masculins / OL - MHSC

Nabil Fekir rejoint Corentin Tolisso en haut de l’affiche !

Publié le 22 septembre 2016 à 09:47 par SC

Chacun dans une situation personnelle complètement différente, les deux joueurs lyonnais ont livré une superbe prestation mercredi soir pour renverser Montpellier.

Un an plus tard, le duo de feu a remis ça. Le 29 août 2015, Nabil Fekir et Corentin Tolisso avaient régalé sur la pelouse de Caen. Les deux Lyonnais avaient ce jour-là été les grands artisans de l’éclatante victoire 4 à 0. Le premier avait signé un triplé mémorable… quelques jours avant d’être stoppé en plein élan par une grave blessure au genou. Le second avait fait parler sa vista en délivrant trois passes décisives. 13 mois ont passé et les deux hommes aux trajectoires distinctes se sont retrouvés pour une nouvelle démonstration.

La nouvelle en a étonné beaucoup. Nabil Fekir, tout juste revenu d’un nettoyage articulaire de son genou victime d’une rupture du ligament croisé, est titulaire pour la réception de Montpellier après trois semaines d’absence. Un coup de poker tenté par Bruno Genesio qui s’avérera payant. Positionné autour dans un poste qu’il préfère, le numéro 18 régale. « Le nouveau système me convient. Le coach a décidé de me lancer et je lui ai rendu la confiance. Avec ce dispositif, je garde plus d’énergie pour attaquer et être plus tranchant devant. » Il a marqué son premier but depuis le match à Caen, sur un penalty qu’il a lui-même provoqué, puis est à l’origine et à la conclusion d’une action de grande classe avec Rafael. Un doublé et une heure de jeu très prometteurs !

Des promesses pour l’un, une brillante confirmation pour l’autre. Corentin Tolisso, auteur d’un début de saison tonitruant, a de nouveau enfilé le costume de patron. Capitaine en l’absence de Gonalons, le milieu de 22 ans a lui aussi trouvé le chemin des filets à deux reprises, dont une fois sur une magnifique frappe. « Je ne suis pas un attaquant mais j’essaie d’apporter un plus à l’équipe. Les milieux modernes doivent être capables de donner des passes et marquer. » Avec déjà 5 buts (3 en L1, 1 en LDC et 1 en Trophée des Champions) et 1 passe à son compteur, Coco prouve match après match qu’il fait partie de cette catégorie-là.

Sur le même thème