masculins / OL - Anderlecht

OL - Anderlecht dans la presse

Publié le 19 août 2009 à 11:33 par BV

La rencontre entre l’Olympique Lyonnais et Anderlecht fait les gros titres de la presse de ce mercredi 19 août : « L’Union sacrée » pour L’Equipe, « L’OL doit éviter le piège d’Anderlecht » pour le Progrès, « L’OL doit franchir l’obstacle Anderlecht » pour le Dauphiné Libéré, « l’Olympique Lyonnais doit éviter la mauvaise blague belge » pour Le Figaro.

Dans L’Equipe, Vincent Duluc s’interroge : « on ne parvient pas à savoir ce que vaut Lyon, et pas trop non plus dans quelle mesure le champion français des années 2000 doit craindre Anderlecht » et ajoute que « tout indique un barrage compliqué, à commencer par ce match retour à l’extérieur ». Et pour ne pas trop trembler au moment de se déplacer en Belgique, dans moins d’une semaine, les Lyonnais devront ne pas encaisser de but et marquer, dans le même temps, au moins un but, voire un peu plus. Pour y parvenir, le septuple champion de France comptera sur ses recrues estivales, notamment Michel Bastos. Le Brésilien, qui confie n’être « ni Malouda, ni Juninho », n'imagine qu'une seule issue à ce barrage : « on doit se qualifier, c’est la pression des grands clubs, celle que je suis venu chercher ici et que je n’avais pas à Lille. »
« Gare aux gauchos » prévient le quotidien sportif qui ressort du noyau (groupe) anderlechtois trois Argentins : Lucas BigliaLe régisseur »), Nicolas FrutosLe colosse fragile ») et Matias SuarezLa promesse »).

Dans Le Progrès, Jean-François Gomez note que « l’heure est venue d’envoyer un signe fort, une victoire sans concéder de but par exemple, permettant de s’assurer un minimum de confort avant le match retour ». Le quotidien régional souligne que les statistiques n'autorisent pas à verser dans un optimisme débordant : depuis dix ans, en matches aller-retour, avec l’aller à domicile, l’OL ne s’est qualifié qu’une fois (contre le Celtic Glasgow en 1999) : « il serait grand temps de remédier à cette contrariante statistique. »
Sous la plume d’Antoine Osanna, Cris explique : « on va aborder cette confrontation comme s’il s’agissait d’un huitième de finale et ça va être chaud. Mais, on est prêt. (…) On a tout pour passer. Mais, c’est vrai. On n’a pas le droit à l’erreur. »

La Provence relaie les souhaits des Marseillais, que ce barrage ne laisse pas indifférents : « sans être supporter de Lyon, j’espère qu’il y aura trois équipes françaises en Ligue des champions. Ça leur fera quelques matches de plus dans les jambes », déclare Laurent Bonnart. « En regardant jouer Lyon, j’apprends toujours, révèle Charles Kaboré. Et puis, on peut toujours rêver, un jour, à une finale OM-Lyon."

Dans Le Parisien, Yves Leroy dresse le portrait d’Aly Cissokho. Concernant la rencontre de ce soir, le nouveau latéral gauche de l’OL est ambitieux : « 2 - 0, ce serait le top ». « J’ai vraiment envie de jouer la Ligue des Champions, pas de la regarder à la télé » confie-t-il.