masculins / Metz 1 - OL 1

Metz 1 OL 1: Un bon nul... au goût amer

Publié le 22 août 2004 à 20:09 par R.B.

[IMG2841L]L'OL est revenu une fois encore au score, grâce à une bonne deuxième période. Match nul donc, mais les Olympiens ont certainement perdu Giovane Elber, blessé, pour plusieurs semaines. Coupet a encore sorti un pénalty; Balmont a inscrit son premier but en Ligue 1 sur une décalage magnifique du jeune Hatem Ben Arfa...

A Metz, stade Saint-Symphorien, Metz 1 OL 1 (mi-temps 1 à 0) ; spectateurs : 26 000 environ; temps : beau ; pelouse : très bon état ; arbitre : M. Hervé Piccirillo (Ile de France).



Buts pour Metz Ribery (31eme); pour l'OL, Balmont (65eme)



Avertissements : pour Metz, Avezac (81eme) ; pour l'Ol, Réveillère (6eme), Cacapa (40eme), Essien (85eme).



FC Metz : Wimbée – Caillet, Borbiconi (cap), Pompiere, Signorino, Leca, Djiba, Ribéry (Nicaise 72eme), Obraniak (Avezac 59eme), Gueye (Renouard 64eme), Tum.



OL : Coupet – Réveillère, Cacapa (cap), Abidal, Berthod (Balmont 46eme), Essien, Diarra, Govou, Frau (VIale 66eme), Malouda, Elber (Ben Arfa 51eme).







Monaco battu à Caen ; Marseille accroché à Nice… les joueurs messins se sont sans doute réveillés ce matin avec l'ambition d'être ce soir les seuls à trois victoires en trois rencontres et donc forcément leaders après 3 journées. Cela vaut bien un petit croissant dans son café… Avec ce nouvel appétit, un peu de gras ne peut pas faire de dégât ! Il faut juste gérer l'attente ; patiemment.



En raison des JO d'Athènes, la TV fait sa programmation ; le ballon rond français suit, se faufile entre l'aviron et le marathon. Du coup, rendez-vous à 18h pour les trois coups. Cela fait toujours 3 heures de gagner par rapport aux « traditions » du dimanche soir. J'en connais en tribune de presse qui respirent, malgré ce dimanche en famille perturbé : « on va pas faire que se plaindre… cela permet au moins de se relire avant d'envoyer le papier… et de trouver plus facilement un resto ouvert pour casser une petite graine. D'ailleurs, je vous recommande l'Italien en face de la gare… ». Si cela donnera des lectures plus saines le lendemain, cela contraint Lyonnais et Lorrains à modifier les habitudes d'avant match. Quand est-ce qu'on déjeune ? Collation ou pas collation ? A priori, la règle est simple : on arrête de se sustenter 3 heures avant le début de la rencontre… soit le temps de vidange de l'estomac !



De toute façon, les Minots lorrains ne risquent pas d'être ballonnés. Ils sont tout simplement gonflés à bloc ; la cheville de Juninho aussi ! Le grand Wimbée, en bon gardien de cage, avait révisé sa leçon de coup franc. Le Brésilien absent, il sera, à priori, moins ridicule que son prédécesseur Butelle. Quant aux Olympiens, ils ont bien dû penser à une solution de rechange pour remplacer la patte droite diabolique du maestro auriverde. Ces Lyonnais rejoindraient en s'imposant Lensois, Toulousains, Marseillais et Bastiais tout en haut de l'affiche de Ligue 1.



18h un jour d'été, la neige va quand même pas tomber murmure Louis un supporter traumatisé par « l'affaire » de la saison 94-95. « Tu te souviens ? Match arrêté alors que nos garçons menaient 1 à 0 ; ils reviennent quelques semaines plus tard…et s'inclinent 2 à 1… ». Louis, au final, cela aurait fait 7 points de retard sur Nantes, le champion, au lieu de 10 ! Oublie mon gars… y-a prescription maintenant.



Pas de neige à l'horizon, ni de crue de la Moselle toute proche ; point de retrouvailles Meniri (blessé) – Edmi (parti) ; Monsieur Piccirillo (Ile de France) peut siffler en paix le début des hostilités. Diarra, ayant été préféré à Balmont, retrouve, en remplaçant Juninho, le milieu de terrain aux côtés d'Essien ; la seule modification dans le groupe de départ de Paul Le Guen par rapport à la rencontre contre Sochaux.



Sochaux avait fait des misères aux partenaires de Cacapa en première mi-temps. Et bien, les copains de Borbiconi en ont fait de même. Un peu de couleur africaine pour commencer avec Tum dès la 3eme minute de jeu qui frappe au dessus ; puis Ribery, l'ancien brestois, commence son festival sur le côté droit ; Berthod, son chemin de croix ! A la 14 eme , il enrhume le latéral gauche olympien ; son centre crée la panique devant le but de Coupet ; 17 minutes plus tard, il danse de nouveau la samba devant Berthod ; son tir, en suivant, contré par Abidal trompe Coupet. Metz mène 1 à 0 ; à 5 minutes de la fin de la première période, ce même Ribery accélère dans les 16 mètres ; Berthod le bloque ; pénalty indiscutable. Heureusement, « Greg is magic », il détourne la frappe de Gueye. M. Piccirillo siffle la mi-temps sur ce score de 1 à 0 pour les Grenats.



Qu'ont fait les Lyonnais pendant 45 minutes ? Ils ont pris 2 cartons jaunes (Réveillère et Cacapa) ; se sont essayés 3 fois vers la cage de Wimbée par Frau (16eme) dans la surface ; Malouda (28eme) et Cacapa (39eme) hors de la surface, sans danger pour les hommes de Jean Fernandez. Certes, Elber a bien été bousculé bizarrement (46eme) devant Wimbée, mais les champions de France n'ont pas été tout à fait à la hauteur de leur statut de tout puissant de l'hexagone.



Un peu de citron pour repartir ? Hélas, après un coup franc arrêté par Wimbée, Giovane Elber se plante (51eme) la cheville (fracture ?) dans la pelouse en voulant reprendre un ballon. Le Brésilien sort ; Ben Arfa le remplace et dans la foulée, Abidal, repositionné à gauche, après le changement Berthod par Balmont, fait frissonner Saint-Symphorien sur son centre plein d'énergie. Tum, lui répond immédiatement de la tête en devançant Coupet sur un service aérien de Ribéry. Le coup de casque du Camerounais passant toutefois au dessus. Rebelote une minute plus tard ! Tum s'envole cette fois ci au dessus d'Essien ; sa tête passe en dehors du cadre de Coupet.



On tremble… on n'y croit plus… on s'énerve… et pourtant ? Au moment où Elber souffre dans l'ambulance partie en direction de l'hôpital, Ben Arfa, le juvénile, embarque les Messins à gauche avant de bloquer sa course, de repartir à droite et de servir plein axe Balmont à 25 mètres du but de Wimbée. La frappe à ras de terre du « Pitbull » fait mouche (65eme). Un premier but en Ligue 1 pour Florent le jour de son 46eme match de Ligue 1. L'OL est de retour ; l'OL a mis le pied sur le ballon et Ben Arfa se fait éclater la lèvre par un coude grenat peu amène.



L'OL pousse, maîtrise le jeu, martyrise son adversaire. Un adversaire au souffle court, aux idées étroites… mis à part deux frappes poussives à côté. Govou se dechaîne dan son couloir avant qu'Essien ne découpe Renouard (85eme) et ne prenne un jaune logique. Les débats sont équilibrés maintenant. Balmont presse, tacle, récupère. Viale (90eme) d'une reprise acrobatique sur un centre d'Abidal est à deux doigts d'envoyer ses partenaires au septième ciel. Et le ballon voyage toujours autant d'un camp à l'autre, sans changer quoi que soit au tableau d'affichage.



L'OL est une fois encore revenu dans la rencontre et aurait pu au final faire la différence. Le coaching judicieux de Paul Le Guen a remis son groupe dans le bons sens. Les mêmes travers constatés lors des deux rencontres précédentes ont de nouveau été mis en évidence ; les mêmes qualités aussi. Mais la perte, certainement pour de longues semaines, d'Elber va vite devenir un sujet d'actualité dans l'entourage du club olympien. Metz et l'OL sont toujours invaincus, comme Lens, Marseille, Toulouse, Bastia. C'est la conclusion arithmétique de cette troisième journée. Avec celle aussi que Coupet est vraiment énorme!





Statistiques :



Hors-jeu Metz : 3

Hors-jeu OL : 1

Coups francs Metz : 16

Coups francs OL : 18

Corners Metz : 5

Corners OL : 9

Tirs cadrés Metz : 2 Ribery, Gueye

Tirs cadrés OL : 7 (Frau, Cacapa, Elber, Balmont, Govou, Viale 2

Tirs non cadrés Metz : 7

Tirs non cadrés OL : 2 Cacapa, Malouda

Coupet arrêts : 5

Coupet arrêts décisifs : 1





R.B.

Sur le même thème