masculins / OL - LOSC

« On ne jouera pas comme un dixième »

Publié le 10 février 2013 à 09:45 par BV

Conscient des difficultés actuelles du LOSC, Franck Béria n’en demeure pas moins ambitieux pour le déplacement à Lyon dimanche. « Je pense que l’on a un coup à faire, dit-il. (…) On ira là-bas pour gagner. »

Vous avez tout connu avec le LOSC. Quel regard portez-vous sur la période que traverse actuellement le club lillois ?
J’ai un regard impliqué. Je ne suis pas forcément surpris par cette phase de transition, parce qu’avec tous les départs, tous les changements qu’a connus l’effectif, il est normal et naturel que l’on n’ait pas plus de fluidité que cela dans nos résultats. Sur le plan comptable, on n’est pas aussi efficace que l’année précédente, mais c’est un petit peu la logique sportive. Rien n’est joué toutefois, cela peut aller très vite. Il est certain que l’Europe s’éloigne, mais on ne perd pas de vue qu’en faisant des séries, on peut rapidement se projeter vers quelque chose de très intéressant.

Après le match nul contre Troyes (1 – 1), le LOSC est 10e de la Ligue 1. Ce classement reflète-t-il selon vous le véritable potentiel du LOSC ?
On est vraiment loin, mais cela ne reflète pas la qualité du groupe. Néanmoins, on n’est aujourd’hui pas là par hasard. Si on est dixième au mois de février, c’est que l’on n’a pas su prendre les points dans les rencontres déterminantes. On a eu pas mal d’opportunités depuis le début de la saison de faire la différence, de matches qui auraient pu nous permettre de basculer du bon côté du classement. On est aujourd’hui dans le ventre mou, ce n’est pas mérité au vu de ce que l’on est capable de faire, mais en tout cas on donne tout ce que l’on est capable de donner, personne ne triche. C’est le temps qui fera les choses.

On est aujourd’hui dans le ventre mou, ce n’est pas mérité au vu de ce que l’on est capable de faire, mais en tout cas on donne tout ce que l’on est capable de donner.

Vous avez la 5e défense mais la 12e attaque. A quoi attribuez-vous vos difficultés offensives ?
Il y a encore une complémentarité à trouver entre la phase défensive, où l’on n’est pas inintéressant, même si on pourrait encaisser encore moins de buts, et la phase offensive. Il faut que la mayonnaise prenne, il faut que chacun trouve sa place, que les nouveaux s’imprègnent encore plus des valeurs, que nous, les anciens, on soit plus performants et que l’on véhicule les vertus qui sont les nôtres. C’est la répétition des matches qui fera qu’à un moment donné, on arrivera à se trouver les yeux fermés, à bien défendre ensemble et attaquer en équipe.

Quelles sont les forces de votre équipe aujourd’hui ?
Notre effectif a de la qualité, c’est indéniable. Autre force : on est capables de revenir de loin. On est capables aussi de remporter un match après avoir été menés, de poser des problèmes à n’importe qui. Reste aujourd’hui à être plus réguliers, pour que nos prestations soient récompensées. Aujourd’hui, ce qui nous manque, c’est l’efficacité dans les deux zones de vérité.



Quels sont les objectifs de la seconde partie de saison ? L’Europe ? La Champions League ?
On ne va pas voir plus loin que ce qu’il nous arrive actuellement. Pour l’heure, on est donc à la recherche d’un match-référence. Même si on a fait de bonnes prestations à Paris ou lorsque l’on a reçu l’OL, on n’a pas eu le résultat escompté au bout. Or, un match-référence, c’est un match au cours duquel tu as été bon, tu as produit du jeu, mais c’est surtout un match au cours duquel tu as fait preuve d’efficacité. On attend ce match-référence. Quand on aura réussi à gonfler notre capital confiance en faisant des séries, on pourra se tourner vers un objectif plus précis.

Que pensez-vous de l’Olympique Lyonnais ?
L’OL est une équipe qui a beaucoup de qualités, malgré les départs, malgré leur défaite du week-end dernier (à Ajaccio 3 – 1). Ça va être compliqué, parce qu’ils seront dans une obligation de résultat, surtout à domicile. L’OL a de bonnes armes offensives, comme Gomis, Lisandro ou Malbranque. On aura l’opportunité de faire un coup là-bas. Les matches contre l’OL restent toujours des matches très animés. On fera abstraction du classement, on ne jouera pas comme un dixième, on jouera très relâché car on n’a pas plus de pression que cela.

Les matches contre l’OL restent toujours des matches très animés. On fera abstraction du classement...

L’OL reste sur une défaite à Ajaccio (3 – 1), vous n’avez plus gagné en L1 depuis plus d’un mois. Qui aura le plus la pression dimanche ?
On n’a pas de pression négative. Pour nous, il faut être réaliste, il nous faut gagner un match. Cela se fera peut-être contre l’OL ou contre une autre équipe mais notre objectif, c’est de gagner le match du moment, et le match du moment, c’est celui contre l’OL. On peut se dire que le favori, c’est l’OL, mais je pense que l’on a un coup à faire. Parce que l’on a montré des choses positives ces derniers temps dans le jeu. Il nous reste maintenant à faire preuve de plus de rigueur et d’efficacité.

Selon vous, sur quoi cela va-t-il se jouer dimanche ?
On va devoir être costaud défensivement, parce que si l’on prend un but, quelle que soit l’équipe en face, c’est ensuite compliqué de gagner, de courir après le score. Encore plus contre l’OL, car l’OL c’est costaud, compact, athlétique, physique, cela joue très juste.

Un match nul vous conviendrait-il ?
Non, parce que cela signifierait qu’on joue petit bras. Mais à côté de ça, je pourrais dire oui, parce qu’un match nul à Lyon le deuxième du championnat… Je ne peux pas dire que l’on se contenterait d’un match nul car on ira là-bas pour gagner.


Source : Tribune OL spécial "OL - LOSC"
Merci à Frédéric Coudrais (LOSC)

Sur le même thème