masculins / OL 2 - Olympiacos 1

OL-Olympiacos : La revue de presse

Publié le 20 octobre 2005 à 11:03 par SR

[IMG6952L]Dans son édition du jour, <span class=redcontent><b>Le Progrès </b></span>titre « OL : merci Juninho ! » et Christian <b>Lanier </b> poursuit à l'intérieur du quotidien : « Juninho, l'arme fatale V ». Pour Cris : « C'est Juninho qui décide de tout dans un match ! ». Antoine <b>Osanna </b>ne conteste pas « On ne touche pas à impunément à l'orgueil d'un champion. Et Juninho le sait peut-être mieux que quiconque. C'est lui, et lui seul qui pouvait dessiner cette offrande à Govou, surgissant plein axe, pour tromper Nikopolidis. »

L'OL, hier, a puisé dans ses ressources pour venir à bout d'Olympiacos. Sidney Govou a inscrit son premier but de la saison, un but qui en vaut beaucoup et qui permet à l'OL d'être tout proche des huitièmes. « Rien n'arrête Lyon » titre l'Equipe, illustré par le vigoureux Govou, enjambant Kostoulas. Le quotidien déballe « Lyon s'est fait peur ». Il faut se rendre à l'évidence « Trop calculateur et attentiste, l'OL a dû cravacher pour s'imposer à la 89è minute. Le voila presque en huitièmes. » et « Heureusement pour l'OL, Juninho est grand » souligne Vincent Duluc. Claude Chevally lui attribue d'ailleurs un 7,5 « de l'excellent Juninho ! ». Govou, présentant « beaucoup d'envie et remuant à souhait », récoltera un bon 7 et ne « l'aura pas volé ».

Sur le site internet, le consultant de l'Equipe, Angel Marcos, fait savoir que « Lyon a prouvé devant l'Olympiakos (2-1) que les principaux défauts qui l'avaient empêché d'aller en demi-finale l'an passé ont été corrigés. Cette victoire au mental prouve que l'OL "est en train de devenir une grande équipe" ».



Dans son édition du jour, Le Progrès titre « OL : merci Juninho ! » et Christian Lanier poursuit à l'intérieur du quotidien : « Juninho, l'arme fatale V ». Pour Cris : « C'est Juninho qui décide de tout dans un match ! ». Antoine Osanna ne conteste pas « On ne touche pas à impunément à l'orgueil d'un champion. Et Juninho le sait peut-être mieux que quiconque. C'est lui, et lui seul qui pouvait dessiner cette offrande à Govou, surgissant plein axe, pour tromper Nikopolidis. »



« Lyon, le strict maximum » sur UEFA.com et David Valverde rapporte qu' « après un début de match enlevé, l'Olympique Lyonnais n'a guère brillé, mercredi soir, face à l'Olympiacos CFP, pour la troisième journée de l'UEFA Champions League. Mais l'essentiel est là : neuf points en trois matches. »

Sports.fr livre un contenu semblable : « Sans produire un grand match, l'Olympique Lyonnais a tout de même réussi à prendre les trois points face à l'Olympiakos et a sans doute fait un grand pas vers les huitièmes de finale après cette troisième victoire en trois matches. L'OL, dont certains joueurs étaient visiblement émoussés, n'a pas été impérial mais un coup franc de Juninho en début de match et un but de Govou en toute fin, ont permis de faire la différence (2-1). »



Enfin, Reuters accentue sur « Juninho, l'atout maître de Lyon » et indique que « le Brésilien séduit tout le monde, à commencer par les fans, qui savent apprécier sa disponibilité et sa simplicité. Gérard Houllier, lui aussi, est vite tombé sous le charme. "C'est la classe", dit de Juninho le nouvel entraîneur de l'OL. »



SR









Sur le même thème