masculins / Mondial 2014

Objectif Rio : Henri Bedimo

Publié le 14 mai 2014 à 14:01 par SC

Il est dans la liste des 28 joueurs encore en course pour participer à la Coupe du Monde au Brésil avec le Cameroun. Le latéral lyonnais est revenu sur ses chances et sur les ambitions camerounaises.

En route pour la Coupe du Monde ?

« C’est beaucoup de plaisir. Il faut bien préparer l’événement. Il faut faire un bon stage et peaufiner les automatismes. Il faut arriver avec de la confiance et de la complicité. On est armés pour faire une belle compétition.

Les Camerounais et la Coupe du Monde ?

L’attente est parfois démesurée. L’essentiel est de sortir de la poule. Après, tout peut arriver. Il y a beaucoup d’attente chez les Camerounais. Ils sont nostalgiques de la Coupe du Monde 90. Le groupe est conscient de cette donne…Le Cameroun est la première nation à avoir atteint un quart de finale. A nous de se donner les moyens pour créer la surprise.  On ressent que c’est la Coupe du Monde à ne pas rater. On sent qu’il y a beaucoup d’attente et d’espoir. C’est de la folie. On ne peut pas se cacher. C’est une énergie positive.

Le Brésil au Brésil, mission impossible ?

C’est une réalité, on sait qu’il restera une place pour trois équipes. On ne le prend pas comme un handicap. On sait qu’ils sont favoris. C’est un rêve d’enfant de les jouer chez eux, mais on est des compétiteurs. Il faut le prendre comme un challenge, ce n’est pas insurmontable.

Forces et ambitions ?

On a des joueurs qui évoluent dans des grands clubs. On a de la matière. Si on joue ensemble, on fera une belle Coupe du Monde. Le groupe s’est ressoudé. Quand un Camerounais met le maillot de la sélection, il se sent transcendé. Ça devient un autre joueur. Notre génération a hâte d’écrire l’histoire. Et qui sait, peut-être que nous aussi on aura notre danse…On a toujours ce côté joie. Le foot est un jeu, mais il faudra aussi du sérieux, du professionnalisme. Les pays africains en ont pris conscience. On n’enlèvera cependant jamais cette joie dans nos gênes. On veut bien représenter l’Afrique ».