masculins / OL - Bastia J-1

Messieurs... restons sérieux

Publié le 20 mars 2006 à 19:15 par R.B

La dernière fois que l’OL a reçu en Coupe de France, c’était en 1/16èmes de finale de l’édition 2002 contre Châteauroux, un pensionnaire de L2 qui était venu s’imposer dans une enceinte gelée, déserte et sur une pelouse calamiteuse.

Ce soir là, les Lyonnais étaient passés complètement à côté de leur sujet. Coupet, Juninho, notamment, étaient de cette triste soirée. Depuis leur remontée en L1, c’était la 4ème élimination des Olympiens à domicile : en 95 face à Angers (3 à 1 en 1/16èmes), en 96 contre Auxerre (1 à 0 en 1/32èmes) et en 2000 face à Monaco 3 à 1 (en ¼). 4 fois dans le même temps ils se sont qualifiés à domicile. Tout ceci pour rappeler que l’OL « des temps modernes » a rarement vu Gerland dans ses derniers parcours de Dame Coupe et que son bilan, lorsque cela s’est produit, n’est pas vraiment positif.

Il faut que cela change ! D’autant que les partenaires de Juninho ont clairement annoncé la couleur : ils veulent soulever ce Trophée au Stade de France le 20 mai. « Il reste 3 matchs pour disputer la finale… ». Tels étaient les propos entendus samedi soir après la démonstration sochalienne sans pour autant avoir vendu, avant l’heure, la peau de ces Corses. « Ce n’est jamais facile de jouer une équipe de L2… ce sera très dur… ». Cris, comme ses copains, n’a jamais l’intention de prendre une rencontre à la légère. Une des forces de ce collectif lyonnais qui peut l’instant de 90 minutes, voire plus, se consacrait pleinement à cette belle compétition. Les 11 points d’avance sur Bordeaux en championnat à 8 journées de la fin étant un sacré plus pour le faire sans arrière pensée.

Bastia ? Pensionnaire de L2 cette saison après 11 exercices de rang en L1, les Insulaires sont dans le trio de tête pour la montée à 8 journées de la fin sans que l’affaire soit encore pliée. « Equipée lourd » pour les méandres d’un championnat où il est toujours délicat de faire la différence, cette équipe peut compter sur les Laville, Née, Jau, André, Camadini, Penneteau, Meslin… de solides routiers habitués aux joutes plus élevées. Mardi soir, Jau (voûte plantaire) et Camadini (fracture à un orteil), Marester seront absents…Malik Cherrad, lui, restera sur l’Île de Beauté en raison d’une suspension, tout comme Née. Dans quel état d’esprit va-t-elle se déplacer cette équipe? Il serait étonnant qu’elle ait le mors aux dents même si elle voudra réaliser un exploit. La remontée doit accaparer les esprits et les corps. Battue à Lorient, elle reçoit vendredi Istres avec l’obligation de l’emporter. Alors… Bernard Casoni, suspendu de banc, apportera obligatoirement des modifications à son groupe avec les retours de Gomez et Sauget. Entre un exploit en cas de qualification et de logique pour une élimination, les Bastiais n’auront de toute façon rien à perdre. Gerland prendra du plaisir à revoir un de ses anciens gones préférés Florent Laville qui sera accompagné de Gomez, un autre ancien lyonnais.

Cette question de changements, les supporters olympiens ont envie de la poser à Gérard Houllier, lui qui à une exception près a fait débuter le même onze lors des 3 dernières rencontres ; seul Pedretti ayant remplacé Tiago dans le Doubs. « Oui. Cacapa et Réveillère débuteront… Wiltord, Carew, Clerc, Abidal et Diarra ne seront pas dans le groupe. J’attache en priorité de l’importance à la fraîcheur avant la compétition à jouer ». Les 2 défenseurs auront envie de montrer qu’ils sont redevenus compétitifs après avoir joué pour l’un 30 minutes seulement avec le groupe pro depuis la trêve (Réveillère) et 360 minutes pour Captain Claudio. Devant, Govou et Fred devraient débuter. Est-ce que Diatta jouera dans le couloir gauche de la défense olympienne comme il l’a fait en fait de rencontre à Sochaux ? Il y aura donc beaucoup de changements au départ de ce match.

« Nous avons fait notre travail pour préparer cette rencontre. Nous avons supervisé Bastia plusieurs fois. Dans ce genre de match, nous avons des devoirs et des obligations. Il faudra se méfier des Corses qui seront motivés pour créer l’exploit ». Gérard Houllier rappelant que l’objectif était de se retrouver le 20 mai au Stade de France. Après le GF38 et Ajaccio, cela passe par une nouvelle victoire… cette fois ci sur la pelouse de Gerland. Cela ne semble pas insurmontable à réaliser.
Sur le même thème