masculins / OL - VA J-2

Miralem Pjanic est "revanchard"

Publié le 13 août 2009 à 20:38 par BV

C’est peu dire que la saison dernière a laissé à Miralem Pjanic un goût amer. Gravement blessé au péroné lors du déplacement à Sochaux (11e journée), le milieu de terrain bosniaque a été éloigné des terrains pendant plusieurs mois. « Ca a été une saison de frustration, analyse-t-il. Je suis revanchard, j’ai envie de montrer de bonnes choses. La saison dernière, j’ai appris beaucoup, notamment à me connaître et à connaitre le haut niveau, mais je ne veux vraiment pas revivre ça. Je veux jouer beaucoup plus ».

Après être entré en jeu à la 56e minute au Mans, samedi dernier, il a disputé, hier, 70 minutes de la rencontre amicale entre la Bosnie et l’Iran et pourrait bien être titularisé lors de la réception de Valenciennes, samedi soir. « C’est possible, reconnait-il. D’autant plus que je me sens très bien en ce moment. Je me sens libéré, je pense que je pourrais apporter beaucoup de choses. » A quel poste ? Derrière un ou deux attaquants ? Sur un coté ? Le départ de Juninho modifiera-t-il le positionnement de Miralem Pjanic ? Sa technique et sa vision du jeu inciteront-elles Claude Puel à faire de Miré’ un milieu défensif comme ce fut le cas lors du match amical face à Nice ? « Pourquoi pas ? Lors des matches de préparation, j’ai joué derrière un attaquant, c’est mon poste préféré, c’est là que je me sens le plus à l’aise mais si le coach veut me faire jouer plus bas, il n’y a aucun souci. Je me sens prêt, et vraiment, vraiment bien. J’espère enchainer les matches pour acquérir de la confiance. (...) J’ai vraiment envie de marquer et d’être décisif. »

[IMG43350#R]Une chose est certaine : avec les départs à la trêve de Juninho et Benzema, le jeu lyonnais devrait être, cette saison, bien différent de celui développé la saison dernière :« On s’appuyait beaucoup sur Karim (Benzema) et Juninho. Aujourd’hui, on est beaucoup plus solides, on joue davantage en équipe. On a une équipe joueuse, on parvient bien à se faire des passes, des une-deux, à créer des décalages. Cela me convient car j’aime avoir le ballon dans les pieds. »

L’ancien Messin, qui avoue qu’il n’a « jamais » été question pour lui d’envisager un prêt, souhaite donc laisser enfin émerger son immense talent, et, pour oublier cette saison difficile, durant laquelle il a tout de même, comme il le reconnait, « beaucoup appris aux cotés de Juninho », il a changé de numéro à l’intersaison et opté pour le 8. Le choix ne peut être anodin, et le principal intéressé en a conscience : « j’ai appelé Juninho pendant le stage à Tignes pour lui demander si cela ne l’embêtait pas ; il a fait des choses extraordinaires au club. Il m’a dit qu’il n’y avait aucun souci, il m’a conseillé de ne pas me mettre trop de pression. Je sais que j’ai pris un numéro qui pèse. Je l’ai choisi parce que c’était un numéro qui me plaisait en parce que c’était celui de Juni ».
– « C’était un modèle ? »
- « Oui. »
Sur le même thème