masculins / OL - Grenoble

Maxime Gonalons : « Neuf finales »

Publié le 24 mars 2010 à 15:53 par BV

C’est un signe qui ne trompe pas : à six jours de la réception de Bordeaux en quarts de finale de la Champions League, les questions posées à Maxime Gonalons lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-veille de match ont presque exclusivement eu trait à la rencontre entre l’OL et Grenoble. Le match face aux Girondins s’invitant uniquement par le biais de la polémique entourant le report du "petit derby" rhônalpin du vendredi au samedi, à la demande du champion de France. Preuve que le choc franco-français sur la scène européenne déchaine moins les passions que la venue d’une grosse écurie européenne ? Preuve surtout que l’OL doit absolument l’emporter face à son voisin grenoblois pour remonter au classement et retrouver le podium, condition (presque) indispensable pour participer à la prochaine Champions League. « Ce match contre Grenoble va être très important, confirme Maxime Gonalons. Le championnat est une priorité. On a un retard de points, on veut recoller aux premières places, au peloton de tête. On est un petit peu inquiets, mais c’est normal : on est sixièmes. Cela faisait un moment que l’on n’avait plus été à cette place. Ce n’est pas facile mais on s’accroche. On sait que l’on n’est pas loin. Il va falloir batailler pour remporter les matches qui restent. Il y en a neuf, neuf finales. On va tout donner pour revenir sur les trois premiers.»

Principale difficulté pour les joueurs de Claude Puel : la fin de saison, marquée par des des affrontements avec presque tous les concurrents pour les places européennes (Rennes, Lille, Bordeaux, Monaco, Montpellier, Auxerre), sera corsée. « C’est mieux pour nous, confie Gonalons. On va affronter des concurrents directs. Si on bat ces équipes, on sera dans les trois premiers. »

Mais avant d’en découdre avec ses rivaux, l’OL devra se défaire de Grenoble, qui l’avait tenu en échec au match aller (1 – 1), et faire mentir un bilan face aux cinq équipes de queue de classement peu conforme à ses aspirations (11 points perdus sur 24 possibles). « Ca va être très difficile, prévoit le milieu de terrain lyonnais. Ces matches sont les plus durs. Les Grenoblois n’ont plus grand-chose à jouer et vont donc se lâcher, sans complexes. » Après une défaite face à l’OM (3 – 1) le week-end dernier, qui « a fait mal », les Lyonnais savent donc ce qu’il leur reste à faire : battre Grenoble et « marquer beaucoup de buts pour se donner de la confiance. »