masculins / OL - Fenerbah�J-1

OL - Fenerbahçe: Y-a-t-il l'ombre d'un doute?

Publié le 02 novembre 2004 à 10:54 par R.B

[IMG3650L]En pleine campagne médiatique pro Olympique Lyonnais, les <b>Olympiens</b> pourraient ajouter une pierre supplémentaire dans leur jardin vers le « encore plus de reconnaissance» en se qualifiant des leur quatrième match de poule pour la suite de la compétition en Champions League. Cacapa et Wiltord seront absents... Fenerbahçe n'est pas en grande forme... L'OL a les arguments pour s'imposer...

En pleine campagne médiatique pro Olympique Lyonnais, les Olympiens pourraient ajouter une pierre supplémentaire dans leur jardin vers le « encore plus de reconnaissance» en se qualifiant, dès leur quatrième match de poule, pour la suite de la compétition en Champions League. Une formation française a réussi ce tour de force jusque là : le PSG de Paul Le Guen en 94-95 qui avait d'ailleurs remporté ses 6 matches de poule. Bordeaux était aussi déjà qualifié en 99-2000 au goal average particulier. Même si un succès des Champions de France mercredi soir ne sera pas suffisant en soi. Il faudra y ajouter en effet une victoire de Manchester sur le Sparta. A Old Trafford, on ne voit pas comment, les Mancuniens pourraient se laisser aller à un gros écart de conduite !



Bon avouons le, cela semble impossible que Coupet et ses coéquipiers ne soient pas au rendez-vous du mois de février; s'il fallait patienter au-delà de ce mercredi, nous patienterions... Tout irait extraordinairement bien à l'OL si le match contre Strasbourg n'avait pas laissé sur le flanc Claudio Cacapa et Sylvain Wiltord. On a beau dire et répéter que la nouvelle version olympienne est aussi celle d'un collectif de 20/21 joueurs, il y a quand même dans un groupe des éléments plus indispensables que d'autres. Claudio avait participé à toutes les rencontres ; il avait depuis le début de saison un niveau de jeu très élevé (puissance, vitesse, sobriété...), facilitant aussi l'intégration d'Abidal, de Cris ; sans parler de son rôle de patron.



Quant à Wiltord, ce bonhomme a été diablement décisif lors des 3 matches de la phase aller : le but du succès à Prague et 4 passes décisives (1 contre Prague à Essien, 1 contre Manchester à Frau, 2 contre Fenerbahçe à Frau et Juninho), soit un implication directe dans 5 des 7 buts lyonnais ! Sans parler de sa relation « privilégiée » avec Pierre-Alain Frau à qui il a délivré 3 passes, dont 2 véritables caviars, sur ses 5 buts inscrits depuis son arrivée dans le Rhône.



Paul Le Guen devra donc décider, pour 2 à 3 mois, qui va jouer dans l'axe de la défense aux côtés de Cris en sachant qu'il a plusieurs possibilités pour constituer la défense dans sa globalité. Il devra revoir son plan d'attaque pour 2 à 3 semaines ; la blessure de Sylvain faisant monter dans la hiérarchie, par rapport aux matches précédents, Frau et Nilmar.



L'OL a pris l'habitude de se soucier que de lui ; Paul Le Guen ne se plaint jamais des aléas de ce métier. Alors ce groupe fera sans son capitaine défenseur et sans « sa star ». En face, il y a un adversaire qui ne respire pas la santé. Défait pour la première fois dans son championnat samedi dernier, il a encaissé lors des 2 derniers matches de Champions League 9 buts ; Seule l'AS Roma a « fait mieux » avec 10 buts dans ses valise... en 3 rencontres. La défense a montré ses limites… Alex est, certes, un joueur doué… dans le registre intermittent du spectacle… Reste le pouvoir offensif de cette formation avec le grand Van Hooijdonk, toujours capable de planter un coup franc, un coup de boule ; le Brésilien Nobre, souvent réaliste et Sanli Tuncay, un véritable poison avec sa technique et son activité inlassable.



Au match aller, les Olympiens l'avaient emporté « largement » au tableau d'affichage et dans le jeu. 25 frappes à 9 notamment ; et si Coupet avait sorti 2 fois ses gants de pompier de service, les partenaires de Cacapa avaient manqué 3 occasions nettes de but. On a du mal à imaginer que les jaune et bleu se soient bonifiés en l'espace de 2 semaines. L'OL, indépendamment des absences peut-être préjudiciables de ses deux récents blessés, dégage une sérénité, une force, une obstination, une qualité collective… que rien ne trouble pour l'instant. Et comme le bémol du manque de réalisme offensif ne vaut à ce jour que pour le championnat que peut-il arriver à ces Gones là ? Un sursaut d'orgueil des Turcs, à deux doigts au mieux de l'Uefa, capables « d'embrouiller » une rencontre, avec ce mélange d'engagement physique parfois limite et cette touche technique rehaussée par la présence des Brésiliens, même loin de chez eux.



A des milliers de kilomètres du Sükrü Saracoglu, ils ont un 30 octobre 96 tombé Manchester chez lui (1 à 0) et le 11 septembre de la même année, il avaient partagé les points sur la pelouse du Rapid de Vienne (1 à 1) ; grâce 2 buts de Bolic. Pour le reste que des défaites dont un 3 à 1 à Gerland le 17 octobre 2001. Des 4 buteurs de cette soirée, Oktay, Delmotte, Carrière et Govou, un seul pourra de nouveau marquer ; Sidney est en effet toujours là et en plus il portera le brassard de capitaine. De quoi le transcender, lui qui est toujours un petit peu encore l'homme du Bayern, un soir de grâce de l'an 2001 (6 mars) !



Ce match a forcément un parfum particulier. "On peut effectivement l'assimiler à un match de Coupe. Mais cele ne changera en rien notre façon de jouer. Nous avons ces habitudes là de puis le début de la saison et le 3 à 1 du match aller me fait dire simplement que nous avons pris 3 points et que ce match, comme beaucoup, a tenu à quelques détails... Il faudra donc être à notre maximum mercedi soir." Paul Le Guen a répondu avec une grande sérénité aux questions des médias pendant la conférence de presse, indiquant que Diatta jouerait aux côtés de Cris dans l'axe de la défense. L'OL ne cache plus grand chose ces derniers temps. C'est certainement un des signes de son extraordinaire puissance actuelle.



R.B
Sur le même thème