masculins / Milan AC - OL J-1

Ouvrir les portes de l’Histoire

Publié le 03 avril 2006 à 19:55 par RB

Avant d’affronter ces Milanais inquiétants sur la scène européenne, les Lyonnais auront apprécié la performance des Parisiens face aux Girondins. Défaits 3 à 1, les Marines se retrouvent désormais à 12 longueurs de l’OL à 6 journées de la fin.

Sauf cataclysme, les Olympiens sont assurés d’un cinquième titre de champion de France rang. De quoi se concentrer pleinement sur un objectif beaucoup plus difficile à atteindre… Participer pour la première fois au dernier carré de la Champions League avant d’envisager le rendez-vous du Stade de France le 17 mai prochain. Le 0 à 0 du match aller permet tous les scénarii. Chaque camp est convaincu qu’il fera la différence mardi soir. Ces certitudes font logiquement partie du jeu en dehors du pré rectangulaire où le ballon restera le maître. Certitudes sans oublier un peu de crainte et beaucoup de respect.

Difficile de prévoir la tournure des événements. L’OL est invincible à l’extérieur depuis le début du mois de mars 2005 ; Milan n’a jamais perdu… et presque rien partagé à domicile depuis le début de cette saison. Les Lyonnais ont une défense de fer en déplacement magnifiée par un extraordinaire Grégory Coupet, soit 12 buts encaissés loin de Gerland en 24 matchs ; « Cheva » et ses potes de l’attaque sont des buteurs redoutables. L’OL arrive peu à peu sur les hauteurs de la vie continentale ; le Milan de Maldini a quasiment toujours été sur les sommets du Vieux Continent. Selon que vous soyez Français ou Italiens, vous trouverez des arguments rassurants. La beauté du sport et son incertitude sont réunies dans cette opposition.

Bien malin qui peut prévoir la tournure des événements et le résultat final. Effectif au complet, les entraîneurs auront bien évidemment leur mot à dire. Vont-ils changer le visage de leur groupe au coup d’envoi par rapport au match aller et est-ce que cela peut avoir une véritable incidence sur les débats? Côté transalpin, le rusé Inzaghi devrait remplacer Gilardino… ce qui n’est pas un cadeau pour les défenseurs olympiens. Maldini semble mieux placer que Costacurta pour débuter… « Cheva », au repos ce week-end, a du faire dans sa tête le plein de réalisme. 4 tirs cadrés et 0 but à Gerland ? Impossible pour lui de rééditer cette performance sauf le respect dû à Grégory Coupet ! Au fait, ces Milanais, au visage largement transformé samedi, se sont inclinés 1 à 0 en championnat…

[IMG40398#R]Côté lyonnais, le titre de champion de France est de plus en plus en vue après un très bon week-end. Juninho sera présent sur la pelouse de San Siro que ne foulera pas le remarquable Tiago. Animé par une envie exceptionnelle d’atteindre le dernier carré en réalisant un authentique exploit, ces Olympiens sont arrivés en Italie sans aucun complexe. Le match aller ne les a pas mis dans une situation délicate ; plusieurs titulaires ont pu se reposer depuis le premier rendez-vous… Du coup Gérard Houllier a le choix pour décider de ses armes, même si l’équipe de départ semble presque évidente. Réveillère ou Clerc ? Clément ou Pedretti ? Carew ou Fred ? Telles sont les rares incertitudes. Et puis si par malheur cela ne se passe pas comme prévu, le banc est tout à fait capable de faire la différence. Cela s’est produit de nombreuses fois cette saison.

[IMG40397#L]L’OL est donc à 90 minutes, voire 120, plus éventuellement, la séance de tirs au but, d’un exploit majuscule pas du tout irréalisable. 8 500 supporters seront derrière ces fabuleux Olympiens. Sincèrement, après deux échecs en ¼ de finales, nous avons envie de vivre ce grand moment… et peu importe le scénario. D’abord de l’attentisme, voire de la résistance…mais sans exagérer. Surtout ne pas refaire le coup des 20 premières minutes du match aller. Puis réagir… s’exprimer pleinement… Ce sera comme vous vous voulez ! Ne l’oublions pas, chaque but marqué aux Rossoneri pourrait les plonger dans le doute et les éliminer. Oui, nous attendons que l’OL soit dans le dernier carré. Un Coupet magique ? Un collectif irréprochable ? Un Juninho décisif ? Une maîtrise des détails ? Un grand Cris ? Un réalisme enfin retrouvé après un sérieux passage à vide ? Tout ceci sera certainement indispensable en repensant à la première manche. Messieurs les Lyonnais, vous êtes aux portes d’entrer dans l’histoire du football européen. Ne vous privez pas d’atteindre ce bonheur rare. Lors de vos deux dernières visites à San Siro, vous étiez repartis avec un succès 2 à 1. Coupet, Cacapa, Müller, Diarra, Juninho, Vercoutre et Govou étaient de la dernière partie… Nous signerions volontiers pour l’adage « jamais 2 sans 3 ».
Sur le même thème