masculins / OL - Lens J-2

Michel Platini encense l'OL

Publié le 20 septembre 2005 à 15:27 par R.B

[IMG6660L]La longue interview de <b>Michel Platini </b>dans le <b>France Football</b> du jour, sous la plume de <b>Patrick Urbini</b>, ressemble à un joli bonbon sucré… salé à savourer sans retenue. Morceaux choisis. Cela commence par <b>quelques basiques</b> aux yeux de l'ancien très grand numéro 10 français... avant de parler longuement de l'OL... et de terminer sur le sujet Equipe de France...

La longue interview de Michel Platini dans le France Football du jour, sous la plume de Patrick Urbini, ressemble à un joli bonbon sucré… salé à savourer sans retenue. Morceaux choisis. Cela commence par quelques basiques aux yeux de l'ancien très grand numéro 10 français.



« Le foot, ça doit avant tout te transmettre des émotions… il y a des équipes que j'aime bien voir jouer chaque semaine, comme Barcelone, et d'autres, dont je tairai le nom, que je ne regarde jamais. Même si elles gagnent… je m'en fous »



« Le foot, fondamentalement, c'est quand même un jeu de passes. Ce qui m'intéresse, c'est donc d'abord ça : la bonne passe au bon moment, le bon geste dans le bon timing, le bon déplacement, le bon appel… Autrement dit la qualité du spectacle. Moi je veux voir des mecs qui savent faire une passe, un lob, un une-deux… Je m'en fous qu'ils courent vite et longtemps ou qu'ils sautent plus haut que les autres. Pour ça, merci, je regarde les Jeux Olympiques ».



Puis il parle de l'Olympique Lyonnais :





[IMG36381#W]



« En France, l'OL est au dessus du lot. Dans cette équipe, tout le monde sait jouer au foot, créer, faire une bonne passe ou une passe décisive. J'aime bien la regarder, oui. Mais en fait, l'OL est complètement atypique dans le football français »



« Ce qui fera toujours la différence dans le football, ce sont la technique et le talent ; et ce qui peut changer, en revanche, c'est la mentalité de jeu. L'OL est aujourd'hui le club qui possède le plus gros budget, mais avant de grandir, un jour, il a commencé par prendre le problème par le bon bout »



«Vu le décalage qui existe avec les autres dans le championnat de France, l'OL va encore finir avec 15 points d'avance, c'est couru d'avance ! La vérité, c'est que Lyon est premier en jouant bien. Des garçons comme Wiltord, Malouda, Juninho vous procurent des émotions. Et moi, ce qui me reste aujourd'hui de ma carrière… ce sont les émotions »



« Ce que je vois dans notre championnat, c'est que la qualité technique d'ensemble est faible ou médiocre. Que l'OL est une exception… »



« « L'OL peut gagner la Ligue des Champions. Il a le potentiel pour aller au bout, c'est sûr. Il est vraiment dans l'esprit de ce qui se fait de mieux en Europe depuis quelques années. C'est une équipe toujours positive. Elle est dans le vrai. Après, cela se joue à des détails. Sur le destin qui tourne un peu plus en votre faveur… »



« Contre le Real, si c'était une opération marketing pour marquer les esprits, elle a été réussie. C'est une équipe encore plus complète qu'avant… Un peu plus d'expérience, un peu plus de réussite au bon moment… c'est ce qu'il faut pour aller au bout. »



« Gérard Houllier a l'expérience du haut niveau, des détails. L'expérience de l'OL devrait finir par payer un jour… ».



Et puis, Platini a avoué à propos de l'Equipe de France :



«Le feuilleton qui dure depuis plus d'un an me fait bien marrer. Tout est étonnant. Pourtant, des trucs bizarres, j'en ai vécu de l'intérieur avec l'Equipe de France, comme joueur, comme sélectionneur ».



« Une élimination pour la Coupe du Monde ne remettrait pas en cause fondamentalement tout le football français. D'ailleurs, on a déjà connu cela… C'est une question de génération »



« « Gagner en Suisse sans Zidane et Henry ? Ce sera le moment venu à certains de se mettre davantage en valeur. De toute façon, ce sont les joueurs qui impriment un style à une équipe, pas l'entraîneur… »



« J'avais dit pendant l'Euro, que l'équipe n'avait pas été bonne. Pour l'instant, il n'y a rien qui me fasse penser le contraire… En ce moment, on recule pour mieux sauter… Quand Viera, Henry, Tréz�guet, après Zidane, Makélélé, Thuram seront à la retraite, ça risque d'être dur »



« Pourquoi les grands joueurs du passé observent toujours un devoir de réserve ? Tout simplement parce que les mecs dont on parle sont intouchables. Ils ont gagné La Coupe du Monde, l'Euro ; ils l'ont mérité ; ils sont sur un piédestal. Ma génération a peut-être accompli des trucs formidables au niveau du jeu, de l'émotion, mais elle n'a pas été championne du monde. Et donc dès qu'on touche à un de ces joueurs, obligatoirement, on passe pour des types aigris, jaloux. Tant qu'il y aura un champion du monde en activité, il en sera ainsi. Mais dès que Viera, Trézéguet, Henry auront arrêté… on va pouvoir à nouveau se régaler et recommencer à tailler (rires)… ».



R.B

Sur le même thème