masculins / LOSC - OL

« Monter d’un cran dans la maîtrise collective »

Publié le 26 février 2015 à 12:58 par SC

Henri Bedimo était présent à l’habituel point presse à deux jours de se déplacer au Stade Pierre Mauroy à Lille…et de recroiser le chemin d’un homme qui a compté dans sa carrière.

Samedi, Henri Bedimo va retrouver l’entraîneur qui l’a fait changer de dimension après son arrivée à Montpellier en 2011. Désormais à la tête de l’équipe lilloise, René Girard a profondément marqué le latéral lyonnais. « Il un caractère très fort. C’est un entraîneur qui en demande toujours trop à ses joueurs. Il cherche toujours la perfection. J’ai de bons souvenirs avec lui. J’ai pris des soufflantes et j’ai eu aussi des très bons moments avec lui. » Et notamment l’exploit de la saison 2011-2012.

Les surprenants Montpelliérains avaient alors enlevé contre toute attente un titre de champion promis à un PSG « new-look ». Un scénario transposable avec celui de la saison lyonnaise actuelle ? « Je n’aime pas comparer car le statut des équipes étaient différent. Avec Montpellier, on n’avait pas eu de trou dans la saison, on avait gardé la même vitesse. On jouait très bien, l’un des plus beaux jeux. Avec l’OL, on essaie de faire cela. Paris a changé de statut aussi. S’ils ne sont pas champions cette saison, ça ne passera pas très bien dans la capitale. »

Un scénario à la Montpelliéraine donne forcément des idées mais Henri Bedimo préfère temporiser. « Le titre n’est pas tabou mais ce n’est pas le moment. Il y a encore beaucoup de matchs. Et l’objectif du club est de retrouver la Coupe d’Europe… Ne vous inquiétez pas. Au moment venu on ne se cachera pas…Rien n’est acté aujourd’hui. » Surtout au moment de se projeter vers trois déplacements compliqués et d’affilée. « Faire trois matchs à l’extérieur, ce n’est pas l’idéal. Mais c’est le calendrier qui veut ça. Montpellier est en pleine confiance. Marseille est un concurrent à l’Europe. » Avant cela, il y aura donc ce voyage à Lille, une équipe pas au mieux au classement mais toujours difficile à manœuvrer selon Henri Bedimo. « C’est une équipe qui met beaucoup d’impact physique, qui va vite vers l’avant. Il n’y aura pas tant d’écart que ça. Ils ont des joueurs qui connaissent la L1, qui ont de la bouteille, des internationaux. Leur classement ne reflète pas la qualité de l’effectif. »



Les Lyonnais restent sur trois nuls et une courte victoire contre Nantes, mais aussi des prestations légèrement moins abouties qu’auparavant. Le latéral camerounais ne s’alarme pas et pointe quelques détails tactiques et techniques. « On est moins bien dans le jeu…On doit monter d’un cran d’exigences dans la maitrise collective. Il n’y a pas moins d’insouciance. L’équipe n’est pas crispée. On manque juste un peu de justesse et on est un peu moins patients dans le jeu. On use moins les adversaires par les redoublements de passes…On n’est pas aussi dominateurs mais on ne perd pas. C’est un signe fort. »

Sur le même thème