masculins / OL 1 - Lille 0

OL 1 - Lille 0: Toujours ça de pris!

Publié le 29 août 2004 à 08:01 par R.B.

Les Lyonnais avaient ouvert le score dès la 9me minute de jeu par Frau. On pensait que les Lyonnais allaient se diriger vers un succès tranquille. Il n'en fut rien. Les Lillois, après une première période quasi transparente, ont bougé plus d'une fois des champions de France plus du tout fringants et nettement moins convaincants dans leur jeu. Au final, une victoire 1 à 0 et les 3 premiers points de pris à Gerland. Pour le reste...

A Lyon stade de Gerland, OL 1 Lille 0 (mi-temps :1 à 0) ; temps : agréable ; pelouse : bosselée; spectateurs : 34 000; arbitre : M. Philippe Kalt (Alsace).

But pour OL : Frau 9ème



Avertissements : OL, Cris 32, Réveillère 45; pour Lille, Tavlaridis 31, Chalme 47eme, Makoun 62eme



OL : Coupet – Réveillère, Cacapa (cap), Cris, Abidal, Essien , Diarra, Juninho, Govou (puis Bergougnoux 86eme), Frau (puis Viale 67eme), Malouda (puis Ben Arfa 67eme).



Lille : Sylva – Chalme, Tavalridis, Vitakic, Schmitz, Bodmer, Makoun, Landrin, Brunel (puis Dernis 81eme) , Acimovic (puis Audel 54eme), Moussilou.









La blessure de Giovane Elber, le départ de Balmont à Nice, le tirage au sort de la Ligue des Champions, l'annonce des sélections nationales, l'arrivée de Cris et forcément l'attente d'un nouvel attaquant ? Avec toute cette actualité, le nul contre Metz 1 à 1 nous semble très loin et le match à disputer dans quelques minutes contre Lille pas totalement à l'ordre du jour. Le mois août, autrefois celui des uniques congés payés de nos compatriotes, ressemble en terme de football à un gigantesque embouteillage autoroutier un jour de retour de vacances. Il y a tant de choses à faire pour assurer le futur quasi immédiat qu'il faut se presser, intelligemment, pour faire les dernières dépenses, économiser quelques subsides, rebondir face à l'événement, changer parfois son fusil d'épaule, attirer un joueur et son agent, rassurer les supporteurs, convaincre les journalistes… Bref, le mois d'août ne rime pas avec farniente pour les présidents de club, les agents, les entraîneurs… tout en faisant le bonheur des compagnies aériennes, des hôteliers, des opérateurs téléphoniques, des médias...



Il y a quand même une rencontre à disputer ce soir, la deuxième de la saison à domicile. La première contre Sochaux a laissé des regrets sur le fonds, la forme et le résultat final (1 à 1). Autant réussir complètement celle-ci. Elle a, qui plus est, un petit goût européen ! Certes les Nordistes de Claude Puel ne sont pas les célèbres Reds Devils de Sir Alex Ferguson… Chaque chose en son temps ! En espérant cependant que ces Dogues qualifiés pour la Coupe UEFA, ils affronteront les Irlandais de Shelbourne, ne se transforment pas en vilains « petits diables rouges » pour les champions de France.







En ont-t-ils les moyens ? Offensivement, pas vraiment s'ils restent sur leurs deux dernières prestations (Marseille et Bordeaux) : 0 but, 13 tirs, tous non cadrés. En revanche défensivement, leur paire centrale Tavlaridis-Vitakic a les arguments pour éviter du boulot à l'ange noir, Tony Mario Sylva. Et Acimovic peut « coincer » le ballon au milieu avec sa technique slovène, aidé par le grand Bodmer et le petit Makoun. Mais diantre 11 Lions, même sans Elber, ne peuvent, sur leurs terres, laisser autant « de Chiens Nordistes » courir à leur guise ! D'autant que Christiano Marques Gomez Cris faisait ses débuts…. Garantie à priori d'une solidité et d'une agressivité supplémentaire chez les Olympiens.









9 minutes après le début de la rencontre, les partenaires de Cacapa tiraient pour la première fois du match et ouvraient le score. 279 minutes d'attente récompensées pour Pierre-Alain Frau qui était à la conclusion d'une somptueuse transversale d'Abidal en direction de Govou ; la remise instantanée du numéro 14 blanc trouvant « PAF » dans la surface pour sa première réalisation, du tibia droit, de la saison. L'OL, bien en place et peu dérangé par des Lillois sans rythme, bousculait la cage de Sylva ; Govou d'une tête détournée en corner (19eme) ; Essien d'une frappe du gauche surpuissante à côté (20eme) ; sans oublier une superbe action collective Malouda, Juninho, Govou (22eme).



Les Dogues se montraient enfin par Bodmer sur un coup franc sans danger, avant que Brunel, d'une reprise du gauche sans complexe ne manque le cadre de peu (29eme). Dans la foulée Diarra se fracassait en retombant lourdement… sans conséquence heureusement pour le solide malien. Et Cris me direz-vous ? Le Brésilien a fait jusque là dans le propre, un seul ballon perdu, avant de prendre son premier jaune français sur un tacle appuyé (32eme). Juste le temps de voir un peu ces Nordistes avec des tentatives de tirs, toujours pas cadrées, et Frau plaçait un coup de boule juste au dessus de la transversale de Sylva(39eme) sur un centre de Malouda ; Réveillère prenait un carton jaune, le troisième en 4 rencontres; il sera suspendu ! Et les Lyonnais terminaient la première mi-temps avec une frappe vendangée de Malouda sur un service en retrait de Réveillère (45eme) ; puis Frau, en une minute, tirait au dessus, avant d'être à 2 doigts de chaparder un ballon … de but à Sylva.



Le champion de France menait logiquement à la pause. Regagner les vestiaires après 45 minutes de jeu en avance au tableau d'affichage ? Une nouveauté cette saison ! Une première période où l'on avait beaucoup vu l'activité inlassable d' Essien. Quel colosse! La vitesse de course et la disponibilité d'Abidal sur le côté gauche ; le pouvoir d'accélèration collectif des locaux sur des coups bien sentis.



Chalmé énervait l'arbitre, M. Kalt, et prenait un jaune dès le reprise. L'OL mettait le ballon dans sa poche ; les Bleus n'en piquaient plus une… On attendait l'estocade. Juninho de 35 mètres frappait « vicieusement » un coup-franc légèrement à droite de la cage du gardien visiteur tout de jaune vêtu.



Ces Lillois tournaient au ralenti se contentant apparement de cette petite défaite. Landrin (63eme) mettait enfin le grand « Greg » à contribution. Fidèle à son talent, il détournait le ballon et enchaînait 3 arrêts rassurants. Ce gardien est un géant ! Cris plongeait peu après dans sa surface pour sortir de la tête un centre venu de la droite.



Paul Le Guen utilisait alors son banc : Viale et Ben Arfa à la place de Frau et Malouda (67eme). Moussilou ennuyait un instant la paire Cris-Abidal, avant que Ben Arfa ne fasse son premier show mal terminé (70eme). Cris montrait sa science du tacle devant Audel et d'une façon générale ses capacités à intervenir efficacement devant le moindre danger. L'OL avait perdu le fil directeur de ses idées ; ses côtés tanguaient devant les attaques adverses. Un gros brin d'ennui descendait sur Gerland, masqué par l'entrain du Virage Nord ! En levant la tête, la pleine lune nous faisait un clin d'œil, comme une invitation à prendre de l'altitude! Heureusement Cris nous régalait de ses interventions super-toniques. Une belle bête ce Cacapa blanc…



Un brin d'ennui et de crainte ; les hommes de Claude Puel comprenant enfin que les Blancs avaient les pompes à côté de leur idées, ils imagineaient maintenant du positif dans ce voyage mal commencé. Coupet sortait un arrêt décisif (85eme) à la suite d'un coup franc et d'un ballet aérien à 2 temps. Cela avait le don de piquer l'échine des Olympiens traduit par une action collective enfin bien construite.



4 minutes encore. Et nouveau coup de casque de Cris pour sortir un ballon chaud. Mon Dieu que cette deuxième période était crispante, décevante… Lille poussait encore ; L'OL résistait ; les jeunes pousses entrées en jeu n'avaient pas amené cet élan vivifiant certainement souhaité par Paul Le Guen. Mais la machine �tait trop grippée pour qu'ils puissent s'exprimer. Ouf... la fin intervenait et Cris, heureux, commençait sa carrière française par ce petit succès 1 à 0... agrémenté d'une très belle prestation personnelle. Il y a des soirs, où il faut savoir prendre les 3 points... à défaut de tout autre chose !





Statistiques :



Hors jeu OL : 2

Hors jeu Lille : 2

Corner OL : 3

Corner Lille : 8

Coups francs OL : 17

Coups francs Lille : 11

Tirs cadrés OL : 2 Frau et Govou

Tirs cadrés Lille : 1 Landrin

Tirs non cadrés OL : 9 (Essien 2, Frau 2, Malouda 1, Juninho 2, Diarra 1, Viale 1)

Tirs non cadrés Lille : 7

Coupet arrêt : 6

Coupet arrêt décisif : 2





R.B.

Sur le même thème