masculins / OL - TFC

« Mission points avant tout… »

Publié le 23 octobre 2015 à 08:00 par R.B

Le défenseur latéral franco-congolais Marcel Tisserand, prêté pour la seconde saison par l’AS Monaco, reconnait que le TFC est dans une situation délicate… Il y a urgence à prendre des points… Il entend aussi jouer le plus possible pour progresser…

Marcel est né le 10 janvier 93 à Meaux. Il possède la double nationalité, congolaise et française. Chez les jeunes, il est passé par l’INF Clairefontaine puis l’AS Monaco avec qui il a remporté la Coupe Gambardella en 2013. Débuts en pro dans la foulée avec 6 matches de L1 en 2013-14, puis un prêt à Lens (12 matches de L2/1 but ; 1 en Coupe) et une montée avant un autre prêt au TFC en 2014-2015 (21 matches de L1 et 1 en Coupe) qui a été prolongé cet été en même temps qu’il prolongeait son contrat avec le club princier d’une saison (jusqu’en 2019). Défenseur latéral droit de formation, il a dépanné dans l’axe chez les Sang et Or en raison de blessures. Un défenseur « élégant » qui va de l’avant, bon dans le domaine aérien, dans les duels, technique… Il a disputé cette saison 8 des 10 matches du TFC dont 7 comme titulaire.

C’est désormais, d’une façon générale, mission points. Il faut que l’on prenne le maximum de points d’ici à la trêve. On a plutôt bien joué depuis le début de saison mais cela n’a pas payé en termes de résultats

Marcel, comment est le moral de la troupe toulousaine ?
« Le moral n’est pas au beau fixe mais on n’est pas abattus. On est dans une situation délicate au classement (17ème avec 8 points). On n’a plus gagné depuis la première journée (réception de l’ASSE)… On est en recherche de points… On travaille pour changer les choses. Des explications ? Difficile... On avait bien débuté la saison en nous imposant contre l’ASSE. D’une façon générale, le contenu de nos matches est bon mais on pêche dans les deux zones de vérité. On a mené 7 fois au score et on ne s’est jamais imposés, signe d’une certaine fragilité… On doit se dire aussi que l’on peut inverser la tendance d’une rencontre.  On a pris de nombreux buts de la tête sur phases arrêtées (5 après corners). Dans ce secteur de jeu, c’est avant tout une question d’envie, de mental… »



Dans quel état d’esprit venez-vous à Gerland ?
« C’est désormais, d’une façon générale, mission points. Il faut que l’on prenne le maximum de points d’ici à la trêve. On a plutôt bien joué depuis le début de saison mais cela n’a pas payé en termes de résultats. Alors, s’il le faut, il vaut mieux moins bien jouer et prendre des points ».

Pensez-vous que le TFC sera avantagé en raison du calendrier chargé des Lyonnais ?
«On peut considérer que l’on sera un peu avantagé. Mais vous savez à ce niveau de compétition, tout est fait pour que les joueurs récupèrent rapidement. Les Lyonnais seront présents ».

Avez-vous oublié la défaite 0 à 3 de la saison dernière ?
« Non. Je jouais. Je m’en souviens. Cela n’avait pas été une très bonne soirée pour l’équipe et pour moi. Je me souviens que nous étions venus à Gerland dans une situation encore plus critique que celle d’aujourd’hui. On ne veut plus revivre ce genre de soirée. On va arriver avec un autre état d’esprit. On connait les qualités de L’OL avec notamment tous ses jeunes formés dans son Centre ce qui créée des automatismes. J’ai vu le match face à Monaco que j’ai trouvé plaisant. Il y a peut-être un manque d’un peu d’efficacité pour faire la différence… ».

Marcel, quand on est prêté est-ce-que l’on joue de la même manière ?
« C’est la même chose. On a la même attitude. On veut tout donner. Après on est regardé des deux côtés : par son club actuel et par celui à qui on appartient. C’est ma seconde saison au TFC. La première a été compliquée à l’image de l’équipe. J’ai un esprit de revanche. Je ne voulais pas partir sur un échec. Cela avait bien marché à Lens et j’aimerais en faire de même ici. Je n’ai pas hésité à prolonger mon prêt. Ce n’était peut-être pas le choix le plus facile mais c’est aussi dans la difficulté que l’on progresse. J’aurais pu rester à Monaco dans un certain confort avec moins de pression.  Je ne regrette pas mon choix. Je compte bien revenir un jour à Monaco… et jouer ».

Jouer, est-ce le plus important à votre âge ?
« C’est essentiel. Mon but c’est de jouer pour progresser. Le temps de jeu est important. C’est pour cela que j’ai demandé à être de nouveau prêté plutôt que de jouer de temps en temps avec Monaco. Mon poste de formation, c’est latéral droit, même si j’ai dépanné dans l’axe au Racing Club de Lens parce qu’il y avait de nombreux blessés. Un intérim qui ne m’a pas déplu. Mes qualités ? C’est difficile de parler de soi. Je dirais que je suis un défenseur moderne qui se projette facilement vers l’avant. J’ai un bon jeu de tête ; je suis pas mal techniquement…  Il me reste à être plus efficace dans tous les domaines liés à ce poste ».

Pour terminer où en est votre carrière internationale ?
« J’ai été capitaine des Espoirs avec le Congo au tournoi de Toulon. J’ai eu des relances pour jouer avec les A (la sélection est entrainée par le français Claude Le Roy). Je n’ai pas encore pris ma décision. J’ai aussi la nationalité française et je ne suis fermé à aucune sélection. Je me laisse du temps pour me décider et je veux d’abord me stabiliser dans le championnat. On verra après…».

Sur le même thème