masculins / OL - Metz : J-2

Michel Bastos : Metz pour « confirmer »

Publié le 11 janvier 2010 à 18:46 par BV

Strasbourg, Metz, la Coupe du Monde : Michel Bastos a évoqué tous ces sujets en fin d’après-midi devant la presse.

Que retenez-vous du succès à Strasbourg ?
A Strasbourg, on a montré de bonnes choses. Avec cette qualification, on a bien démarré l’année. Sur un plan personnel, marquer deux buts m’a fait du bien : c’est bon pour la confiance. A moi maintenant de confirmer. Si on veut valider ce bon début d’année, c’est le bon moment.

Que représentent désormais les coupes ?
L’OL joue toutes les compétitions pour les gagner. En championnat, c’est difficile actuellement mais on ne va rien lâcher. On va chercher à réaliser le meilleur résultat possible dans toutes les compétitions. La première partie de la saison doit nous servir d’exemple de ce que l’on peut faire de bien et de moins bien. On sait que l’on a des qualités, à nous de les montrer sur le terrain. Les matches comme celui face à Metz sont très durs à jouer. Contre l’OL, les équipes montrent beaucoup d’envie, sont à 100%, se donnent à fond. C’est pourquoi il est parfois plus dur de jouer contre elles que contre le Real Madrid. Mercredi, l’important sera de se qualifier. Si l’on passe à travers, si l’on perd, on va tomber dans le trou et ce sera ensuite « la galère ».

Redoutez-vous les retrouvailles avec Gerland ?
On y pense. Les supporters veulent des résultats, c’est normal. Ils veulent que l’on gagne, que l’on joue le haut du tableau. A nous de ne pas trop y penser : la meilleure façon de changer cela, c’est de gagner des matches. A nous de l’emporter contre Metz pour montrer aux supporters que l’on a remis la machine en marche. Mercredi, on va retrouver une équipe qui avait déjà éliminé l’OL la saison dernière. Dans le vestiaire on en parle même si c’est aujourd’hui une nouvelle saison, l’histoire a changé.

Sur quel coté êtes-vous le plus à l’aise ?
A Strasbourg, j’ai joué la seconde période à droite mais mon vrai poste, celui où je me sens le plus à l’aise, c’est à gauche, lorsque je suis sur mon bon pied. Parfois, le coach me place à droite en fonction de l’adversaire direct. Cela ne me dérange pas.

Commencez-vous à penser à la Coupe du Monde ?
C’est une motivation supplémentaire. Je reviens du Brésil où l’on dit que j’ai de grosses chances d’y aller. La seule chose que je dois faire, c’est de bien travailler afin d’obtenir de bons résultats. Le poste, je m’en fous. Même si c’est pour jouer gardien. La Coupe du Monde c’est mon rêve. J’ai dit au sélectionneur brésilien qu’évoluer au poste d’arrière gauche ne me posait pas de problème même si mon vrai poste est plus offensif.

Comment avez-vous réagi à la fusillade dont a été victime l’équipe du Togo ?
C’est catastrophique. J’ai eu Aurélien Chedjou au téléphone. Ils sont déçus. Surtout quand on pense qu’il y a ensuite une Coupe du Monde en Afrique. J’espère qu’ils vont tout faire pour améliorer la sécurité. Le football c’est une passion pour beaucoup. Des choses pareilles n’ont rien à voir avec le football.

Sur le même thème