masculins / OL - AC Ajaccio J-1

Olivier Pantaloni : « On ne doit pas s’excuser d’être en Ligue 1 »

Publié le 12 août 2011 à 17:00 par BV

Malgré la défaite à domicile en ouverture de la saison face à Toulouse (0 – 2), l’entraîneur de l’AC Ajaccio se montre satisfait du visage montré par son équipe. A ses yeux, ses joueurs doivent désormais « éviter de faire des complexes ».

Dans quel état d’esprit êtes-vous après la défaite le week-end dernier face à Toulouse (0 – 2) ?
Ce fut une grosse déception parce que l’on fondait beaucoup d’espoirs dans ce match-là. Mais cette déception n’entame en rien notre volonté d’aller de l’avant et d’obtenir le maintien. Le contenu de la rencontre nous laisse beaucoup d’espoirs : on a produit du jeu, on s’est créé des occasions que l’on n’a pas réussi à mettre au fond, la différence s’est faite là : on a manqué de réalisme face à une équipe toulousaine qui a marqué sur une demi occasion, juste avant la mi-temps. Il en ressort donc un sentiment partagé : la frustration d’avoir perdu, mais également la satisfaction de ce qui a été produit et du visage que l’on a montré.

Cette saison, je pense que l’OL va surprendre plus que prévu

En deux semaines, vous allez disputer deux matches à l’allure complètement différente : l’OL à Lyon puis Evian-TG à Ajaccio. Lequel est le plus important en vue du maintien ?
Je pense le deuxième comme tous les matches face à nos concurrents directs pour le maintien. C’est face à ce type d’équipes qu’il faut engranger un maximum de points. Si l’on revient de Lyon avec une défaite, cela n’atténuera en rien notre volonté de nous maintenir, mais on jouera notre carte sur 36 journées, et non sur 38. Je ne vous cache pas toutefois que si l’on arrive à grappiller des points face aux ténors, ce ne sera pas pour nous déplaire. En tout cas, on ne vient pas résignés, on a la ferme intention de ramener un bon résultat de Lyon.

Selon vous, quels ingrédients vous faudra-t-il mettre pour vous maintenir ?
On a de la qualité, on a surtout un mental très solide comme on l’a démontré la saison dernière. Après, on a de progrès à faire dans l’approche des matches. Il faut éviter de faire des complexes. Notre place en Ligue 1, on ne l’a pas volée, on l’a obtenue de haute lutte, on l’a méritée. On ne doit pas s’excuser d’être en Ligue 1, même si on a le plus petit budget de l’élite. On devra également être beaucoup plus efficaces sur le plan du réalisme. La saison dernière, on était plus ou moins efficaces devant le but. En Ligue 2, cela peut passer, en Ligue 1, il faut être efficace offensivement et commettre le moins d’erreurs défensives possible, sinon cela se paie cash.

Que pensez-vous de l’Olympique Lyonnais version 2011 – 2012 ?
Son recrutement a été très limité par rapport aux saisons précédentes, mais quand on ne chamboule pas trop un effectif, c’est également un atout. Rémi Garde et Bruno Génésio sont deux jeunes entraîneurs qui devraient amener une dynamique supplémentaire. Cette saison, je pense que l’OL va surprendre plus que prévu.

Le fait de jouer l’OL à trois jours de son barrage de Champions League est-il un avantage pour vous ?
Je n’ai pas le sentiment que cela compte. L’effectif est d’une telle qualité que, même s’ils se permettent de faire tourner, cela restera une équipe très performante. Je n’en ai même pas parlé à mes joueurs.

Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Olivier Pantaloni dans Tribune OL, le programme de match officiel de l'Olympique Lyonnais spécial "OL - Ajaccio", en cliquant ici

 

 

 

 

 

 

Sur le même thème