masculins / OL 2 ASSE 0

Oh le bel esprit de famille!

Publié le 30 octobre 2011 à 16:25 par R.B/S.G

Dans la douleur, l’OL a su prendre pour la seconde fois en 3 jours, le dessus sur le voisin vert… servi par un remarquable état d’esprit. Cela a fait chavirer de bonheur Gerland… Match retour...

Que c’est beau d’associer des images aux 3 points pris par les partenaires de Cris. Des images liées aux buts de Briand et de Gourcuff… à l’arrêt de Lloris… au sauvetage de Cris ou à son attitude en général… à la montée de Lovren… à l’expulsion de Dabo… ou encore à l’indécision liée à la sortie de Cissokho.

Des images en repensant aux corners frappés par les Stéphanois en première période qui ont à chaque fois mis en danger le septuple champion de France. Des images parlantes de l’organisation stéphanoise en première période ayant engendré les difficultés lyonnaises.

Des images de l’âpre combat entre les 22 acteurs pas toujours servis par Monsieur Chapron, l’arbitre « régional ». On n’avait pas le son, mais cela sentait bon les mots qui fâchent pour accompagner les gestes parfois  trop plein de vie ou d’envie !

Des images de joie lyonnaise à la hauteur de l’événement. Voir un Rémi Garde transformé en cabri fou sur les buts, après avoir beaucoup râlé auprès des arbitres, ne peut laisser indifférent. Avec dans ses pas Bruno Génésio, Joël bats, Robert Duverne… et tout le banc. Voir les remplaçants « explosés », signe évident de saine mentalité.

Voir la joie de « Jimmy » et de « Yo » sur leurs buts est un indicible moment de bonheur. Tous deux sont allés vers le Virage Nord pour un partage comme pour dire : ce but il est aussi pour vous… on vous pardonne… on oublie tout.

Des supporters, « dans un autre monde », qui feront savoir aux deux buteurs qu’ils font désormais partie de la famille comme Cris, Hugo, Lisandro… leurs enfants chéris. Comme Bastos et Gomis sifflés avant d’être applaudis, loués.

Cette  image encore dans le couloir de Gerland alors que Dabo expulsé regarde la fin de la rencontre à la télé. Cette image de Lisandro qui vient donner un bisou affectueux sur la tête du défenseur pour le réconforter. Le geste d’un grand bonhomme, tout en affection au-delà de son côté bourru, qui manque tant à ses partenaires. Lisandro, un guide comme le dit souvent Rémi Garde.

Et encore cette communion en fin de rencontre où la famille olympienne s’est attardée sur la pelouse en se manifestant cette amitié que sert le succès… et qui peut en appeler d’autres. Pour remercier aussi les supporters d’un virage à l’autre. L’OL est devenu ou redevenu une famille avec des valeurs souvent simples.

Oui, on a apprécié ce 103ème derby placé entre le 102ème et la venue du Real Madrid mercredi soir en Ligue des Champions. On en redemande  vraiment de ces soirées qui resteront dans les mémoires.

Sur le même thème