masculins / OL - TFC

« On n’a pas le choix jeudi »

Publié le 03 décembre 2013 à 15:57 par SC

Deux jours après la défaite à Paris, Henri Bédimo souhaite que les têtes lyonnaises évacuent ce moment difficile. Lors du point presse, le latéral gauche l’a répété, « les beaux jours vont revenir ». Espérons dès jeudi, contre Toulouse…

 Oublier le match de Paris dès maintenant pour se préparer au mieux pour le rendez-vous de jeudi…tel était le message d’Henri Bédimo ce matin lors du traditionnel point presse. Le défenseur lyonnais ne souhaite pas s’obstruer l’esprit et la tête avec la défaite de dimanche : « On est dans une phase de préparation pour le match contre Toulouse. Hier, le match était encore dans nos têtes, mais aujourd’hui il ne doit plus l’être ». L’équipe doit cependant apprendre de ce genre de rencontre, et notamment s’appuyer sur ce qui a été bien fait en début de partie. « Les points positifs sont les 30 premières minutes. On a été compacts et on a mis beaucoup de concentration. Avec de la vitesse sur les côtés, on les mettait en difficulté. On était en place et on les a gêné ».

Pourtant, après cette bonne période, les coéquipiers d’Henri ont montré un tout autre visage. Ce dernier en est conscient : « 30 minutes ça ne suffit pas. Surtout face à une équipe comme celle-là ». Et, lorsque Rémi Garde parle d’un manque de maturité, il approuve : « Oui, je suis d’accord. On prend des buts dans un domaine où il faut faire preuve de concentration et de caractère. Sur coups de pied arrêtés ça ne pardonne pas. Deux pénaltys, deux corners, c’est frustrant ».

Tant qu’on est dans cette situation et à l’OL, il y a une urgence de points. Nous étions sur une bonne lancée. Il faut relancer une série

  Le match qui se profile revête une importance capitale. Celui qui est arrivé au dernier mercato le sait : « Tant qu’on est dans cette situation et à l’OL, il y a une urgence de points. Nous étions sur une bonne lancée. Il faut relancer une série ». Avant d’ajouter. « On n’a pas le choix, il faut gagner. Il faut mettre d’autres ingrédients ».

Toulouse est une équipe qu’Henri connaît bien. Il y a passé trois saisons au tout début de sa carrière ; Il n’est pas parvenu à s’y imposer. « J’étais trop tendre à l’époque. Je n’étais pas prêt et pas assez mature. C’est pour cela que j’ai fait peu de matchs. Ça sera un match quelconque pour moi. » Pas question donc de faire de sentiments : « Je respecte le TFC, c’est une équipe difficile à jouer avec beaucoup d’impact physique. On aura à cœur de prendre les trois points, peu importe l’adversaire ».

Lorsqu’on lui parle de l’ambition du reste de la saison, le latéral gauche a une certitude. L’OL sera en haut de tableau. « Le championnat est encore très long et avec la victoire à 3 points, ça peut aller très vite. J’espère qu’on aura mangé notre pain noir avec les blessures. Le club a l’habitude de bien gérer les fins de saison ». Le podium reste dans un coin de sa tête : « Si je dis oui, on va dire Henri il rêve…Il faut être conscient de notre situation mais tout peut aller très vite ».

Un autre rêve l’attend l’année prochaine, celui de jouer un Mondial au Brésil. L’international camerounais savoure sa qualification. Il reste ambitieux, il ne va pas là-bas pour faire de la figuration. « Ça sera ma dernière Coupe du Monde. Je ne vais pas au Brésil juste pour y participer. On va essayer de faire quelque chose de sympa ». En club ou en sélection, les beaux jours sont à venir…

Sur le même thème