masculins / OL - Fenerbah

OL-Fenerbahçe: la revue de presse

Publié le 04 novembre 2004 à 11:10

D'Ores et déjà qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, l'OL impressionne. Tandis que UEFA.com insiste sur le fait que Nilmar a libéré l'OL et que cette qualification est historique, le Progrès ne laisse aucun doute planer et titre "l'OL s'envole"..."au huitième ciel".

Voila une bonne chose de faite (Sports.fr), Lyon et la Juve se qualifient (AFP), Les Lyonnais n'en finissent pas de surprendre comme le stipulent Football365.fr qui souligne au passage la grande maturité du groupe de Paul Le Guen. Enfin le quotidien l'Equipe n'omet pas de préciser l'animation qu'a apporté les 2 complices du côté droit Govou, nouveau capitaine, et Réveillère : Lyon est vraiment grand.








UEFA.com

Nilmar libère l'OL

Dominateur la plupart du temps, l'Olympique Lyonnais a de nouveau battu le Fenerbahçe après une fin de match incroyable. Un résultat qui permet à Lyon d'obtenir son billet pour les huitièmes de finale de la compétition.

Une qualification historique

Après le match nul contre le Manchester United FC à Gerland et les victoires sur le terrain de l'AC Sparta Praha et à Fenerbahçe, l'Olympique Lyonnais retrouvait son stade pour un match, qui pouvait lui permettre de se qualifier pour les huitièmes de finale. Face à Fenerbahçe, une équipe que le triple champion de France avait facilement battue lors du match aller en Turquie (1-3). Et dans la douleur, l'Olympique Lyonnais a obtenu sa qualification. Un moment historique pour l'incontestable n°1 français.



Le progrès

L'OL s'envole

L'OL au huitième ciel...

Cette équipe n'est vraiment pas ordinaire. Ballottée, menée au score, perdant sa figure historique en la personne de Grégory Coupet, elle finira par tout balayer sur son passage et en premier lieu une formation de Fenerbahçe qui se souviendra longtemps de ce 3 novembre 2004. Elle ne sera pas la seule...

Christian Lanier



Une équipe héroïque

Si la légende naît des matches les plus fous, des scénarios les plus incroyable, alors l'OL a marqué les esprits et frappé très fort hier soir en venant à bout au terme d'un match épique, d'une vaillante équipe de Fenerbahçe. Il restera de cette soirée le souvenir merveilleux d'une qualification pour les 8es de finale de la Ligue des Champions, obtenue à deux matches de la fin de la phase de poule, un exploit rare pour un club français.

Antoine Osanna





L'Equipe

Lyon est vraiment grand

Pour la troisième fois en cinq ans (la deuxième d'affilée), Lyon a réussi à se sortir hier de la première phase de la Ligue des Champions. Après deux échecs (automnes 2001 et 2002), dans une période où aucun club français ne parvenait plus à accéder aux quarts de finale de l'épreuve reine sur le continent, le triple champion de France a repris sa progression. Le plus remarquable dans le parcours lyonnais, cette saison, vient de la rapidité avec laquelle la qualification a été assurée. On ne peut pas faire plus vite que quatre journées pour en avoir la certitude mathématique, et Bordeaux fut le seul club français à réaliser pareil sans-faute dans la compétition (en 1999-2000, dans un groupe qui comptait le Sparta Prague, le Spartak Moscou et Willem II Tilbutg). Cela va permettre aux lyonnais d'aborder plus tranquillement les deux dernières rencontres (à Manchester et contre le Sparta Prague), puisque le seul enjeu désormais consiste à terminer premiers du groupe.

Il y a deux ans, l'OL idéalement placé après ses deux rencontres face à l'Inter (2-1 à San Siro et 3-3 à Gerland), avait manqué le coche à domicile contre l'Ajax (0-2) puis laissé passer sa dernière chance à Trondheim, contre Rosenborg, en Norvège (1-1). L'an passé, il lui avait fallu attendre les cinq dernières minutes de son ultime match, contre le Celtic, pour l'emporter (3-2) grâce à un penalty de Juninho et se qualifier.



Sports.fr

Un Lyon maître du jeu

Voilà une bonne chose de faite pour les Lyonnais! En s'imposant face à Fenerbahçe (4-2), l'OL est assuré de disputer les huitièmes de finale de la Ligue des Champions alors qu'il reste encore deux matches à disputer contre Manchester United et le Sparta Prague. Une situation confortable que les Gones se sont offerts au prix d'un match plein au cours duquel Grégory Coupet s'est blessé.

L'équipe de Jean-Michel Aulas a en effet prouvé qu'elle avait des ressources non seulement pour retourner une situation défavorable mais aussi et surtout pour se montrer décisive et honorer un rendez-vous important.

William Montjean



AFP

Lyon et la Juventus se qualifient pour les 8e de finale

L'Olympique lyonnais, mené dès la 14e minute, a su faire preuve de caractère pour égaliser et mener 2-1 grâce à Essien et Malouda. Mais les champions de France perdaient ensuite Coupet, touché au genou droit et remplacé par Puydebois, qui, encore froid, cédait sur corner dans la minute même de son entrée en jeu (73).

Malgré l'exclusion du Turc Servet (76), les Lyonnais semblaient avoir laissé passer leur chance mais c'est le joker de luxe brésilien Nilmar, entré à la 70e minute, qui les qualifiait par un doublé salvateur au bout du temps additionnel (90+4 et 90+6).

Vainqueur, l'OL est en plus qualifié avant même ses deux derniers matches grâce à la victoire de Manchester United sur le Sparta Prague (4-1) dans l'autre match. Un succès qui porte la marque du néerlandais Van Nistelrooy, auteur des quatre buts des "Red Devils" et qui élimine les Tchèques.



Foot365

Lyon en route pour les huitièmes

Les Lyonnais n'en finissent pas de surprendre. Quel que soit le contexte du match et quelles que soient les difficultés, les hommes de Paul Le Guen s'adaptent avec une grande maturité. COUPET sort malheureux pour une sérieuse blessure au genou droit. Devant lui, si ABIDAL est maladroit sur l'ouverture du score turque, l'ancien lillois s'est bien rattrapé par la suite. REVEILLERE réalisé une belle prestation, n'hésitant pas à monter dans son couloir droit. Au milieu, JUNINHO a une fois encore sorti une prestation impressionnante. Tout comme MALOUDA, intenable côté gauche et qui a pesé sur l'arrière-garde de Fenerbahce. Enfin GOVOU a réalisé un de ses meilleurs matchs de la saison.

Du côté des Turcs, TUNCAY SANLI aurait pu être le héros de Fenerbahce en inscrivant le but égalisateur. L'attaquant turc a réalisé un match plein, prenant l'initiative à plusieurs reprises par des frappes souvent dangereuses. Il blesse Coupet en allant à son contact mais sans volonté de faire mal. Bonne prestation de SELCUK au milieu du terrain. Derrière, RUSTU a longtemps retardé l'échéance de la défaite par quelques arrêts de qualité.

Damien Mercereau

Sur le même thème