perspective des échéances à venir. C’est bien d’enchainer. Les joueurs préfèrent la compétition. Le groupe est concentré sur ce qu’il a à faire. Tout le monde est prêt. On sait que l’on aura besoin de tous les joueurs. Quand on joue autant, la récupération est primordiale. Pour les joueurs qui jouent beaucoup, l’entrainement est forcément différent ».

LE MILIEU en LOSANGE (12 victoires, 4 nuls et 1 défaite)

  «Au début, on a eu du mal à s’adapter. On n’avait pas l’habitude. Maintenant cela fonctionne bien. Pour moi, dans mon rôle, cela ne change pas grand-chose. Ce sont les joueurs de côté qui sont surtout impactés. Il faut que les attaquants viennent les aider…Cette organisation perturbe nos adversaires parce que nous sommes plus dense au milieu ; on est en supériorité. D’autres équipes jouent comme nous (Monaco, Lille…) ».

LE POSTE de MILIEU devant la DEFENSE

« J’aime ce poste. C’est un poste au cœur du jeu où je touche beaucoup de ballons. C’est un rôle important devant la défense. Et si on est tous costauds défensivement, on sait qu’avec les joueurs que l’on a que l’on peut marquer à tout moment. Jouer en défense centrale ? Pas tout de suite. Quand j’aurais plus de mal à courir… En défense centrale, il faut énormément de concentration. Il n’y a plus personne derrière toi à part le gardien… ».

JUNINHO

« Je n’ai jamais joué avec lui. J’ai commencé à m’entrainer avec les pros quand il était encore là. Juni, c’était un joueur exceptionnel au-delà des coups francs. Il avait un impact incroyable sur l’équipe. Il était impressionnant. Quand je le voyais au début, je me faisais tout petit. IL avait toujours le mot pour te mettre à l’aise. Il faut le féliciter pour l’ensemble de sa carrière. Un souvenir ? Son coup franc à Muniche et ce ramasseur de balle derrière la cage de Kahn qui pense que le ballon va sortir ! Sa façon de tirer les coups francs était unique. Les gardiens avaient peur. C’était impressionnant de le voir joueur ainsi que l’équipe ».

Sur le même thème