masculins / OM - OL J-3

OM - OL, des confrontations spectaculaires...

Publié le 12 mars 2015 à 14:18 par SC

Historiquement, le choc entre Olympiques produit des buts, beaucoup de buts. La saison passée, il avait tourné en faveur des Marseillais. En 2012-2013, ce sont les Lyonnais qui s'étaient baladés au Vélodrome.

Il y a des saisons où les Lyonnais sont repartis de la Cité phocéenne en ayant laissé une très grosse impression. Récemment, on se souvient de la victoire 4 à 1 lors de la saison 2012-2013 où les Lyonnais avaient pris possession de l'antre marseillais, un Vélodrome éteint et circonspect devant le tripé de Gomis, le quatrième but de Malbranque et le coup d’éclat lyonnais. On se souvient du succès 3 à 1 lors de la saison 2008-2009 acquis avec un réalisme froid. La petite pépite lyonnaise, Karim Benzema, s’était offert un doublé pour ouvrir la voie à son aîné brésilien. Juninho inscrivait le troisième but lyonnais d’un superbe coup-franc de 30 mètres, son 99ème et avant-dernier but sous les couleurs de l’OL.

Avec 20 défaites pour 10 succès, les Lyonnais présentent un bilan négatif au Vélodrome. Mais, depuis quelques saisons, des signes de changement sont là. Ils sont en train d’inverser la tendance historique. Depuis que l’OM a fait son retour en première division, c’était en 1996-1997, l’OL ne s’est incliné que 5 fois, a tenu en échec les locaux à 7 reprises…et est revenu de Marseille avec les trois points 6 fois.

Les 10 derniers OM - OL en Ligue 1

Peu importe le vainqueur, le choc entre les deux Olympique produit le plus souvent beaucoup de spectacle et provoque une avalanches de buts. Les filets ont tremblé 41 fois lors des 11 dernières confrontations au Vélodrome, soit une moyenne de 3,7 buts par match !

Et ce sont les Lyonnais qui en avaient fait les frais la saison passée. Ils avaient pris l’eau lors d'une soirée très importante dans la course à l'Europe. Ils avaient été dépassés par les déferlantes marseillaises qui s’étaient abattues sur la cage d’Anthony Lopes. Les deux buts de Mvuemba et Gomis n'avaient donc pas suffisamment pesé lourd face aux quatres réalisations marseillaises.

Sur le même thème