masculins / OL - Nantes J-1

OL - Nantes: Joli canari... pour un appétit de Lyon

Publié le 12 novembre 2004 à 12:24 par R.B

[IMG3808L]Avec ses blessés au nombre de 6, <b>Paul Le Guen</b>, par rapport à son idéal, doit commencer à avoir des soucis pour composer son groupe. En regardant le programme des semaines à venir, il ne risque pas d'être rassuré. En se souvenant que son groupe a disputé 120 minutes mercredi soir sous la pluie à Lille en Coupe de la Ligue, il pourrait se demander ce qu'il a fait au Bon Dieu ! Pas le temps... les Canaris nantais sont à Gerland samedi...

Avec ses blessés au nombre de 6, Paul Le Guen, par rapport à son idéal, doit commencer à avoir des soucis pour composer son groupe. En regardant le programme des semaines à venir, il ne risque pas d'être rassuré. En se souvenant que son groupe a disputé 120 minutes mercredi soir sous la pluie à Lille en Coupe de la Ligue, il pourrait se demander ce qu'il a fait au Bon Dieu ! Heureusement, Malouda, Cris et Essien n'étaient pas du voyage dans le Nord; alors que Réveillère, Frau, Govou, Juninho et Berthod ont été plus ou moins ménagés en ne disputant pas l'intégralité de ce 1/16ème de finale. Parmi les clefs du match contre Nantes, la question de la fraîcheur physique des Lyonnais sera bien évidemment à l'ordre du jour, comme la capacité des Champions de France à faire avec l'absence d'Abidal, un nouveau titulaire sur le flanc après Coupet, Cacapa, Wiltord. La question de leur invincibilité perdue ne semblant pas être une atteinte à leur moral, d'autant que les partenaires de Govou le sont toujours en championnat. J'en connais certains qui vont dire, on se rattrape comme on peut ! Que nenni… C'est un fait. Pour faire référence aux comparaisons avec Arsenal, les 49 matches sans défaite des Gunners concernaient uniquement le championnat...



L'OL aborde donc cette 14ème journée en « boîtant » et en se demandant peut-être si la scoumoune va arrêter de lui coller au paletot ! 4 titulaires indiscutables en moins, dont 3 internationaux français, ce n'est pas rien sans faire d'offense à ceux qui joueront samedi en fin d'après-midi. Mais à quoi sert de se lamenter ? Les Canaris ont certainement leurs soucis. A chacun sa vie. Opposés pour la 36ème fois de leur histoire à Gerland, ces 2 équipes n'ont pas les mêmes ambitions. L'OL, on les connaît ; Nantes, on imagine qu'une place européenne suffirait au bonheur de l'entraîneur Loïc Amisse avec certainement quelques pensées vers les Coupes Hexagonales. En attendant la remise des prix, le coach du FCNA tient un discours très clair (propos recueillis sur le site du club). «Il faut trouver la constance dans notre jeu. Jusqu'à présent, nous nous sommes toujours efforcés de jouer et de ne pas rester en défense. De toutes façons, nous n'avons pas une équipe pour çà… En nous déplaçant à Gerland, nous aurons moins de pression. Ces Lyonnais, on les connaît ; ils sont toujours invaincus en championnat. On espère bien montrer contre eux que l'on existe et si l'on peut récupérer des points, on le fera. Les prolongations qu'ils ont jouées mercredi soir contre Lille peuvent avoir une importance et leur nombre de blessés commencent à être important… ».



Pas besoin de traduction ! Cela veut dire que les partenaires du capitaine Landreau ne seront pas recroquevillés en défense, à l'affût d'une belle « occase ». Chez ces gens là, Monsieur, on a toujours été adepte du beau jeu. Le célèbre jeu à la Nantaise mis en place par José Arribas dans les années 60, ne souffre d'aucune déviation avec le temps, même si ses crûs ne sont pas toujours millésimés. Le jeu à la Nantaise ; la formation à la Nantaise… Les jaunes et verts inspirent le respect. 42ème saison de rang en Ligue. Une montée en 1963 et jamais de marche arrière ! Cette saison, le début a été un peu difficile. Les Canaris ont attendu la 6ème journée pour prendre leur premier 3 points à domicile et la 9ème journée pour s'imposer à l'extérieur (Strasbourg). Avec les départs de Yepes, Armand, Gillet, Berson, il a fallu repenser toute la structure défensive de ces jolis volatiles. Il semblerait que depuis 6 matches cela soit fait avec une base arrière qui ne change plus : Landreau – Savinaud, Caceres, Guillon, Viveros. Pour le reste, Olivier Quint est revenu en grâce aux yeux de Loïc Amisse ; il fallait bien trouver un successeur à Ziani. En revanche, point de très grand buteur. Vahirua et Moldovan sont partis ; le Roumain Bratu, le Malien Bagayoko sont arrivés, 6 des 12 buts inscrits, pour se faire une place au soleil que convoite également le local Pujol (1 but).

Souvent boostés par leur gardien « Mika » qui sait faire autre chose dans sa cage que d'arrêter pénaltys et tirs au but, les Nantais sont un adversaire à prendre avec beaucoup de considération. Un exemple : ils n'ont jamais pris plus de 2 buts dans une rencontre (Toulouse, Monaco et Caen) ; ou encore, ils ne sont jamais inclinés par plus d'un but d'écart. Certes Da Rocha est blessé, tout comme Drouin, Delhommeau. Certes depuis 3 rencontres (Caen, Ajaccio et Auxerre), le bilan est plutôt maigre avec 2 nuls et 1 défaite…



Les Lyonnais, au soir de leur élimination en Coupe de la Ligue à Lille, n'avaient qu'un mot à la bouche : cette défaite ne sera pas traumatisante. Cela tombe bien ! Avec la venue du FCNA, 3 jours après, pas le temps de gamberger et surtout l'opportunité de montrer qui est le patron de cette Ligue 1.



R.B

Sur le même thème