masculins / Dinamo 1 - OL 7

Mieux qu’un rêve !

Publié le 08 décembre 2011 à 11:24 par R.B

L’impensable s’est réalisé en Croatie… L’OL se retrouve pour la neuvième fois de rang au rendez-vous des 1/8èmes de finale… Match retour…

  Il y aura un avant et un après 7 décembre 2011. Il y aura ceux qui étaient dans les tribunes du vieux stade Maksimir ou encore dans l’avion du retour et les autres. Il y aura la première période décevante et la seconde « hallucinante » par son scénario. Franchement en montant dans l’avion mardi matin, il fallait être quasiment « timbré» pour croire à l’incroyable. Mis à part quelques fous, chacun parlait de l’Europa Ligue ou des matchs de championnat à venir. Il y eut la composition de l’équipe madrilène, mélange de remplaçants célèbres ou non et de titulaires comme Benzema… Il y eut la composition de l’équipe lyonnaise avec les expérimentés Cris, Réveillère, Källström, Lisandro sur le banc ce qui faisaient dire aux journalistes français que le match le plus important était du côté de Lorient.

Dès le coup d’envoi, les yeux se sont baladés de la pelouse croate au panneau annonçant l’évolution du score à Amsterdam… Vous connaissez la suite. De l’énervement, de l’abattement… à la possibilité de l’impossible de plus en plus plausible au fil des minutes de la seconde période. Et l’incroyable se réalisa. « Merci au Real d’avoir joué le jeu… ». Un des leitmotivs de l’après match en zone mixte. Merci à l’OL d’avoir changé d’attitude en seconde période avec un recadrage haut niveau de Rémi Garde à la mi-temps. Quant aux joueurs du Dinamo Zagreb, certes en infériorité numérique depuis la 26ème minute, difficile de comprendre leur comportement manquant de plus en plus de personnalité. A priori, une des faiblesses de ce groupe.

  Gomis fut l’un des héros de la soirée avec ses 4 buts, ses occasions dont une sur un geste spectaculaire. N’oublions les intenables Briand, Cissokho… le remarquable Gonalons… Gardons en mémoire les trois parades d’Hugo Lloris dont celle phénoménale juste avant que Kovacic ne marque le but croate. Grandiose.

La zone mixte à portée du couloir des vestiaires résonnait d’une joie hors norme bien compréhensible. L’OL venait de signer LA PERFORMANCE de son Histoire, une des plus marquantes sur la scène continentale. On se regardait en attendant les joueurs en se demandant si cela s’était bien produit. Les joueurs, le président, les membres du staff revenaient sur les événements de cette soirée. Certains avouaient qu’ils n’y croyaient pas vraiment… D’autres un peu et surtout un peu plus au fil des minutes.

A peine installée dans l’avion, la troupe lyonnaise se déchaine. Bataille de cousins, de couvertures… Musiques du présent et du passé. Des sons brésiliens avec Bastos, Cris, Ederson… de la bonne vieille chanson française faisait revivre par exemple « Cloco » avec un « Mou » Dabo déchainé. Pour que la fête soit belle, il fallait la présence de bulles. « Un enivrement » bien compréhensible pour une grande majorité du groupe à l’image de Bruno Génésio, Gérald Baticle… D’autres gardent leur calme, prennent du recul par rapport à la situation. Il y a même quelques casques de sortie pour s’isoler… Les plus hardis des supporters présents n’hésitent pas à se rapprocher du fond de l’avion pour partager un peu plus le bonheur avec leurs «héros ».



3h du matin. L’avion est sur le tarmac. Il y a encore une forme d’incrédulité chez certains. Mais l’OL sera bien au rendez-vous des 1/8èmes de finale de la LDC pour la 9ème fois de rang. Qui faut-il prendre ou éviter ? Déjà les questions se posent… Attendons le tirage au sort… Rémi Garde  a vécu en fin de rencontre une séance de passes entre ses gars qui lui a rappelé sa jeunesse avec Raymond sur le banc et lui en capitaine organisant depuis sa base arrière la prise de risque zéro. Mercredi soir, le passé a rejoint le présent à plus d’un titre. Il avait dit qu’il avait désormais un groupe élargi, plus complet après le retour de la majorité des blessés… Il avait parlé de cette tristesse qui se profilait en étant le premier entraineur olympien depuis 2002-2003 à ne pas atteindre probablement le stade des 18èmes de finale. Après la qualification face à Kazan, il y aura cette exceptionnelle qualification avec seulement 8 points dont 6 pris contre le Dinamo ; avec 9 buts inscrits, seulement, contre le Dinamo. Mais il y a désormais cette fin d’année à réussir en se replongeant dès dimanche dans le championnat. Qualifié en Coupe de la Ligue, en LDC et à 2 points du podium… Cela s’apprécie.




Photos

Dinamo Zagreb - OL

10 photos

Sur le même thème