masculins / OL - Stade de Reims

Mire réglée pour Lacazette

Publié le 03 octobre 2015 à 19:29 par SC

L’attaquant lyonnais n’avait plus marqué dans le jeu dans un match officiel depuis le 26 avril 2015.

Il ne lui a fallu quelques minutes pour se rassurer. C’est pourtant la tête basse et le coeur lourd qu’Alexandre Lacazette s’est tourné vers son camp après avoir vu son penalty de la 40ème minute heurter violemment la barre transversale de Placide. Manque d’adresse, de réalisme ou de chance ? Peu importe, le public de Gerland avait décidé de continuer à chanter son nom encore plus fort.

« J’étais persuadé que j’allais marquer sur le penalty. Il y avait peut-être trop de conviction. Si j’ai le même la saison passée, ça aurait tapé la barre et ça serait rentré. Dans ma tête, je me demande pourquoi ça ne veut pas rentrer. Je me suis posé des questions mais il ne fallait pas lâcher. Ça fait du bien d’être soutenu par le public. Ça m’a aidé à ne pas trop cogiter ».

Un soutien sans faille qui allait permettre à l’attaquant lyonnais de très vite faire tourner la roue dans l’autre sens, chassant le doute s’il y en avait avec rage et détermination. 4 minutes après cet épisode, le tir d’Alex, contré par Franck Signorino, trompe le gardien rémois et trouve le chemin des filets. Une délivrance et un moment d'une rare intensité pour toute une équipe qui se précipite pour le féliciter…

Il y a beaucoup de joie. Tous les joueurs viennent me féliciter. Ce but m’avait vraiment fait du bien.

Mais aussi et surtout une délivrance pour lui qui n’avait plus marqué dans le jeu depuis le 26 avril 2015 et un match du côté de... Reims. Sa gestuelle, son émotion, son sourire, sa communion avec le public et les partenaires en disaient long sur ce que le numéro 10 de l'OL portait en lui depuis que la réussite avait décidé de lui tourner le dos. La soirée aurait dû être encore plus belle si le doublé ne lui avait pas été injustement refusé pour une position de hors-jeu inexistante. Une action comme confirmation que la mire était réglée pour Lacazette. Et ça, personne ne pouvait lui enlever !

Sur le même thème